11 article(s) consultable(s) dans la catégorie Actualités avec l'étiquette syndicat

SIMACS rejoint la Fédération CINOV

 Les métiers de l’accompagnement, du coaching professionnel et de la supervision souhaitent poursuivre leur structuration et développement au sein de la Fédération CINOV

  • Signature SIMACS

 

Le Syndicat Interprofessionnel des Métiers de l’Accompagnement, du Coaching professionnel, de la Supervision (SIMACS) réunissant les 3 000 professionnels des cinq fédérations professionnelles de premier plan en France (EMCC France, l’ICF France, la SF Coach, PSF et le SynPAAC) rejoint la Fédération CINOV.

Ces métiers regroupant des acteurs incontournables pour accompagner notamment les transformations des organisations, les évolutions des modes de travail et les conduites du changement confirment leur volonté de poursuivre leur structuration en rejoignant la Fédération CINOV. Ils pourront ainsi participer aux travaux de la branche BETIC et être représentés au sein de cette dernière. Les métiers de l’accompagnement, du coaching professionnel, de la supervision font partie des métiers émergents dans un contexte de mutations économiques, techniques et technologiques.  Pour conserver leur place si importante pour notre économie, son dynamisme, l’emploi et l’insertion professionnelle, ces métiers de l’accompagnement souhaitent prendre part aux débats qui animent la branche BETIC.

Ils peuvent compter sur CINOV qui fédère déjà de nombreux métiers de la prestation intellectuelle et dont l’objet est de concevoir, conseiller et assister les acteurs économiques de la filière. L’affiliation du SIMACS, quant à elle, va enrichir un peu plus la palette des compétences des syndicats membres de la Fédération CINOV en approfondissant les échanges et intensifiant les synergies interprofessionnels. 

L’anticipation et l’humanisme figurant au cœur des valeurs de la Fédération CINOV et au centre des préoccupations du SIMACS, cette communauté d’intérêts favorisera, au sein de la branche BETIC et à la faveur des grands débats nationaux, l’émergence de nouvelles propositions tant professionnelles que sociétales.

 

 

Tags: syndicat

Contributions de la Fédération pour un Pacte Productif 2025

Annoncé par le Président de la République le 25 avril 2019, le Pacte productif a pour objectif d’atteindre le plein emploi d’ici 2025 par l’augmentation de la production en France et l’adaptation de l’outil productif aux mutations économiques, en particulier grâce à la diffusion du numérique et la transition écologique. La fédération CINOV a répondu à la grande consultation lancée par le gouvernement auprès du public et des acteurs économiques en faisant 18 propositions concrètes et innovantes  sur 3 volets : le numérique, l’innovation et l’industrie. Retrouvez la contribution de CINOV.  


VOLET NUMERIQUE : 

1. ADAPTER LES FORCES VIVES A l’ECONOMIE NUMERIQUE 

Nos propositions :

1. Créer une POA (Préparation Opérationnelle à l’Apprentissage) pour le numérique, une POAn (Préparation Opérationnelle à l’Apprentissage dans le numérique) Ce retard est sûrement dû en partie à l’exigence des grandes entreprises du numérique de ne recruter qu’à Bac+5 et à la limitation des rares expériences d’apprentissage à des entrées en Bac+2. Mais l’autre raison bien compréhensible, c’est l’impossibilité pour une entreprise du numérique de confier quoi que ce soit à quelqu’un qui ne sait pas coder un minimum. 

Certaines écoles ont résolu le problème en mettant en place des POEi suivis d’un contrat d’apprentissage. La condition étant que l’entreprise soit trouvée préalablement et qu’elle s’engage avant le POEi, cela ne facilite pas la massification de cette approche. L’expérience est donc restée très limitée car le POEi n’est pas fait pour ça. Il est nécessaire de mettre en place un dispositif ressemblant au POE mais spécifiquement destiné à l’apprentissage, nous proposons de créer des POAn (Préparation Opérationnelle à l’Apprentissage dans le numérique).

