Back to top

Mesure de la qualité de l'air

Rencontre avec Guy Bergé, président de la Fédération Atmo France, fédération des associations de surveillance de la qualité de l’air.

Mesure de la qualité de l'air

Quelle est l’activité des adhérents de la Fédération Atmo France ?

Nos adhérents sont les 19 Associations Agréées de Surveillance de la Qualité de l’Air (AASQA), qui sont présentes dans les 13 régions de métropole, dans les cinq régions ultra-marines et en Nouvelle-Calédonie. Soit 600 salariés au total. La surveillance de la qualité de l’air, à travers le suivi d’une liste de polluants, validée par l’Etat, constitue la principale mission de ces AASQA. Mais elles ont aussi une mission de communication et d’information auprès du grand public, à travers l’indice ATMO, voire une mission d’alerte en cas de pic de pollution. Enfin, nos adhérents travaillent au quotidien à l’amélioration des connaissances, à la recherche dans le domaine de la qualité de l’air et à l’accompagnement des pouvoirs publics, dans le suivi et l’évaluation de différents plans de prévention.

Quels sont les principaux projets de la Fédération Atmo France?

Soucieux de toujours mieux répondre aux attentes du grand public et des collectivités locales, nous travaillons sur l’amélioration de nos indicateurs. C’est ainsi que nous avons obtenu une révision de l’indice ATMO qui intègrera, à partir de janvier 2021, le suivi des particules fines. Nous militons aussi pour allonger la liste des polluants réglementés, afin d’en accentuer la surveillance. Enfin, alors que nous contribuons à produire beaucoup de données relatives à la qualité de l’air, nous voulons rationnaliser et homogénéiser la gestion de ces données.

Pourquoi avoir adhéré à la Fédération CINOV ?

Jusque récemment, nous disposions d’une convention collective spécifique pour les personnels des AASQA, à laquelle la loi nous oblige à renoncer ; c’est pourquoi nous avons fait le choix d’adhérer à la Fédération CINOV et d’opter pour la convention collective de la branche BETIC qui s’appliquera désormais à nos personnels. C’est pour nous une sécurisation de rejoindre une instance patronale bien structurée qui peut nous fournir des informations. Nous en avons bénéficié dès le printemps 2020, pendant le confinement. Nous avons été très bien accueillis par la Fédération CINOV et nous sommes bien décidés à participer activement à plusieurs de ses commissions.