60 article(s) consultable(s) pour 2019

Retrouvez la Fédération CINOV au Salon Handicap, Emploi et Achats-Responsables

  • Salon du Handicap - affiche num 1

Le 28 mai prochain, La Fédération CINOV animera un atelier au Salon Handicap, emploi et achats responsable organisé au Palais des Congrès de Paris. CINOV de présentera l'étude "Vers un habitat adapté aux évolutions des modes de vie" publiée par le Think Tank CINOVACTION et les actions réalisées en faveur du handicap notamment dans le cadre de l'ADESATT, de l'OPIIEC et de Club de l'Amélioration de Habitat.


Les temps forts CINOV à ne pas manquer :

 

Rendez-vous de 8h30 à 19h00 sur le stand de la Fédération CINOV - P235 : Venez échanger avec les membres de la Fédération CINOV sur les questions de l'amélioration de l'habitat, de l'accessibilité numérique, et bien sur de l'emploi et des actions en faveur du handicap dans la branche BETIC (métiers de l'Ingénierie, du conseil et numérique)

 

De 10h15 à 10h45 - Atelier - A38  :"Vers u habitat adapté aux évolutions des modes de vie"

CINOVACTION s’efforce de mieux comprendre l’évolution de notre environnement sociétal et économique. Dans un environnement en proie à une profonde mutation technologique, prendre en compte les évolutions des usages dans l’acte de construire est devenu un enjeu société. Dès lors la question de l’évolutivité du logement se pose pour accompagner ces transitions. Devenu lieu de vie, de travail et de soins, l’habitat s’inscrit dans une logique « durable ». Il est aussi le lieu d’interfaçage et d’accueil de services physiques et numériques (avec l’internet des objets, la robotique, l’intelligence artificielle etc.).

 

Animé et présenté par Jean-Luc REINERO, Vice-Président Fédéral en charge des Régions et Membre du Think Tank CINOVACTION.

L’étude Vers un habitat adapté aux évolutions des modes de vies : cliquez-ici

 

De 11h30 à 11h45 - Pitch/Focus - Stand P235 - Produire des contenus et services respectant les normes d’accessibilité numérique

 Etude OPIIEC – Avril 2019

Animé et présenté par Corinne PICHOUD, Président CINOV Rhône-Alpes et représentante de la Fédération CINOV auprès de l'OPIIEC.

 

De 14h45 à 15h - Pitch/Focus - Stand P235 - Handicap & emploi dans la branche professionnelle BETIC

 Étude ADESATT – Janvier 2019

 Cette étude donne un état des lieux de l’emploi des personnes en situation de handicap dans les entreprises de la branche. Les résultats de l’étude dressent un panorama des tendances aussi bien en matière d’emploi et de perception du handicap que d’actions conduites par les entreprises.

Animé et présenté par Philipe MONMARCHE, Adhérent CINOV Ingénierie et représentant CINOV au sein du Groupe de Travail Handicap de l'ADESATT.

La synthèse de l’étude ADESSAT Handicap et emploi : cliquez ici

Le guide de bonnes pratiques des entreprises de la branche : cliquez-ici

 

 


REX BIM Tour : top départ de la saison 2

Après une première étape à Nancy fin 2018, le REX BIM Tour a fait escale le 13 mai à Lyon. Une centaine de personnes ont participé à cet événement, organisé par CINOV pour décrypter les enjeux du BIM de la conception à l’exploitation-maintenance des bâtiments et sensibiliser les TPE et PME en région Retour sur les moments phares de la journée.

Gadget ou outil indispensable pour les acteurs de la construction ? Effet de mode ou tournant stratégique ? Que faut-il penser du BIM ? A qui s’adresse-t-il ? Quel chemin prendre pour s’y mettre ? Comment surmonter ses craintes ?

Bien conscient de la multitude des questions soulevées par le BIM et de la diversité des approches possibles, CINOV a souhaité démystifier le sujet : « Nous avons opté pour une démarche pragmatique, a souligné d’emblée Julien Mercier, vice-président en charge de la prospective et de l’innovation et animateur du groupe de travail sur le BIM et la transition numérique de CINOV . Nous voulons que ceux qui se sont lancés dans le BIM expliquent ce qu’ils ont fait, parlent des difficultés rencontrées et présentent les leçons qu’ils ont tirées. » Face à un public composé de bureaux d’études, d’adhérents, d’architectes, de maîtres d’ouvrages, d’éditeurs de logiciels, de partenaires et d’étudiants, les différents acteurs de l’acte de construire ont donc partagé leur retour d’expérience (REX).