Une POA permettrait d’engager dans l'apprentissage beaucoup plus de jeunes en leur permettant d’entrer dans une formation courte (400 heures), intense, destinée à leur donner la capacité d’entrer en apprentissage, c’est-à-dire de continuer à apprendre dans une entreprise tout en étant productif. Il serait conditionné par un engagement de l’école à l’accompagner pour trouver l’entreprise qui le recrutera en contrat d'apprentissage avant la fin de cette formation l'y préparant. 


2. Créer une forte incitation auprès des entreprises du numérique de moins de 50 salariés à recruter en apprentissage quel que soit le niveau d'études Le POAn devrait permettre aux nombreuses petites entreprises du numérique de s’engager dans l’apprentissage pour des publics infraBac ou Bac.  Mais, pourquoi les limiter à ne recruter en apprentissage qu’à ce niveau d’étude ? Alors que pour le secteur du numérique, l’entrée en formation se fait le plus souvent avec au moins un niveau II, il s’applique une contrainte imposée par la loi à tous les secteurs économiques : les entreprises de moins de 50 salariés ne peuvent recruter des apprentis qu'à un niveau infra Bac ou Bac (à vérifier). Même si nous voulons inciter à recruter en apprentissage au numérique des personnes de tous les niveaux d’études, pourquoi imposer aux petites entreprises du numérique une telle contrainte ?

Afin d’inciter les petites entreprises du numérique à s’engager massivement dans des contrats d’apprentissage, en plus de la mise en place d’un POAn, il faut lever cette contrainte qui participe de la simplification des démarches et réglementations pour les employeurs et les apprentis. Peut-être faudrait-il aussi accentuer les aides financières à destination des petites et moyennes entreprises lors de l’embauche en apprentissage. 


3. Ne pas limiter aux publics en difficulté les incitations à la formation au numérique La loi pour la « liberté de choix de son avenir professionnel » a subordonné la mise en place d’aide ou de dispositifs à des niveaux de qualification :  - les périodes de professionnalisation par le dispositif de « PRO-A » uniquement est accessible aux salariés dont la qualification est inférieure ou égale au niveau licence.  - L’aide unique à l’apprentissage (dans les entreprises de moins de 250 salariés) est réservée aux apprentis qui préparent un diplôme (ou un titre professionnel de niveau inférieur ou égal au bac. Ce faisant, le secteur du numérique – en pénurie de profils hautement qualifiés – se trouve exclu des dispositifs. La suppression ou l’assouplissement des conditions d’aide ou d’entrée dans les dispositifs cités – liées à un niveau maximal de qualification - permettrait d’apporter une réponse partielle aux difficultés importantes de recrutement du secteur. La loi devrait permettre aux partenaires sociaux de déroger aux niveaux de qualification, par accord de branche, dans les secteurs où de fortes tensions sur marché du travail sont observées. 


2. LE FINANCEMENT DES START-UPS  

Notre proposition : créer un guichet virtuel unique pour les TPE PME et artisans leur donnant accès d’une part aux financements européens (fonds structurels) et aux financements régionaux quand ils existent et d’autre part aux prêts proposés par France Num. Ce guichet serait  hébergé par les régions, organes instructeurs des fonds européens. 

3. DEVELOPPER DES TECHNOLOGIES ET INFRASTRUCTURES STRATEGIQUES POUR LE NUMERIQUE 

Nos propositions : 

1. Les Opérateurs de Compétences (OPCO) pourraient opportunément prévoir une enveloppe financière pour encourager des actions visant à créer des échanges et de la co-construction entre les univers de la recherche, les grandes entreprises et les start-ups. Cela pourrait notamment se faire à travers des conventions d’objectifs tissées entre les OPCO et le Ministère de l’enseignement supérieur sur le modèle de ce que faisait certains OPCA ;  

2. Les organisations professionnelles (OP) pourraient également avoir ses objectifs dans leur objet. Ainsi la DGE pourrait proposer des conventions d’objectifs afin que les OP puisse jouer ce rôle de mise en relation. Ainsi CINOV en créant CINOVACTION s’est déjà engagé dans cette voie ;  

3. Promouvoir l’open innovation entre acteurs. CINOV au sein de son think tank CINOV ACTION a travaillé sur une méthodologie sur le sujet. 

