586 article(s) consultable(s) dans la catégorie Actualités

Les Futur Leaders ! Kezako ? On fait le point en 3 questions avec François BAUDOUIN

  • françois fidic

De retour de Mexico, où s'est déroulé le dernier Congrès FIDIC, François BAUDOUIN, animateur des Futur Leaders CINOV, s'est prêté au jeu des questions/réponses à la descente de l'avion : Retours sur le congrès, lobbying, prospectives et international, François nous propose un rapide panorama de cette initiative fédérale et des projets que portent les Futur Leaders CINOV.


  • François, tu faisais partie de la délégation de CINOV en tant qu’animateur du groupe des jeunes professionnels de CINOV, au congrès mondial de la fédération internationale des ingénieurs-conseils (FIDIC) qui s’est déroulé à Mexico début septembre. Quelles étaient tes attentes et qu’en as-tu retenu ?

J’avais fixé plusieurs objectifs dans le cadre de ce déplacement. D’une part je souhaitais découvrir la dynamique de notre fédération internationale, sa dimension multiculturelle,  et les principaux sujet actuels portés dans le cadre de cette rencontre 2019. D’autre part, et dans le cadre de notre dynamique en cours vis à vis du lancement de notre groupe “Young Professional” au sein de CINOV, je souhaitais rencontrer les porteurs du groupe “Future leaders” (anciennement Young Professionals) de FIDIC, m’inspirer de leur dynamique et m’assurer que nos ambitions françaises étaient en ligne avec cette dynamique Internationale.

Au cours de ce séjour j’ai pu découvrir une très belle dynamique internationale et une volonté profonde de lutter contre la corruption en s’appuyant entre autres sur les nouvelles technologies et le big data. J’ai également pu mieux apprécier la place qu’occupe la France et la place qu’elle pourrait encore mieux occuper, notamment en inspirant nos confrères sur des thématiques prospectives à long terme. Je pense notamment aux questions liées au changement climatique, à l’intégration des problématiques environnementales, la séquestration du carbone et l’intégration de la production agricole dans les infrastructures de demain. Les “smart cities”, un des thèmes du congrès, sont une chose mais les “green cities” en sont une autre et je crois sincèrement que notre industrie et sa dimension “ingénieur-conseil" doit être un précurseur et lanceur des tendances de demain plus qu’un transformateurs des tendances en cours.

Cela a aussi été l’occasion pour moi de rencontrer plusieurs membres des "Future Leaders” FIDIC dont l’actuel Leader du groupe. J’ai pu confronter la vision et les ambitions que nous nous fixions au sein de CINOV, et finalement obtenir un soutien mais également des encouragements au vu des efforts devant être déployés pour atteindre nos premiers objectifs. J’ai été impressionné par la place que les Future Leaders ont pu se faire au sein de FIDIC et leur capacité à réfléchir sur l’avenir de nos métiers et à être force de propositions.

 

  • CINOV a annoncé au congrès d’Arras le lancement de son groupe de jeunes professionnels. Peux-tu nous rappeler les objectifs de cette initiative ?

 

Cette initiative est parfaitement en ligne avec les objectifs de notre Fédération. Nous souhaitons néanmoins y mettre notre touche pour répondre et cerner plus précisément les problématiques des “jeunes professionnels" de notre secteur avec notre propre voix.

 Nous pensons que notre groupe peut intervenir spécifiquement sur un axe “Lobby et plaidoyer” en complémentarité avec les actions lancées par CINOV. A titre d’exemple concernant la place des jeunes professionnels dans les prestations de conseils. Le renouvellement de l’expertise est un enjeux majeur de notre secteur. Nous pensons entre autres que la constitution de binôme “senior-junior” répond au double objectif de la performance de prestations interne/externe et l’indispensable montée en puissance des nouvelles générations. Nos commanditaires et clients doivent favoriser ces dynamiques et cela fait partie des actions que nous souhaitons mener. Nous souhaitons également continuer à regarder l’avenir et être cette force de proposition qui singularise nos professions d’ingénieurs-conseils. C’est en ce sens que nous souhaitons aussi nous investir au travers d’un groupe “ Prospective” (qui cherche encore un leader !!) sur les sujets de demain, pour contribuer aux réflexions en cours sur l’évolution de nos métiers, les réponses possibles de notre profession au enjeux de la société, les questions du management intergénérationnel etc. Aussi, il nous apparait indispensable d’inscrire notre dynamique sur le plan international. FIDIC et EFCA sont nos principales cibles et nous souhaitons pourvoir intégrer progressivement les dynamiques soeurs au sein des organes existants de ces Fédérations.

