Leonard Querelle, Président CINOV Ergonomie revient sur le service de conseil en ergonomie solidaire

Le syndicat CINOV Ergonomie se mobilise de manière solidaire pour aider les organisations qui continuent à fonctionner pendant la période de confinement. La préservation des ressources doit rester une priorité essentielle pour que les mesures sanitaires soient efficaces dans la durée.

Un service de conseil en ergonomie solidaire est proposé pour aider à la mise en place ou à l’optimisation des organisations, des procédures, des moyens de production pour préserver la santé de celles et ceux qui continuent à travailler de manière à atteindre le résultat avec plus d’efficience.

  • lqR

- Pouvez-vous présenter le Service Conseil en Ergonomie Solidaire lancé par le syndicat ? 

Cette action solidaire est à destination de tout employeur, directeur, artisan, manager qui doit faire face à l’emploi de salariés en période de confinement et en préparer la sortieNos comportements ont une influence directe sur la propagation de ce risque invisible.

Certaines industries à risque chimique, radioactif ou pharmaceutique sont habituées à gérer des risques de contamination. Pour tous ceux qui découvrent cette famille de risque l’enjeu est tant dans la protection des salariés que celles des clients, des usagers, des bénéficiaires, des élèves, des patients. 

Nous sommes tous une pierre de ce rempart et nous avons tous à jouer un rôle déterminant.

La compétence et l’expérience des ergonomes sont mises à profit dans ce service solidaire pour accompagner la réflexion de ceux qui en font la demande. Plus la préparation, l’anticipation des organisations, des processus seront rigoureuses moins l’improvisation aura de place. Les moyens qui vont être mis à disposition seront efficaces seulement s’ils sont ancrés dans la réalité.

Pour illustrer le propos :  décréter que des enfants de 6 ans doivent rester à une distance d’un mètre les uns et des autres n’a aucune réalité tangible. En revanche dessiner des ronds de couleur à un mètre de distance dans la file d’attente de la cantine permet de matérialiser la consigne et ainsi d’en faciliter le respect. Ce n’est pas suffisant, mais c’est un début pragmatique.  

Les gestes barrières doivent être rendus le plus concret possible. En mobilisant l’expérience de chacun des salariés, le conseil en ergonomie aide à l’anticipation et à la prévention des situations de travail. Ainsi la production du bien ou du service est réalisée en sécurité à court terme et peut être maintenue durablement.

-  Comment anticipez-vous la reprise d’activité post covid-19 ?

 

L’incertitude quant à cette pandémie est très forte. La question du travail devient centrale pour toutes et tous. Les ergonomes vont être mobilisés de manière conséquente avec le redémarrage de l’économie. Les organisations, les implantations, les flux, les procédés de fabrication, les interactions humaines, la circulation de l’information doivent être repensés.

Deux chemins managériaux sont possibles : le management vertical qui va imposer une vérité désincarnée, mais erronée ou la co-construction et le management pragmatique des objectifs, des indicateurs de pilotage, de l’utilisation des ressources et ce de manière itérative entre tous les opérationnels et ajustée aux contraintes émergentes.

L’organisation transitoire mise en place pendant ou après le confinement va durer, les organisations apprenantes résisteront mieux, car plus robustes pour gérer l’incertitude. Cette période est une opportunité pour hisser nos cultures d’entreprise à la hauteur des hommes et des femmes qui les font vivre.

« Nous sommes aujourd’hui face à de nouveaux choix de société auxquels il appartient à chacun de nous de participer. Le travail de demain peut être bénéfique pour tous. Il suffirait d’être assez nombreux à le vouloir. » Cette citation d’Oscar ORTSMAN, tellement actuelle, date de 1994.

Il n’est plus question de le vouloir ou pas aujourd’hui.

Oublier encore le Travail réel dans les organisations sous COVID-19 conduira à des mises en quinzaine à répétition, à des désinfections drastiques dont le coût va devenir bien réel à court terme. Sans Homme une entreprise ne peut rien.

Cette reprise est donc une opportunité formidable que nous devons saisir avec enthousiasme.