 4. ACCROITRE L’ATTRACTIVITE DES METIERS DU NUMERIQUE AUPRES

Notre proposition : lancer une campagne de communication grand public massive sous l’égide de l’Etat à l’instar de ce qui a été fait pour la Défense ou les artisans dont l’objectif serait d’attirer les jeunes en montrant l’apport du numérique dans la société. 


VOLET INNOVATION 

1. INNOVATION DE RUPTURE 

Notre proposition : construire de véritables réseaux d’échanges, d’information, de formation et d’accompagnement dans les territoires en s’appuyant sur les PME/TPE de la prestation intellectuelle. 

2. LISIBILITE DES ACTIONS DE SOUTIEN A L’INNOVATION

Nos propositions : 

1. construire des outils d’information synthétiques et les faire connaitre en s’appuyant sur les organisations professionnelles qui pourront les relayer ; 

2. proposer pour les TPE un guichet unique. 


 VOLET INDUSTRIE  

1. LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES

Notre proposition : mettre en place un tutorat du savoir métiers au sein des petites structures. Il s’agit d’aider les entreprises industrielles à mettre en place un dispositif intergénérationnel pour faciliter la transmission des savoirs-métiers ou les acquérir à nouveau. Pour beaucoup, ils auront besoin de recourir à l’expertise et au savoir de personnes externes pour assurer ce « tutorat du savoir métiers ». 


2. LA TRANSITION VERS L’ECONOMIE CIRCULAIRE   

Nos propositions : 

1. Communication  par les opérateurs de collecte, de tri et valorisation au moins une fois par an, sur ces taux de recyclage de la plateforme ; 

2. Intégrer la valorisation et le recyclage dans la politique et la pratique (management environnemental) de tous les acteurs concernés (MOA, MOE, puis l’entreprise / les entreprises de travaux et l’opérateur / les opérateurs de collecte, tri et valorisation) ;

3. Prévoir dans tout cahier des charges de chantier une information sur la performance environnementale concernant le réemploi, le recyclage et à défaut l’élimination des déchets. 

4. Mise en place d'un système bonus/malus sur les matériaux de construction (malus sur les matériaux fossiles et bonus sur les matériaux recyclés, le malus des uns alimentant le bonus des autres) ;

5. Mise en place d'une aide systématique  sur les chantiers zéro déchet et bas-carbone

6. Aide à l'investissement des unités industrielles de co-produits/produits recyclés/matériaux secondaires avec une éco-condition Bilan Carbone/energie sur le process/matériau

7. Favoriser le recours à l'AMO Eco-conception industrielle (Démarche ACV produits industriels) à travers des aides. 

 

Tags: syndicat

Signature d’un accord sur la formation professionnelle dans la branche BETIC

 COMMUNIQUE DE PRESSE 

Le 04 novembre 2019  

 

Signature d’un accord sur la formation professionnelle dans la branche BETIC  

 

CINOV, organisation professionnelle représentative des TPE-PME de la branche BETIC (Ingénierie, numérique, conseil, évènementiel - IDCC 1486) a signé le 31 octobre 2019, avec les partenaires sociaux, un accord sur la formation professionnelle, le développement des compétences et l’employabilité.  

Conclu afin d’adapter les dispositifs conventionnels à la loi du 5/09/2018, cet accord constitue une seconde étape dans la construction du nouvel environnement de la formation professionnelle, après la création de l’opérateur de compétences « ATLAS » (qui a remplacé le FAFIEC le 16/10/2019).  