 

 Le BIM à divers niveaux

L’entreprise générale Barel-Pelletier est ainsi venue expliquer comment et pourquoi elle avait fait le choix de concevoir et réaliser en BIM son nouveau siège social, prenant en charge la réalisation de nombreuses maquettes numériques 3D ; des spécialistes de l’ingénierie des structures ont présenté, de leur côté, leur travail pour concevoir et exécuter en BIM le clos et le couvert des futures archives départementales de l’Isère ; le cabinet d’architectes Patriarche a, quant à lui, exposé les ambitions BIM du futur centre d’innovation et technologie Solvay de Saint-Fons dans le Rhône. Bien qu’à des étapes et sur des périmètres différents, ces trois REX ont fait émerger une attente commune vis-à-vis du BIM : celui-ci doit permettre « d’améliorer la qualité des ouvrages et diminuer les aléas de chantier », pour reprendre les termes de Julien Buguet, BIM Manager chez Barel-Pelletier.

 

L’humain au cœur du BIM

Ils ont aussi reconnu que le passage au BIM exige un réel effort d’adaptation et une volonté politique forte : « C’est toute une méthode de travail pour nos équipes qui doivent se réapproprier un logiciel », a confié Aurélie Geoffray, responsable production CETIS Structure, tandis que son partenaire sur le projet des archives de l’Isère, Jacques Dinguirard, directeur des opérations EXO BIM, parlait d’une « transition digitale sans précédent », qui exige la mobilisation de toute l’équipe. La question de la compatibilité des logiciels – appelée interopérabilité - et de l’importance de parler un même langage s’est également imposée : « On est obligé de se demander comment optimiser nos échanges alors que tous les acteurs n’utilisent pas les mêmes outils », a résumé Clément Bonnet, BIM Manager chez Patriarche. Tous les intervenants se sont, enfin, mis d’accord sur le fait qu’aussi technique soit le BIM, la relation humaine reste la clef de sa réussite.

 

Les enjeux de formation

Après ces REX qui ont suscité beaucoup de questions dans la salle, une table ronde a permis d’affiner la définition du BIM – appréhendé comme un processus collaboratif de travail, autant que comme un outil de modélisation – et de revenir sur les problématiques de l’interopérabilité des logiciels. Sur ce sujet, nerf de la guerre, les débats se sont révélés d’autant plus intéressants que les représentants des  trois principaux éditeurs de logiciels avaient accepté de participer aux échanges. Ils ont abordé les atouts et les limites du format IFC, qui doit permettre l’interopérabilité, mais qui réduit les possibilités d’intervenir sur un fichier ; ils ont reconnu la nécessité de travailler ensemble, y compris au niveau international ; ils ont en outre évoqué les enjeux de formation en matière de BIM.

Encore balbutiante, notamment dans les écoles d’architecture, la formation va devenir déterminante dans les années qui viennent pour que toutes les générations se familiarisent avec le BIM. Le REX BIM Tour, qui y contribue à son échelle*, a déjà planifié d’autres dates de rencontres pour 2019 et 2020.

Prochain rendez-vous à Aix-en-Provence, le 21 juin.


Voir toutes les vidéos de l'événement : Rendez-vous sur youtube 


*une synthèse complète des rendez-vous 2019 du REX BIM Tour permettra à ceux qui n’ont pu y assister de connaître plus en détail les REX présentés et les sujets abordés lors des tables rondes.


Lancement du 1er Sommet Virtuel du Climat - Interview de Jean LEROY, CINOV Territoires & Environnement, membre de la commission Développement durable

Initié par l’APCC et co-porté par la Fédération CINOV aux côtés de l'ADEME, l’ABC et du CEREMA, le 1er Sommet Virtuel du Climat se déroulera du 18 au 28 novembre 2019 sous la forme de webconférences et salon virtuel.

Ce sommet a pour objectif de permettre aux organisations (entreprises, collectivités et acteurs de la finance) de trouver des clés de réponses aux questions que pose le changement climatique et la mise en œuvre d’actions visant à atténuer ses effets.