Enfin, ce groupe a aussi pour ambition de nous faire nous rencontrer et de partager… nos réalités, nos besoins, nos enjeux, mais aussi nos business. Nous pensons que ce groupe peut etre un bon moyen de fédérer les membres CINOV, développer notre réseau et nos opportunités d’affaires, et tout cela on souhaite le faire dans une très grande simplicité et convivialité.

 

 

  • Quelles sont les prochaines étapes ?

La toute première étape va consister à affirmer notre alignement avec la dynamique Internationale FIDIC en changeant le nom de notre groupe pour nous rapprocher des “Future leaders”. Cette dénomination que nous ne souhaitons voir lue comme une prétention, aura le mérite de nous caractériser non pas uniquement sous l’angle de la jeunesse mais sous un angle plus prospectif.. la dimension “jeune” reste néanmoins un critère indispensable pour nous rejoindre. Nous avons eu beaucoup d’échanges sur l’âge limite… nous avons finalement retenu un âge maximum de 45 ans.

Nous avons tenu nos premières réunions pour définir et co-construire notre projet.  Nous avons abouti à la décision de mettre en place 3 groupes de travail :

  • Le premier pour couvrir l’axe “lobby et plaidoyer” que j’aurai plaisir à animer. Nous avons déjà enregistré plusieurs membres intéressés et devons maintenant définir les objectifs, le timing pour délivrer nos premières productions.
  • Le deuxième groupe devra porter les sujets de prospectives pour lequel je donnais les pistes globales ci-haut. Nous cherchons encore un leader pour animer le groupe et fixer avec les confères et collègues les premières pistes de travail et de réflexions. L’appel à candidatures est donc ouvert et je suis disponible à tout moment pour en discuter avec les potentiels intéressés !  
  • Le troisième groupe de travail relatif à l’international sera porté par notre collègue Chantal Dagnaud qui a aussi participé au séminaire à Mexico. Nous partageons avec Chantal la même passion de l’international. Son énergie, sa capacité de construction est très utile à notre groupe. 

 

Ayant maintenant constitué les premières bases avec un petit groupe de précurseurs (mais aussi avec des appuis et des encouragements au sein de la Fédération. Le plus important reste à fédérer les énergies et d’élargir notre groupe.

J’en profite ainsi pour faire un appel à tous les adhérents (et membres potentiels) de la Fédération, âgés de moins de 45 ans, chefs d’entreprises, collaborateurs, pour rejoindre notre dynamique. 

Nous recherchons des membres pour :

  • participer aux groupes de travail qui se tiendront principalement en visioconférence (pour faciliter la participation du plus grand nombre) ;
  • assurer l’animation de notre groupe “prospective” ;
  • participer au séminaire annuel que nous souhaitons tenir pour le premier en 2020 et qui viendra présenter les premiers résultats des travaux, définir nos futurs objectifs et aussi nous permettre de nous retrouver dans un format que nous souhaitons festif, fédérateur et développeur de nos business.

 J’espère que vous serez nombreux à nous écrire en nous indiquant votre intérêt à nous rejoindre et en précisant dans quels groupes vous souhaitez participer, voir même prendre le leadership de notre groupe “prospective”.

Contact : 

Arnaud CHAFFOTEAUX


La réforme « 100% santé » : un accord de branche signé !

Par la réforme « 100% santé », les pouvoirs publics ont souhaité « donner à tous les Français un accès à des soins de qualité, pris en charge à 100% par l'Assurance Maladie obligatoire et complémentaire, dans le domaine de l'optique, de l'audiologie et du dentaire ».

Ainsi, chaque entreprise doit avant le 1er janvier 2020 mettre en conformité sa couverture santé complémentaire, afin de ne pas perdre le bénéfice des avantages fiscaux et sociaux attachés au financement patronal des garanties de santé.

