1 article consultable(s) pour 27 February 2020

Etude ADESATT sur le télétravail dans les entreprises de la prestation intellectuelle : Un guide pratique pour les PME-TPE

Un guide pratique pour les PME-TPE

 

Si les usages du télétravail d’une manière générale ont déjà fait l’objet de nombreuses études nationales, le sujet n’avait pas été observé dans la branche des métiers de la prestation intellectuelle depuis la mise en œuvre des « ordonnances Macron ».

L’étude réalisée par la Fédération CINOV dans un cadre paritaire (ADESATT)- à laquelle ont participé 1585 entreprises (dont 88 % comptent moins de 50 salariés) et 1249 salariés - confirme que si les trois quarts d’entre elles pratiquent déjà le télétravail, ceci se fait le plus souvent hors cadre formalisé (charte, règlement intérieur, accord d’entreprise ou avenant au contrat de travail), particulièrement dans les TPE (67 % des cas). Ceci peut s’expliquer par le fait que le recours au télétravail est, dans ces entreprises, prioritairement la réponse à la demande individuelle d’un salarié. L’installation du télétravail est ensuite perçue par ces entreprises comme un moyen d’optimiser les déplacements, puis comme un atout de recrutement ou de fidélisation.

Pour les salariés, la demande de télétravail a le plus souvent pour objectif de gagner en qualité de vie au travail et de mieux concilier la vie professionnelle et la vie personnelle.

Le télétravailleur-type de la branche BETIC est un homme ou une femme âgée de 30 à 44 ans, avec des jeunes enfants ; il/elle est cadre avec plus de 5 ans d’expérience et travaille dans une grande agglomération, au sein d’une entreprise éloignée du domicile (où se réalise le télétravail à 99 %). Dans 40 % des cas, il s’agit d’un ingénieur ou consultant, puis d’un salarié exerçant des fonctions support (29 %).

Etant donné que les pratiques observées sont très diverses et peuvent aller jusqu’à 3 à 5 jours de télétravail par semaine (dans 23 % des cas), l’étude est accompagnée d’un « guide de bonnes pratiques » ayant pour objet de permettre aux entreprises de la branche d’y recourir à bon escient et dans un cadre juridiquement sécurisé.

En effet, pour CINOV, la mise en œuvre du télétravail doit s’inscrire dans une démarche globale et réfléchie favorisant une approche tant organisationnelle, juridique, managériale, qu’économique pour éviter un certain nombre d’écueils également bien identifiés par l’étude : isolement et perte de lien, difficulté de communication, charge de travail mal évaluée, plus grande difficulté à coopérer…


Ainsi, grâce à cet outil d’aide à la mise en place du télétravail, CINOV souhaite que les TPE-PME s’approprient plus facilement ce dispositif qui, pour 75 % des entreprises interrogées, a un impact positif sur la productivité et, pour 80 % des salariés interrogés, a un impact positif sur la qualité de vie au travail.

 

 

 

Contact Presse
Estelle MOTTET - 06 08 92 12 35 – mottet@cinov.fr