 

1)      Pourquoi avez-vous décidé avec la commission Développement durable de la Fédération CINOV de prendre part à cette initiative de l’APCC ?

Nous avons été sollicités par l’APCC pour participer en tant que co-porteur à ce projet, compte tenu des bonnes relations entre nos structures et parce que CINOV est l’acteur le plus à même de porter la voix de l’ingénierie dans les questions du changement climatique (dans tous les métiers de la fédération).

Nous avons estimé, avec la commission DD, qu’il s’agissait d’une bonne opportunité de nous faire mieux connaître, sachant qu’il y a des volontaires dans le syndicat TEN pour assurer le suivi de la démarche. 2 des cibles sur les 3 (entreprises et collectivités) correspondent à nos clients.

 

2)      Comment s’articulera ce 1er Sommet Virtuel du Climat avec ce format entièrement numérique ?

Ce sommet sera organisé autour de 3 questions :

- Comment se préparer et pérenniser son entreprise dans un monde décarboné ?

- Comment mettre en œuvre, financer et faire vivre une stratégie de neutralité carbone et de résilience à l’échelle de son territoire ?

- Comment impliquer efficacement la sphère financière, quel rôle face aux enjeux du changement climatique ?

Une quinzaine de thèmes sont associés à ces questions. Il y aura une trentaine d’ateliers sous forme de webconférences de 1h30, ouvertes à tous, réparties sur la durée du sommet virtuel. Elles seront animées par différents experts qui seront sélectionnés par les co-porteurs en fonction de la pertinence de leur proposition.

Un salon virtuel sera organisé lors de la dernière journée, qui permettra à des entreprises, collectivités, aux sponsors et partenaires de se faire connaître (mise à disposition d’informations, fils de discussion, échanges, …).

 

3)      Qu’attendez-vous de ce sommet et en quoi s’inscrit-il dans la continuité des travaux menés par la commission Développement durable ?

Le SVC contribue aux 3 objectifs de la commission développement durable de CINOV, qui sont :

  De favoriser la montée en connaissance et en capacité sur le développement durable et la responsabilité sociétale des professionnels du conseil, de l’ingénierie et du numérique, pour sa meilleure intégration dans les métiers et dans la gestion des activités, en offrant des retours d’expérience et des échanges ;

  De contribuer, à travers des initiatives réglementaires ou volontaires, aux objectifs de développement durable et de responsabilité sociétale. Le SVC propose un nouveau format, sans déplacements, permettant d’offrir une visibilité aux problématiques relatives au changement climatique et aux actions à entreprendre ;

  De promouvoir et défendre la notoriété des professionnels du conseil, de l’ingénierie et du numérique, comme des acteurs fortement contributeurs et reconnus, en particulier en matière de développement durable et de responsabilité sociétale. En étant co-porteur du SCV, CINOV apparaît comme un acteur engagé fédérant des professionnels qui prennent en compte la problématique du changement climatique.

 

 

  • Pour découvrir la présentation générale du projet : Cliquez-ici.
  • Consultez le site du Sommet Virtuel du Climat en cliquant-ici.
  • Pour plus d’informations sur les travaux de la commission Développement durable : Cliquez-ici

REX BIM Tour 2019 - Interview de Corinne PICHOUD, présidente de CINOV Rhône-Alpes

  • corinne pichoud rex bim tour

1-Votre région s’est rapidement positionnée pour accueillir le REX BIM Tour 2019.

Oui, c’était une volonté forte de notre région. Le BIM et la transition numérique sont de véritables enjeux pour nos entreprises : nouveaux métiers, nouveaux modes de travail, nouvelles opportunités de marché également.

Aujourd’hui, CINOV Rhône-Alpes, c’est 300 membres, dont plus de la moitié sont des adhérents de CINOV Ingénierie, d’où l’importance pour notre région d’encourager et d’accompagner les adhérents sur ce sujet.

Notre première réunion de l’année était justement sur le thème du BIM pour répondre à la question « A qui appartient la maquette numérique ? ». Les avocats de Fidal, notre partenaire, ont apporté leur éclairage sur les problématiques et les enjeux afin de protéger notre savoir-faire.

