ITW de Cyril Gernez sur la signature de CINOV HDF de la Charte de bonnes pratiques initiée par l'URH

 - Pouvez-vous nous présenter la Charte de bonnes pratiques initiée par l'URH à laquelle CINOV Hauts-de-France à contribuée ?

Cette charte de bonnes pratiques initiée par l’Union Régional de l’Habitat est née d’une volonté forte, en sortie d’une réunion de travail en Préfecture, de mettre en place un dialogue de qualité entre les différents acteurs de la chaine de la construction afin d’organiser, au mieux, la gestion de la crise sanitaire que nous subissons tous.

Rapidement, l’ensemble des réseaux régionaux de la construction (Maitre d’ouvrage, Maître d‘œuvre, entreprises, bureaux de contrôle, CSPS...) se sont réunis avec la volonté partagée d’une reprise d’activité en toute sécurité.

Pour se faire, il a été acté la nécessité de partager des valeurs communes (Altérité, Solidarité, Responsabilité, Anticipation et Accompagnement), de disposer d’une lecture commune et partagée du guide de l’OPPBTP, de poser un cadre de recommandations pour un dialogue local entre les différentes parties prenantes, et d’organiser l’échange de bonnes pratiques de négociations et de modes opératoires dans la perspective d’une reprise efficiente.

Cette charte est une synthèse des échanges et des propositions de l’ensemble des parties prenants, et se veut être un outil d’aide à la décision. Elle n’a pas de caractère réglementaire imposant la stricte application de ses mesures ; ni même la vocation à se substituer aux protocoles et accords contractuels de chantier.

  • cyril gernez

Assez rapidement dans les échanges, un socle de quatre intentions communes a vu le jour :

  • Garantir la mise en œuvre des procédures préservant la sécurité des personnes face au COVID.19
  • Préserver la santé, voire la pérennité, des entreprises régionales
  • Garantir la souveraineté financière des dispositions complémentaires induites par les nouvelles modalités et préconisations sanitaires,
  • Préparer les conditions d’une reprise d’activité la plus efficiente possible.

Enfin, de ces quatre intentions communes, sont nés des engagements partagés par les partenaires signataires de la Charte, à savoir :

  • Réduction des délais de paiement et facturation / paiement d’avances et d’acomptes
  • Libération des dépôts de garanties et pénalités retenues sur les chantiers pénalisés par la crise sanitaire
  • Disponibilité / réactivité / continuité / reprise de l’activité
  • Sécurisation des sites et des personnes / prévention des risques
  • Pas d’indemnités, ni de pénalités telles que prévues par le CCAG
  • Analyse concertée et répartition solidaire/proportionnée des surcoûts inhérents à la crise sanitaire
  • Concertation / dialogue / qualité relationnelle

- Quels sont les retours à ce jour sur la mise en place de cette charte ?

Cette charte a reçu un fervent accueil par l’ensemble des acteurs de la construction et a été saluée par des pouvoirs publics tels que la Préfecture de région et le Conseil régional des Hauts-de France.

Cette charte est une première en France et est très certainement perfectible. Elle a eu le mérite d’avoir ouvert un dialogue constructif entre les acteurs régionaux de la construction autour d’un sujet qui nous touche tous !

Plusieurs vagues de signature sont prévues dans les semaines venir avec de nouveaux acteurs régionaux qui souhaitent s’associer à cette démarche. 

Elle a aussi pour vocation, et nous l’encourageons, d’être dupliquée et améliorée sur l’ensemble du territoire français en fonction des spécificités régionales. J’ai cru comprendre que des projets similaires était en cours de rédaction dans d’autres départements et régions (Normandie, Aquitaine, Auvergne..).

- Comment anticipez-vous les enjeux quant à la reprise d’activité post covid-19 en région Hauts-de-France ?

Au regard des discussions qui sont engagées et que j’entends lors des réunions de la filière « construction » organisés par la Préfecture des Hauts-de-France ; je suis assez confiant sur une reprise prochaine des chantiers de construction. Les filières se remettent en ordre de marche et les dialogues entre les acteurs sont constructifs et bienveillants.

Les chantiers « Tests » initié par la Préfecture sont riches d’enseignements et servent de retours d’expérience.

Tous les acteurs arrivent aujourd’hui à organiser leur sécurité sanitaire et celle de leurs salariés ; grâce, entre autres, à la mobilisation de la Région Hauts-de-France.

Dans tous les cas, je perçois une volonté forte, de tous les acteurs de la construction, au redémarrage rapide des chantiers en région Hauts-de-France.