CINOV salue cet accord dont le préambule, au regard de l’importance du nombre d’entreprises de moins de 50 salariés dans la branche (96 %, soit 40 % des effectifs salariés), prévoit la prise de mesures adaptées aux salariés de ces entreprises qui sont considérés comme prioritaires pour l’accès à la formation.  

Dans cet objectif, CINOV a œuvré en faveur du maintien d’une contribution conventionnelle raisonnable permettant notamment d’assurer, avec l’OPCO ATLAS, un service de proximité, de conseiller les entreprises, de proposer des diagnostics RH pour aider les TPE-PME à identifier des besoins en compétences et à structurer une politique RH, et d’accompagner la montée en compétence des TPE-PME qui se positionnent sur des projets stratégiques.  

Cet effort supplémentaire des entreprises de la branche participera également à l’enrichissement d’une offre de formation qualitative et adaptée aux métiers en constante évolution et à niveau d’expertise élevé. Pour ce faire, les études réalisées par l’observatoire prospectif des métiers et qualifications de la branche (« OPIIEC ») comporteront systématiquement un volet permettant une identification des besoins spécifiques des entreprises de moins de 50 salariés.  

Enfin, par cet accord, les partenaires sociaux de la branche prennent toute la mesure de leurs nouvelles prérogatives légales, particulièrement en matière de développement de l’apprentissage. 

Télécharger le Communiqué de Presse

 

Tags: syndicat

La réforme « 100% santé » : un accord de branche signé !

Par la réforme « 100% santé », les pouvoirs publics ont souhaité « donner à tous les Français un accès à des soins de qualité, pris en charge à 100% par l'Assurance Maladie obligatoire et complémentaire, dans le domaine de l'optique, de l'audiologie et du dentaire ».

Ainsi, chaque entreprise doit avant le 1er janvier 2020 mettre en conformité sa couverture santé complémentaire, afin de ne pas perdre le bénéfice des avantages fiscaux et sociaux attachés au financement patronal des garanties de santé.

Dans notre branche BETIC, CINOV - qui a participé à la création en 2015 d’un régime mutualisé accessible à toutes les entreprises - vient de signer un accord avec les partenaires sociaux réalisant cette mise en conformité avec la nouvelle réglementation sans modification de tarif.

Cet accord, applicable à compter du 1er janvier 2020, permettra aux salariés de bénéficier pleinement du « 100% santé » et aux entreprises de continuer de bénéficier des avantages fiscaux et sociaux (L.871-1 du Code de la sécurité sociale). 

 

  • 100 santé

Colloque : Economie Circulaire - CINOV PACA

CINOV-PACA : QUEL EST L’AVENIR DE L’ECONOMIE CIRCULAIRE DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ?

  • Colloque economie circulaire CINOV PACA

C’est la question à laquelle CINOV PACA-CORSE et l’ENTE se sont intéressés ce mardi 1er Octobre 2019 à l’EMD Marseille.

La chambre régionale des syndicats des métiers de la prestation intellectuelle du conseil, de l'ingénierie et du numérique CINOV PACA-CORSE et l’ENTE organisaient un colloque consacré à l’« Économie Circulaire : Gestion et valorisation des déchets du bâtiments » à l’Ecole de Management de Marseille, réunissant près de 137 personnes.

Plusieurs acteurs locaux et intervenants spécialistes du sujet étaient présents : EnvirobatBDM, l'Association des ingénieurs territoriaux de France (AITF) , le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT), la Fédération française du bâtiment (FFB), et l'Ordre des architectes, étaient présents afin de promouvoir les initiatives collaboratives et circulaires de la région et leurs réflexions de l’économie circulaire dans le secteur bâtiment.