 

2- Les grandes tendances de votre région face au numérique et à la digitalisation des métiers de branche (BETIC)  

 

La transition numérique impacte tous nos métiers. Dans le conseil comme dans l’ingénierie, il s’agit d’acquérir de nouvelles compétences et d’adapter nos méthodes de travail. D’où la nécessité de continuer à former nos salariés déjà très diplômés. Quant au numérique, il accompagne la digitalisation croissante de tous les métiers et dans tous les secteurs de l’économie. L’enjeu est de recruter les talents dont la branche a besoin : 3250 créations d’emplois nets par an en région Auvergne-Rhône-Alpes. C’est pourquoi tous les acteurs territoriaux se sont mobilisés, afin d’assurer une meilleure adéquation entre les besoins de nos entreprises et l’offre de formation et pour développer l’attractivité de nos métiers. Ceci grâce au Contrat d’Objectifs Emploi Formation (COEF) signé en février 2018 dans lequel se sont engagés l’État, la Région, les rectorats, le Fafiec, Pôle Emploi, les pôles de compétitivité, les clusters et les représentants en région de notre branche BETIC.

 

 

3- Un rapide portrait de la branche sur votre région 

 

9400 établissements dont 85% de TPE et 94500 salariés, auxquels il faut ajouter les professions libérales et les indépendants. 90% des salariés sont en CDI, 5% de plus que dans les autres secteurs et plus de la moitié travaillent dans des PME. Une branche plutôt masculine avec 68% d’hommes en moyenne, et seulement 26% de femmes dans le numérique. Une branche jeune : 30% des salariés ont moins de 30 ans, et qualifiée : 81% des recrutements se font à Bac + 4/5. Avec des métiers en tension surtout dans le numérique et l’ingénierie car si la région forme 14% des ingénieurs, l’augmentation des effectifs formés est inférieure à l’augmentation de la demande.

 

 

4- Les prochaines dates à bloquer dans nos agendas ?

Le 18 juillet à Chamonix sur le chantier du remplacement du téléphérique de la Flégère en présence des différents acteurs du projet. Nous avons à cœur de partager toutes les facettes de nos métiers et faire découvrir les spécificités de nos territoires comme pour cette sortie estivale dans le sillon alpin. Et nous terminerons la journée au restaurant parce que la convivialité est une valeur partagée par tous nos adhérents.

 

 

-          Le lundi 13 Mai à Lyon. Détails et Inscription : cliquez-ici

-          Le vendredi 21 juin à Aix-en-Provence.  Détails et Inscription : cliquez-ici

-          Le mardi 2 octobre à Toulouse. Détails et Inscription : cliquez-ici

-          Le mercredi 27 novembre à Clermont-Ferrand. Détails et Inscription : cliquez-ici


Audit énergie Réglementaire : La suite de nos actions pour la qualité et l'indépendance de nos conseils

Le groupe de travail intersyndical de CINOV autour de l’audit énergétique réglementaire a démontré son utilité pour la profession.

Aujourd'hui, nous avons le plaisir de vous transmettre l'article apparu dans la revue de l'ATEE, Energie Plus N°623 du 1er avril 2019. Il fait partie du dossier spécial sur le devenir de l'audit énergie "Quid de l'audit énergétique obligatoire?".

Cet article fait un état des lieux et donne la parole aux professionnels par l'entretien accordé par Martina KOST, qui porte le groupe de travail.

 

Pour consulter le dossier : cliquez-ici

Et pour vous abonner à Energie Plus : téléchargez le bond d'abonnement


Batiactu - 29/04/2019 "Profeel, un programme d'innovation technologique pour la rénovation à 25 M€"

François de Rugy a validé, ce vendredi 26 avril 2019, la convention de mise en œuvre du programme "Profeel" de développement de l'innovation au service de la rénovation énergétique des bâtiments. Le CSTB et l'AQC en seront les principaux animateurs, tandis que les financements proviendront des Certificats d'économies d'énergie.


De nombreux acteurs de la construction seront mobilisés, comme le ministère de la Transition écologique et solidaire ou celui de la Ville et du Logement, ou l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME).

 

La Fédération CINOV était présente au ministère de la Transition écologique et solidaire en tant que signataire de cette convention témoignant ainsi de son engagement dans la rénovation énergétique des bâtiments.