Dans notre branche BETIC, CINOV - qui a participé à la création en 2015 d’un régime mutualisé accessible à toutes les entreprises - vient de signer un accord avec les partenaires sociaux réalisant cette mise en conformité avec la nouvelle réglementation sans modification de tarif.

Cet accord, applicable à compter du 1er janvier 2020, permettra aux salariés de bénéficier pleinement du « 100% santé » et aux entreprises de continuer de bénéficier des avantages fiscaux et sociaux (L.871-1 du Code de la sécurité sociale). 

 

  • 100 santé

Colloque : Economie Circulaire - CINOV PACA

CINOV-PACA : QUEL EST L’AVENIR DE L’ECONOMIE CIRCULAIRE DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ?

  • Colloque economie circulaire CINOV PACA

C’est la question à laquelle CINOV PACA-CORSE et l’ENTE se sont intéressés ce mardi 1er Octobre 2019 à l’EMD Marseille.

La chambre régionale des syndicats des métiers de la prestation intellectuelle du conseil, de l'ingénierie et du numérique CINOV PACA-CORSE et l’ENTE organisaient un colloque consacré à l’« Économie Circulaire : Gestion et valorisation des déchets du bâtiments » à l’Ecole de Management de Marseille, réunissant près de 137 personnes.

Plusieurs acteurs locaux et intervenants spécialistes du sujet étaient présents : EnvirobatBDM, l'Association des ingénieurs territoriaux de France (AITF) , le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT), la Fédération française du bâtiment (FFB), et l'Ordre des architectes, étaient présents afin de promouvoir les initiatives collaboratives et circulaires de la région et leurs réflexions de l’économie circulaire dans le secteur bâtiment.

Après un aperçu réglementaire de la Direction Régionale de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement (DREAL), Jean Claude Lévy historien et géographe français spécialiste de l’économie circulaire et du développement durable a présenté la modélisation d’une construction de l’économie circulaire en plaçant la gouvernance politique au centre des engagements et des boucles de régulation.

Jean-Luc Reinero Vice-Président en charge des régions de la Fédération CINOV et Fréderic Bœuf Président CINOV Paca-Corse animaient la table ronde sur la thématique des enjeux de l’évolution des usages et de l’adaptabilité des bâtiments répondant aux besoins des évolutions réglementaire de la loi Elan. 

Le sujet de l’intégration de l’économie circulaire dans les bâtiments a également été abordé par la Fédération Française du Bâtiment et le Bureau d’Etude Altereo avec la présentation d’expériences abouties, permettant de montrer la variabilité des équipements, des matériaux centrés sur la performance économique mais également des évaluations d’intéressement qui motivent l’engagement de l’ensemble des acteurs de la chaîne.


BIM d'Or 2019 : CINOV Partenaire Historique de cette 6ème édition

Lundi 24 septembre avait lieu au Pavillon Dauphine, la remise du trophée du BIM d’Or 2019. Cette cérémonie organisée par les Cahiers Techniques du Bâtiment et Le Moniteur, à récompensé 10 lauréats.

  • bim d or 2019

Pour la sixième fois consécutive, CINOV reste partenaire historique des BIM d'Or, entouré du Moniteur et d’Autodesk, au Pavillon Dauphine, mardi 24 septembre dernier. 

Plus de 400 professionnels étaient réunis pour récompenser les projets les plus emblématiques, conçus et réalisés au moyen d’une maquette numérique. 

La soirée fut aussi l’occasion d’aborder la place de l’humain, l’évolution des bonnes pratiques et les relations avec les maîtrises d’ouvrage. 

Magali Delhaye-Cottave Vice-Présidente en charge de la Communication de la Fédération CINOV, faisait partie de la table ronde pour l’allocution d’ouverture, donnant ainsi sa vision du travail collaboratif.

Le BIM d’Or a été attribué au projet HYPERION à Bordeaux en raison, notamment, de sa prise en compte exemplaire des contraintes environnementales et de la qualité du travail collaboratif.

 

Bravo aux lauréats ! 