Après un aperçu réglementaire de la Direction Régionale de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement (DREAL), Jean Claude Lévy historien et géographe français spécialiste de l’économie circulaire et du développement durable a présenté la modélisation d’une construction de l’économie circulaire en plaçant la gouvernance politique au centre des engagements et des boucles de régulation.

Jean-Luc Reinero Vice-Président en charge des régions de la Fédération CINOV et Fréderic Bœuf Président CINOV Paca-Corse animaient la table ronde sur la thématique des enjeux de l’évolution des usages et de l’adaptabilité des bâtiments répondant aux besoins des évolutions réglementaire de la loi Elan. 

Le sujet de l’intégration de l’économie circulaire dans les bâtiments a également été abordé par la Fédération Française du Bâtiment et le Bureau d’Etude Altereo avec la présentation d’expériences abouties, permettant de montrer la variabilité des équipements, des matériaux centrés sur la performance économique mais également des évaluations d’intéressement qui motivent l’engagement de l’ensemble des acteurs de la chaîne.


BIM d'Or 2019 : CINOV Partenaire Historique de cette 6ème édition

Lundi 24 septembre avait lieu au Pavillon Dauphine, la remise du trophée du BIM d’Or 2019. Cette cérémonie organisée par les Cahiers Techniques du Bâtiment et Le Moniteur, à récompensé 10 lauréats.

  • bim d or 2019

Pour la sixième fois consécutive, CINOV reste partenaire historique des BIM d'Or, entouré du Moniteur et d’Autodesk, au Pavillon Dauphine, mardi 24 septembre dernier. 

Plus de 400 professionnels étaient réunis pour récompenser les projets les plus emblématiques, conçus et réalisés au moyen d’une maquette numérique. 

La soirée fut aussi l’occasion d’aborder la place de l’humain, l’évolution des bonnes pratiques et les relations avec les maîtrises d’ouvrage. 

Magali Delhaye-Cottave Vice-Présidente en charge de la Communication de la Fédération CINOV, faisait partie de la table ronde pour l’allocution d’ouverture, donnant ainsi sa vision du travail collaboratif.

Le BIM d’Or a été attribué au projet HYPERION à Bordeaux en raison, notamment, de sa prise en compte exemplaire des contraintes environnementales et de la qualité du travail collaboratif.

 

Bravo aux lauréats ! 

 


Le FAFIEC reconduit le financement de prestations de conseil RH pour les PME de la branche

Savez-vous que les entreprises de la branche comptant moins de 250 salariés peuvent bénéficier de prestations de conseil en ressources humaines financées par le FAFIEC ?

Les conditions pour en bénéficier sont simples :

  •       Etre à jour de ses cotisations au FAFIEC
  •       Se faire accompagner par un cabinet de conseil sélectionné par le FAFIEC pour son expertise en ressources humaines et son sérieux.

La liste des cabinets ainsi habilités par le FAFIEC vient d’être revue à la suite d’un appel d’offres. Elle figure sur le site www.fafiec.fr

 

Quatre prestations possibles

 

1.    Diagnostic individuel de positionnement professionnel  pour aider un collaborateur à faire l’inventaire de ses compétences

2.    Accompagnement « Plan d’action RH/Formation », pour aider l’entreprise dans la construction d’outils RH et dans l’optimisation de sa gestion des ressources humaines ou de sa formation

3.    Accompagnement « Gestion des carrières, des potentiels et des talents » pour aider l’entreprise à identifier et valoriser ses potentiels

4.    Diagnostic collectif de positionnement professionnel pour améliorer l’efficacité collective d’une équipe

 

Un dispositif qui présente beaucoup d’avantages

  •        3 à 4 jours de conseil entièrement financés par le FAFIEC sans avance de fonds de la part de l’entreprise ni imputation sur ses droits à formation
  •        Des prestations personnalisées couvrant une large gamme de problématiques rencontrées dans les PME
  •        Une demande de prise en charge à remplir directement sur le site du FAFIEC, en lien avec le cabinet choisi

 

Des cabinets de conseil adhérents de CINOV pour vous accompagner dans plusieurs régions

 

Des cabinets membres de CINOV Conseil en management font partie des prestataires sélectionnés par le FAFIEC. Ces collègues, dont vous trouverez ci-dessous les coordonnées, peuvent vous apporter leur expérience et leur savoir-faire. N’hésitez pas à les contacter pour en savoir plus et à consulter leur site Web.