Pour consulter l’article consacré au programme « Profeel » paru sur le site Batiactu.fr : Cliquez-ici


OPCO ATLAS regroupe le Cinov, l'UNGE et l'UNTEC

Retrouvez l'Intégralité de l'article paru dans ThermPress, le 8 avril 2019 concernant l'OPCO : « L'OPCO ATLAS regroupe le Cinov, l'UNGE et l'UNTEC ».

> Consultez l'article


OPCO : Un périmètre légèrement élargi

Retrouvez l'Intégralité de l'article paru dans Le Moniteur du 12 avril 2019 concernant l'OPCO.

> Consultez l'article


Incendie de Notre-Dame de Paris : Serge DELHAYE interviewé par Le Parisien

Retrouvez l'Intervention de Serge DELHAYE, expert judiciaire en incendie, adhérent CINOV, dans Le Parisien du 15 avril. 

> Consultez l'Intégralité de l’article


Serge DELHAYE interviewé par TF1

Retrouvez l'Intervention de Serge DELHAYE, expert judiciaire en incendie, adhérent CINOV, dans le Journal de 13h de TF1 du 16 avril. 

> Consultez l'Interview


Retour sur BIM World 2019

La Fédération CINOV était présente lors de BIM World 2019 via le stand CINOV Normandie et le GT BIM & Transition numérique. 

Lors de cet évènement a été présenté l'initiative BIM4Value, cadre de référence des usages du BIM, avec une intervention remarquée de Julien MERCIER, animateur du GT BIM & Transition numérique.


Pour plus d'informations : consultez l'Interview de Julien MERCIER sur BIM4Value


La Lettre du Management Immobilier n° 809 du 10 avril 2019

Découvrez la Lettre du Management Immobilier n° 809 du 10 avril 2019.


Frédéric LAFAGE, Président de la Fédération CINOV

Retrouvez l'article consacré à la prise de fonction de Frédéric LAFAGE, Président de la Fédération CINOV dans le magazine professionnel des risques et des assurances, RiskAssur. 

>> Consulter l'article


Pour plus d'information sur Fédéric LAFAGE et son équipe : consultez la page dédiée


Frédéric LAFAGE, Président la Fédération CINOV

  • bureau cinov

A l’issue de l’Assemblée générale de la Fédération CINOV qui s’est déroulé le samedi 6 avril, Frédéric LAFAGE est devenu Président de la fédération CINOV. Ce dernier avait été élu président désigné lors de la précédente Assemblée générale du 8 juin 2018.

Il succédera à Dominique SUTRA DEL GALY.

 

Frédéric LAFAGE est Président d’ORFEA Acoustique, bureau d’études en ingénierie acoustique et vibratoire. Il est également expert judiciaire en acoustique.

 

Il milite depuis plus de 15 ans au sein de la Fédération CINOV et a exercé de nombreuses responsabilités :

  • Président du syndicat CINOV GIAc, de 2007 à 2011
  • Vice-Président fédéral en charge du social et de la formation, de 2013 à 2016
  • Vice-Président de la Commission Paritaire de la Convention Collective Nationale (CPCCN) coanimée avec la fédération SYNTEC, de 2005 à 2016
  • Membre durant 3 ans de la Commission d’Agrément des Contrôleurs Techniques (CACT)

Désormais Président fédéral, il a pour ambition de faire de CINOV « la Fédération de l’intelligence humaine et engagée ».

 

 La composition de l'équipe de direction :

 

Frédéric LAFAGE, Président de la Fédération CINOV

 

 

  • William CASSARD, Président du Comité des Sages
  • René GAMBA, Vice-Président en charge de la Stratégie
  • Muriel SERRET, Vice-Présidente en charge du social et de la formation
  • Michel PRIN, Vice-Président en charge des affaires intérieures
  • Mathieu WANNER, Vice-Président en charge du co-développement
  • Magali DELHAYE-COTTAVE, Vice-Présidente en charge de la communication
  • Julien MERCIER, Vice-Président en charge de l’innovation et de la prospective
  • Jean-Luc REINERO, Vice-Président en charge des Régions
  • Dominique ROUSSEAU, Vice-Président en charge de l’international

 

Pour consulter, le communiqué de presse : Cliquez-ici


Au terme d’un rapprochement initié en mai 2018, le Groupe VYV et le Groupe Arcade ont créé le Groupe Arcade-VYV

Objectif : construire un modèle unique et innovant d’habitat social au service du mieux-vivre.

