Back to top

Baromètre COVID-19 - Septembre 2020

02 octobre 2020

La Fédération CINOV, fédération patronale représentative des métiers de la prestation de services intellectuels du conseil, de l'ingénierie et du numérique, révèle les résultats de son baromètre réalisé auprès de ses adhérents, composés essentiellement de TPE PME exerçant des activités de prestations de services intellectuelles. Les résultats sont sans appel : la crise de la COVID-19 a durement touché les adhérents de CINOV puisque 69 % d’entre eux déclaraient en septembre 2020 un CA en baisse sur un an. Parmi les filières les plus touchées on trouve le numérique, l’architecture et l’urbanisme, le conseil en management ou encore le secteur du tourisme, de la culture et des loisirs. Malgré les différentes mesures de soutien mises en place par l’Etat, l’avenir reste incertain pour ces entreprises qui sont 50 % à anticiper une nouvelle baisse de CA dans les prochains mois.

Des impacts inégaux selon les secteurs d’activité

Si les TPE PME de la branche BETIC interrogées par CINOV dans le cadre de ce baromètre sont 69 % à déclarer une baisse de CA par rapport à 2019, les conséquences de la crise de la COVID-19 diffèrent selon leur secteur d’activité. Ainsi les entreprises intervenant dans les domaines du numérique, de l’architecture et de l’urbanisme, du conseil en management ou encore du tourisme, de la culture et des loisirs parmi les plus nombreuses à faire état d’une baisse de CA de plus de 50 %. A contrario les TPE PME spécialisées dans l’ingénierie, l’environnement,  ou encore le BTP semblent moins impactées.

Couverture baromètre COVID-19 -Septembre 2020

Les chiffres clés du baromètre  COVID-19

  • 69 % des adhérents des syndicats CINOV déclaraient une baisse de leur CA en septembre 2020
  • 15.5 % des entreprises déclarent une baisse de CA de plus de 50 %
  • 50 % des TPE PME de la branche BETIC prévoient une nouvelle baisse de CA dans les 3 prochains mois
  • 63 % des entreprises avec des salariés interrogées ont eu recours au télétravail depuis le déconfinement
  • Moins de 10 % d’entre elles déclarent envisager des licenciements économiques