 


De retour de Mexico, la délégation CINOV nous débriefe

  • mexico délégation

Une délégation de la fédération CINOV était présente au ongrès international de FIDIC du 08 au 10 septembre. Cet événement qui rassemble chaque année les principaux acteurs du secteur de l’ingénierie-conseil dans le monde, portait sur le thème de l’innovation et de l’impact de la technologie sur les métiers de la consultance. 

Idriss Kathrada, président de la commission Développement DurablePhilippe Apra, animateur du club export, Angelica Calvet, Vice-Présidente de la région CINOV Nouvelle-AquitaineFrançois Baudoin et Chantal Dagnaud, jeunes professionnels et membres de la commission internationale, ainsi qu’Arnaud Chaffoteaux, responsable des affaires publiques composés la délégation CINOV qui s’est rendue à Mexico lors du congrès international de FIDIC du 08 au 10 septembre.

Cet événement qui rassemble chaque année les principaux acteurs du secteur de l’ingénierie-conseil dans le monde, portait sur le thème de l’innovation et de l’impact de la technologie sur les métiers de la consultance. Présentations prospectives, focus sur des projets locaux remarquables, réalisations des différents groupes de travail et remise des FIDIC Awards ont ponctué ces 3 jours.

Notre délégation a pu rendre publique son initiative de création d’un groupe de jeunes professionnelsannoncé au congrès d’Arras, et nouer des contacts privilégiés avec le groupe des jeunes leaders de FIDIC (nouveau nom des jeunes professionnels).

Elle a également participé à une série de rencontres institutionnelles avec Business France, la Chambre de Commerce Franco-Mexicaine, l’AFD, la Banque Interaméricaine de Développement et la Chambre des Ingénieurs-Conseils du Mexique.

La fédération a enfin représenté la France lors de l’assemblée générale de FIDIC.

Le prochain congrès se tiendra à Genève du 13 au 15 septembre 2020. CINOV est co-fondateur de FIDIC et participe activement à ses groupes de travail sur le développement durable et sur la diversité / inclusion.

 

Pour plus d’information sur le congrès, https://www.fidic2019.org/


Actions pour promouvoir l'attractivité de la branche auprès des jeunes

    • atelier alternance espace champerret
    • nuit orientation emerainville
  • Précédent
  • Suivant

La région Cinov Ile-de-France a toujours été mobilisée pour promouvoir les métiers de notre branche auprès des jeunes.

Pendant le premier semestre 2019, la participation des "adhérents - parents" lors de plusieurs forums des métiers dans toute l'Ile-de-France en partenariat avec "Concepteurs d'Avenir" a été très appréciée par les jeunes, enseignants et parents qui ont ainsi pu se renseigner lors des rencontres programmés, autour d'un stand ou encore lors des ateliers.

Effectivement, c'est un professionnel, passionné par son métier, qui parle aux jeunes et aux parents. Quand il est passé lui-même avec ses propres enfants par la phase "orientation",  son message est encore plus compréhensible et clair - et apporte par son authenticité du vécu du terrain une précieuse aide pour les visiteurs des forums des métiers.

Merci aux bénévoles qui sont intervenus!


Karl MAROTTA : Nouveau Président de la région CINOV Grand-Est

  • 17 01 portrait kmgrande 1

Récemment élu président de la région CINOV Grand-Est, Karl MAROTTA s'est prêté au jeu des questions/réponses

 

Karl, pouvez-vous en quelques mots vous présenter ?  

Je suis Directeur Général du Cabinet Clément et Associés Grand Est, filiale du Cabinet Clément et Associés basé à Lyon. Nous accompagnons les pouvoirs adjudicateurs essentiellement publics sur le management de projets de bâtiment et d’infrastructure, en projetique, ingénierie contractuelle et transfert de compétences. Je suis adhérent depuis la création de la société (01/09/16) à CINOV Ingénierie et depuis deux ans de CINOV Conseil en Management.

 

Votre élection à la présidence de CINOV Grand-Est est récente. Qu’elles sont les motivations qui vous ont conduit à accepter ce mandat ? 

Ma conviction est que l’échelon régional est le bon niveau pour porter les messages de CINOV auprès de nos interlocuteurs, partenaires et collègues. L’organisation territoriale française a nécessité la concentration des instances de décisions au niveau régional, tant pour l’État, que pour les collectivités territoriales et leurs établissements mais également des opérateurs économiques ou représentatifs. Je crois pouvoir y jouer un rôle pour CINOV.