 

En 2018, le Groupe VYV et le Groupe Arcade (4e bailleur social français) ont engagé un rapprochement basé sur des synergies de valeurs, de territoires et de métiers. Convaincus que le logement est une condition essentielle au mieux-vivre, les deux groupes ont décidé d’associer leurs expertises pour construire un modèle unique et innovant d’habitat social. Un dispositif inédit associant le logement à une palette de services liés à la santé.

Le Groupe Arcade-VYV s’affirme comme le 3e pilier du Groupe VYV aux côtés de l’assurance et de l’offre de soins et de services et s’appuie sur trois convictions :

  • Logement et santé sont indissociables,
  • L’habitat doit être innovant,
  • La priorité est donnée à l’humain.

" Le Groupe VYV se positionne comme « entrepreneur du mieux-vivre » pour accompagner et protéger tous les individus tout au long de leur parcours de vie. La création du Groupe Arcade-VYV s’inscrit dans cette approche. Elle permet de concrétiser notre promesse mutualiste et de renforcer notre capacité à proposer une protection sociale solidaire. "

Thierry Beaudet,
Président du Groupe VYV

 

Pour plus d'informations: Cliquez-ici


Cyril GERNEZ, interviewé par Grand Lille TV

Retrouvez l'Intervention de Cyril GERNEZ, président CINOV Hauts-de-France dans l'émission le Rendez-vous de l'Eco sur Grand Lille TV. 

> Consultez l'Interview

 

Pour plus d'informations sur le Congrès 2019 à Arras : Consultez le programme


CINOV, UNGE et UNTEC se félicitent de travailler ensemble au sein de l’OPCO ATLAS

Les organisations professionnelles CINOV, UNGE et UNTEC se félicitent de l’agrément octroyé à l’opérateur de compétence (OPCO) « ATLAS » créé dans le cadre de la réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage initiée en septembre 2018.

Elles saluent la décision des pouvoirs publics de réunir au sein de cet ensemble économiquement cohérent les métiers de l’ingénierie (branche « BETIC »), des géomètres-experts et des économistes de la construction entre lesquels existent de nombreuses convergences.

Au sein de l’OPCO ATLAS, CINOV, UNGE et UNTEC s’attacheront à soutenir le développement et l’actualisation des compétences des salariés, en étant particulièrement attentives aux besoins des TPE-PME.


Cybercriminalité : comment s’en prémunir ?

  • SMA BTP - cybersécurité

Virus, piratage, malware, phishing, ransomware … La cybercriminalité est devenue un véritable fléau à l'échelle mondiale : il devient capital pour tout professionnel de se protéger et de couvrir les risques résultant d'attaques contre les systèmes informatiques.

  

LE MONDE DEVIENT NUMERIQUE

La transformation numérique concerne désormais toutes les entreprises. Objets connectés, cloud, data… L’adoption rapide de ces outils bouscule les entreprises. Le BIM s’inscrit en plein dans ces avancées numériques. Aujourd’hui, nul ne peut ignorer les dangers liés à Internet. Selon une enquête CPME datant de 2019, 41 % des entreprises françaises de 0 à 9 salariés et 44 % des entreprises de 9 à 49 salariés ont déjà subi une ou plusieurs attaques ou tentatives d’attaques informatiques. La proportion d'entreprises touchées s'avère encore plus élevée pour les entreprises plus importantes.

 

SYSTÈME D’INFORMATION QUEL ENJEU ?

Le système d’information est l’ensemble des données d’une entreprise ainsi que ses infrastructures et logiciels. Avec la dématérialisation, il est devenu crucial de le protéger : les entreprises faisant face à une nouvelle criminalité pouvant l’altérer (logiciels malveillants, enregistreur de frappe, usurpation de mot de passe…). Les cybercriminels élaborent des tactiques de plus en plus sophistiquées pour provoquer un maximum de perturbations et de pertes financières. Le mobile financier constitue 93 % des violations de données. Les petites structures négligeant leur cyber sécurité sont une cible privilégiée.