 

      PIERRE CHAMBE CONSEIL (Pierre CHAMBE :  06 11 77 67 77 - )

Diagnostics individuels et collectifs de positionnement professionnel, dans les régions Auvergne Rhône-Alpes, Ile-de-France et Bourgogne-Franche Comté

 

      PROM EXCEL (Muriel SERRET : 06 13 58 85 96 - )

Diagnostics Individuels , Accompagnement « Plan d’actions RH/Formation », et « Gestion des carrières, des potentiels et des talents » dans la région Auvergne Rhône-Alpes

 

          SOLANGE BRIET CONSEIL (Solange BRIET : 01 39 76 95 72 ou 06 65 54 52 96 - )

 

Accompagnement « Plan d’actions RH/Formation » et « Gestion des carrières, des potentiels et des talents », dans les régions Ile de France, Hauts de France, Normandie, Centre-Val de Loire.


Tous concernés par la cybersécurité !

Dans la phase de transition digitale que traversent les entreprises, la cybersécurité doit être au centre de l’attention du chef d’entreprise. Protéger son site internet, son réseau, son poste de travail, ses emails, ses sauvegardes, autant d’actions nécessaires à adresser pour consolider la continuité d’activité de l’entreprise numérique. Ely de Travieso, référent cybersécurité de CINOV-IT et expert depuis plus de quinze ans, nous éclaire sur les tendances à venir.

 

La sécurité numérique des TPE/PME doit répondre à une règle simple qui consiste à positionner la sécurité, comme un enjeu de qualité dans l’ensemble des procédures portées par l’entreprise. Dans le cas inverse, l’entreprise s’expose à des risques dont l’impact pourrait dans certains cas nuire à la continuité de son activité.

D’un point de vue global, et depuis quelques années, de nouvelles attaques impactent quotidiennement les entreprises françaises.

Les ransonwares ou rançongiciels en français, sont des virus informatiques qui arrivent dans l’entreprise par email en pièce jointe et s’ils sont activés, chiffrent et bloquent l’accès aux fichiers contenus sur les ordinateurs de l’entreprise en demandant une rançon en échange d'une clé permettant de les déchiffrer. Pouvant atteindre plusieurs milliers d’euros, les rançons ne permettent pas systématiquement de récupérer ses fichiers.

Les fraudes aux faux virements du président sont des attaques d’ingénierie sociale dans laquelle le hacker vient tromper la vigilance des collaborateurs de l’entreprise en prétextant des opérations financières importantes et confidentielles, l’objectif étant de pousser les collaborateurs à ordonner le virement d’une somme importante à destination d’un compte bancaire situé hors de la communauté européenne.

Le défacement du site internet de l’entreprise, est également une attaque fortement répandue qui consiste à prendre le contrôle d’un site internet afin de diffuser des idéologies politiques ou religieuses. Très souvent, ce sont les clients qui informent le propriétaire du site que l’attaque a eu lieu.

Pour finir, l’attaque par rebond est une attaque qui consiste à viser un grand groupe en passant par ses fournisseurs. Les hackers ont bien compris que les mesures de sécurité des TPE/PME étaient bien moins résistantes que celles déployées par les grandes entreprises. Dans ce sens, le hacker va infiltrer le réseau de l’entreprise afin de positionner des charges qui lui permettront par la suite, de lancer des attaques sur la grande entreprise.