 

DONNÉES ET RESPONSABILITÉS

Nombre d’informations détenues par les entreprises font l’objet d’une obligation de confidentialité. Leur divulgation à la suite d’une attaque peut engager la responsabilité de l’entreprise. Utilisées à mauvais escient, les tiers peuvent subir un réel préjudice et sont en droit de réclamer une indemnisation. En effet, depuis 2018, est entré en application le Règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD) ; visant à renforcer le droit des personnes dont on utilise les données personnelles, à responsabiliser les acteurs impliqués dans le traitement de ces données ; avec un pouvoir de sanction accru pour la CNIL.

 

ASSURANCE CYBER

La transformation numérique génère de nouveaux risques et les entreprises doivent pouvoir y faire face. Le contrat CYBER RISQUES de SMABTP permet de maintenir la continuité des activités d’une structure en transférant à l’assureur les pertes financières à la suite de cyber attaques. L’assureur prend en charge les coûts d’investigation, de décontamination virale, de reconstruction de données ainsi que les frais engagés lors d’une tentative d’extorsion informatique, les pertes d’exploitation et enfin les coûts de notification (frais engagés pour la mise en œuvre des obligations prévues par le RGPG). SMABTP, via ce contrat, propose également les services d’experts informatiques par une plateforme d’assistance joignable 7/7 – 24/24.

  • logo smabtp rvb

Cyril GERNEZ, Président CINOV Hauts-de-France nous parle du Congrès

À 24 heures notre Congrès fédéral CINOV, Cyril GERNEZ, Président de CINOV Hauts-de-France, a pris le temps de répondre à nos questions pour nous livrer son ressenti et vous souhaiter un excellent Congrès.
 

1.  Votre région accueille sur son territoire notre Congrès national, labellisé Rev3 : Comment s’est fait le choix de votre région ? Et pourquoi avoir décidé d’aborder la thématique de la REV3 ?

Tout est parti du constat que nous vivons, dans nos métiers du numérique, du conseil, et de l’ingénierie, de grandes mutations. Ces grandes transformations sont en relation directe et assez proches des mutations environnementales, écologiques et numérique qui sont portées par la dynamique REV3 de la région Hauts-de-France.

De ce constat est né assez naturellement le souhait d’organiser le Congrès fédéral dans la région. Nous avons posé candidature pour l’organisation du congrès 2019 de la fédération CINOV avec la volonté de réfléchir sur les enjeux de ces grandes mutations et sur la manière dont nos métiers peuvent être acteurs de cette troisième révolution industrielle (REV3).

Le choix de la région Hauts-de-France s’explique également par l’engagement fort, du réseau des CCI locales et de la Région, au développement de la dynamique REV3 et de l’économie du futur afin de valoriser les TPE/PME/Start-up qui œuvrent dans nos domaines.

L’objectif est également de rapprocher les futurs jeunes talents de nos métiers et entreprises. Une volonté qui s’est traduite par le lancement d’un rallye économique urbain « Sprint’Eco » à Arras le 14 mars dernier.

 

2.       Quels seront les principaux temps du Congrès ?

Le Congrès fédéral de cette année s’articule autour de 4 grands temps forts avec : des forums, véritables ateliers participatifs et retours d’expériences, autour de 3 thématiques phares : l’industrie du futur, la qualité de vie et les usages de l’habitat, les nouveaux modes de travail et d’organisation ; un marathon des bonnes idées : kaléidoscope de projets, réalisations et solutions innovantes dans les domaines des éco-matériaux et éco-solutions ; une restitution du Sprint’Eco porté et réalisé par des étudiants auprès d’une centaine d’entreprises arrageoise et qui a abouti à la réalisation d’une étude économique de terrain en un temps record dont les résultats seront dévoilés le 5 avril et donneront lieu à un business meeting entre étudiants et les entreprises accueillantes.

 

Et pour finir, l’intervention de 3 grands témoins en plénière pour comprendre et anticiper les impacts, enjeux et perspectives de la REV3 que sont : Olivier BABEAU, chroniqueur, essayiste, Président Fondateur de de l’Institut Sapiens ; Alain d’IRIBARNE, sociologue du travail, directeur de recherche au CNRS, Président du conseil scientifique d’Actineo (Observatoire de la qualité de vie au bureau) et Pierre GIORGINI, auteur-conférencier, Président-recteur de l'université catholique de Lille, des visites de sites et démarches exemplaires de la dynamique REV3 à Arras.