Autant d’attaques, qui tant d’un point de vue technique que financier, peuvent nuire à la continuité d’activité de nos entreprises.

Pour s’en prémunir, il faut d’abord adopter la bonne attitude. A ce niveau, nous parlons plus d’hygiène sécurité que de sécurité informatique.

La sensibilisation des collaborateurs est dans cette optique, un élément fort de l’amélioration de la sécurité des entreprises. Par méconnaissance, certains utilisateurs ont des comportements à risques contre lesquels l’entreprise doit se protéger : amener une clé usb du foyer, utiliser les mêmes mots de passe tant d’un point de vue personnel que professionnel, visionner des films en streaming pendant la pause du déjeuner, autant de comportements à risques qui peuvent avoir des conséquences négatives sur l’activité numérique de l’entreprise.

La sauvegarde est, quant à elle, un élément clé du processus de protection informatique des TPE/PME. Qu’on le veuille ou non, les entreprises ne peuvent pas se protéger contre tout et ainsi doivent prioriser des actions qui, quelle que soit l’attaque, puisse permettre à l’entreprise de retrouver son état originel.

La réalisation d’un audit de sécurité annuel permet à l’entreprise d’évaluer sa sécurité pour identifier des vulnérabilités critiques permettant à un hacker de prendre le contrôle du système d’information de l’entreprise. Pratiqué par des professionnels, l’audit est utile dans une optique de checkup.

Pour approfondir le sujet, il est intéressant de lire le Guide des Bonnes Pratiques en cybersécurité produit en collaboration par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) et la Confédération de Petites et Moyennes Entreprises (CPME). Ce document rassemble un certain nombre de règles de bon sens qui aident les entreprises à rehausser leur niveau de sécurité.

En conclusion, le chef d’entreprise, dans une optique de transition digitale permanente, doit améliorer sa sécurité pour améliorer sa compétitivité et son évolution car, encore à ce jour, la sécurité reste le talon d’Achille de la transformation digitale de notre économie.

Ely DE TRAVIESO, référent cybersécurité pour la CPME et CINOV-IT

Retrouvez Ely DE TRAVIESO sur LinkedIn et sur Twitter


Signature le 9 octobre de la charte des Relations Inter-entreprises

CINOV Informatique poursuit son action en faveur de l'optimisation des relations entre acheteurs et TPE / PME du numérique et passe à l'étape suivante. Le syndicat organise le 9 octobre à CINOV une cérémonie de signatures de la Charte des relations inter-entreprises en présence de Pierre Pelouzet, Président de la CDAF et Françoise Odolant, Responsable du Pôle Achats de la Médiation Interentreprises au Ministère du Redressement productif. Des séances de signature en région sont prévues.


Conférence environnementale : CINOV était là !

Vendredi 14 et samedi 15 septembre, le Gouvernement avait organisé la tenue d'une première "conférence environnementale", manifestation qui devrait se renouveler chaque année. Cette conférence s'inscrivait dans le même esprit que la conférence sociale de juin dernier (cf. "la lettre" n°43 de juillet 2012). La CINOV a eu la responsabilité et l'honneur d'être choisie pour représenter la CGPME, pour la table ronde "faire de la France un pays exemplaire en matière de reconquête de la biodiversité". Pierre Audiffren, membre de la Commission DD et de CINOV Ten, en tant que "titulaire" de cette représentation, a eu la lourde tâche de défendre les intérêts conjoints de la CGPME et de CINOV. René Gamba, Président de la Commission DD et membre de CINOV GIAc, lui a apporté en tant qu'"expert", son soutien, son écoute, son analyse des échanges, parfois vifs et surtout très nombreux et divers. L'organisation de cette conférence s'est inscrite dans la continuité du Grenelle de l'environnement, avec des points communs et des points de différenciation.