 

3.       À la veille de l’évènement, quel est votre ressenti ?

Naturellement, je suis fier de la tenue de ce Congrès fédéral dans la région Hauts-de-France et impatient de partager ce moment fédérateur avec l’ensemble des adhérents, des partenaires de la Fédération et des organismes institutionnels.

Des partenaires et des acteurs locaux avec qui nous travaillons depuis plus de 6 mois sur les réglages de ce qui sera, je l’espère, un congrès riche d’enseignements et de rencontres entre consœurs et confrères de toute la France.

Je me félicite également de l’accueil favorable que semble rencontrer la thématique retenue auprès de tous.

Cet événement, je pense, apportera également une belle visibilité à la région et aux futures actions que CINOV Hauts-de-France mettra en place à l’avenir.

Je souhaite donc à l’ensemble des participants un excellent Congrès 2019 à Arras.


Qualité de vie au travail : « Les grandes tendances de demain sont déjà là »

  • marc fargeas mm h

Une interview de Marc Fargeas, Responsable Veille, Prospective et Etudes Stratégiques Malakoff Médéric Humanis, parue à l’occasion des 10 ans de l’enquête annuelle Santé et Qualité de Vie au Travail des Salariés

 

Le bouleversement de l’univers professionnel, acté par les salariés dans le BST (Baromètre Santé au Travail) 2018, est-il pour ces derniers une source d’angoisse ?

  • Marc Fargeas – Le monde du travail est très impacté par les transformations de notre société. En 2018, on observe qu’un salarié sur deux a connu au moins un changement de poste lié à une évolution une réorganisation, une restructuration d’entreprise. Il y a dix ans, c’était un tiers.

 

Le BST 2018 fait état de nombreux points d’amélioration et en particulier le sentiment de confiance des actifs vis-à-vis de leur situation professionnelle. Pouvez-vous nous en dire plus ?

  • M.F. – En effet, 86% des actifs ont confiance dans leur situation professionnelle et la situation financière de leur foyer. Ils ont le sentiment d’être moins vulnérables face aux accidents de la vie. Maintenant, si la confiance ressentie est en progression nette, l’indicateur de l’implication subit une érosion. Ce paradoxe résulte d’un environnement plus complexe à lire, plus incertain, qui conduit le salarié à un certain repli : « Je ne sais pas où je vais, de quoi demain sera fait et, de ce fait, je suis moins engagé. » L’aspiration à davantage de sens, d’autonomie, le besoin de montrer sa valeur ajoutée est sans contexte une spécificité de la génération des millennials, mais finalement, cette dernière est-elle si différente des jeunes d’il y a vingt ans ? Comment valoriser chaque génération au sein de l’entreprise ? Il existe nombre d’initiatives faisant intervenir des notions de tutorat et de mentoring. Certaines ont par exemple mis en place des « shadow comex », sorte d’incubateurs de l’innovation, avec des salariés de moins de trente ans qui jouent le rôle d’un membre du comité de direction.

 

Au regard des enseignements de ces 10 ans de BST, comment accompagner les entreprises dans les dix ans à venir ?

  • M.F. – L’évolution sur dix ans est assez mesurée avec peu de ruptures violentes d’une année sur l’autre. Les tendances de demain sont déjà là. Nous avons identifié quatre pistes pour aider nos clients à affronter ces mutations.

1-      Accompagner les salariés dans les transformations managériales, économiques, organisationnelles ou technologiques. Il faut répondre à leurs besoins d’information et de partage de bonnes pratiques.

2-      En termes de compétences, il faut les aider à se former aux évolutions constantes de l’environnement digital à l’aie de la formation continue.

3-      En tant que groupe de protection sociale, nous nous devons de proposer des pistes de réflexion et d’actions innovantes pour prévenir les nouveaux risques dans un contexte marqué par des transformations fortes.

4-      Inscrit dans notre ADN, l’accompagnement des salariés dans des situations de fragilité. Une action primordiale car lorsque quelqu’un va mal dans une entreprise, c’est toute l’entreprise qui en est affectée. C’est encore plus vrai dans les TPE/PME.

 

Propos recueillis par Armelle Oger, We Demain

 

Pour plus d'informations : Consultez le site