  • 5 tables rondes

    . Préparer le débat sur la transition énergétique

    . Faire de la France un pays exemplaire en matière de reconquête de la biodiversité

    . Prévenir les risques sanitaires et environnementaux

    . Financement de la transition et fiscalité écologique

    . Améliorer la gouvernance environnementale

  • 5 Collèges convoqués + 1

    . Représentants patronaux (MEDEF, CGPME, UPA)

    . Représentants des salariés

    . Représentants de ONG

    . Représentants de l'Etat

    . Les collectivités locales

    . Le 6ème, qui n'était pas aux réunions du Grenelle, est constitué des représentants des parlementaires (en France, en Europe)

    . Quelques jours avant la conférence, l'Etat a également choisi "ses propres invités"

 

Pour aller plus loin, téléchargez :

- Feuille de Route pour la Transition Ecologique

- Compte-rendu de la CGPME - conclusions des tables rondes

- 6 contributions rédigées préalablement à la conférence par CINOV à la CGPME, par des membres de la Commission DD (Pierre Audiffren, Gwënaelle Carfantan, Jean Cornet, Jean Hetzel, Jacques Perotto et René Gamba) : Biodiversité, Fiscalité, Gouvernance - marchés, Gouvernance loi MOP, Gouvernance loi Spinetta, Santé Environnement

- 1 contribution sur la trame verte et bleue, postérieure à la conférence, rédigée à la demande de la CGPME par Pierre Audiffren

 

Sylvie Raspillère - Déléguée intersyndicale, chargée du suivi de la Commission DD -Contact :


Rencontre technique le 12 octobre de 14h00 à 17h00 à CINOV

  • cinov industrie mailing

Olivier Fraquet, Président de CINOV Industrie, a le plaisir de vous convier à la Rencontre Technique de CINOV Industrie « Les enjeux des réseaux sociaux pour les cabinets d'ingénierie » décliné sur deux thèmes  « Les enjeux des réseaux sociaux pour les cabinets d'ingénierie » par Jean-Philippe Déranlot  et « Le pilotage de projets depuis une plateforme collaborative » par Yannick Boudier.

Télécharger le bulletin d'inscription

L’intervention de Jean-Philippe Déranlot « Les enjeux des réseaux sociaux pour les cabinets d'ingénierie » vous montrera que l’utilisation des réseaux sociaux dans le cadre des relations inter-entreprises ne s’improvise pas. Les cabinets d’ingénierie n’échappent pas à ces nouveaux outils, et la première difficulté consiste à savoir en quoi ils peuvent être utiles et lesquels utiliser (cf. blog, Dailymotion, Facebook, Google+, LinkedIn, Twitter, Viadeo, YouTube…).

Quels sont les tenants et les aboutissants des réseaux sociaux appliqués aux cabinets d’ingénierie, et comment mettre le pied à l’étrier au travers de cas appliqués ? Pourquoi le fait d’être adhérent CINOV et l’usage des réseaux sociaux peut s’avérer être un duo très utile pour les cabinets d’ingénierie ? La première étape étant d’avoir un profil très bien documenté, la fin de l’intervention sera illustrée par une mini-formation où vous apprendrez à créer votre profil sur le réseau social professionnel majeur qu’est LinkedIn.

Sur le thème de « Le pilotage de projets depuis une plateforme collaborative », Yannick Boudier vous permettra de répondre à :

• Comment piloter des projets complexes entre plusieurs entreprises de métiers différents à l’heure d’internet ?

• Comment utiliser les outils numériques dans nos métiers et dans notre gestion de projet quotidienne ?

• Ces outils et méthodes sont-ils à la portée de tout type de structure ?

Après une présentation générale, un traitement particulier sera développé sur des outils concrets. CINOV Industrie vous donne rendez-vous à CINOV à Paris le 12 octobre de 14h00 à 17h00 pour une Journée Technique. 

Télécharger le bulletin d'inscription

Inscriptions auprès de Christine Crosnier : 01 44 30 49 39 -