 

Quelles sont les spécificités de votre région ? Dans quels secteurs souhaitez-vous mener vos actions ? 

C’est une très grande région d’un point de vu spatial qui a la spécificité d’avoir le plus long kilométrage de frontière avec pas moins de 4 pays (Belgique, Luxembourg, Allemagne et Suisse). Sur le premier aspect, cela crée de la difficulté à rassembler des chefs d’entreprise toujours moins disponibles car pris par un quotidien toujours plus exigeant. Sur le second, cela crée des dynamiques transfrontalières intéressantes. Pour réussir le pari de la représentation efficace, il me semble indispensable de travailler en partenariat avec les CPME, les FRBTP, SYNTEC en région, les organismes de formation…

 

Quelques sont les prochains rendez-vous à noter sur votre territoire ? 

Un événement le 28 novembre prochain avec le CNAM Grand-Est, avec qui nous avons déjà monté 2 manifestations :  l’ingénieur des Transitions en 2017 et le premier REX BIM Tour en décembre 2018. Nous commençons à travailler avec l’INSA de Strasbourg, avec l’AQC et Envirobat avec qui nous avons organisé un 1er événement réussi en mai dernier sur les performances énergétiques du bâtiment. Nous travaillons avec le Pôle Fibre Énergivie et nous réfléchissons à accueillir une étape du Tour de France de la Transition Numérique des TPE-PME. Mais cela prend du temps et nous ne sommes que bénévoles.

 


Catherine NIVOLLE : Nouvelle Présidente de la région CINOV Bretagne-Pays de Loire

Adhérente du Syndicat CINOV Conseil en Management depuis septembre 2018, Catherine NIVOLLE est la nouvelle Présidente de CINOV Bretagne - Pays de Loire le 27 juin dernier. 


 


Catherine, pouvez-vous en quelques mots vous présenter ? 


CN : Je suis consultante-formatrice à mon compte depuis 20 ans. J'interviens sur des sujets tels que la professionnalisation des agents et des encadrants de proximité dans l’accueil physique et téléphonique des usagers (structures publiques et assimilées), la formation à distance, la conception de ressources pédagogiques pour la préparation au concours pompiers (CNFPT). Je suis également coordinatrice pédagogique d’une formation professionnelle pour les métiers du conseil à la Faculté de l’Ouest à Angers.

Mon adhésion à CINOV Conseil en Management date de septembre 2018, et dans la foulée j’ai pris un mandat à la CREFP des Pays de Loire. Je souhaitais soutenir et contribuer à la relance de ma région, c'est ainsi que j'ai accepté de faire partie de la nouvelle équipe.

 

Vous venez d’être élue à la présidence de CINOV Bretagne- Pays de Loire, quelles sont les spécificités de notre région ? 

Notre région a un tissu économique développé ainsi qu'une forte dominante industrielle. Il existe un bon maillage entre les PME,  fortement représentées, et ETI. Notre région est également un territoire agricole avec un secteur agroalimentaire développé. C'est un territoire dynamique et innovant où l'emploi est en croissance notamment dans les le secteur des services. Ici, le taux de chômage est inférieur à la moyenne nationale. 

Dans quels secteurs souhaitez-vous mener vos actions ? 

La région est en veille depuis trop longtemps pour que l'organisation d’un événement CINOV attire réellement. Nous avons organisé fin juin une conférence qui n'a malheureusement rassemblé que trop peu de monde.

Nous allons donc oeuvrer, dans un premier temps, au renforcement des liens avec notre éco-système tels la CPME ou encore l'OCPO ALTAS pour ne citer qu'eux. Nous serons bien sûr présents  aux différents rencontres proposés par nos partenaires

 

Quelques sont vos prochains rendez-vous à notre sur votre territoire ? 

Nous allons reconduire à l'action jeune Intelli’Breizh, que CINOV a soutenu cette année, et nous accueillerons une étape du REX BIM Tour en 2020.

Nous souhaitons mettre à profit ces 2 projets nationaux pour retrouver de la visibilité au niveau régional, auprès de nos adhérents et partenaires. 

Nous resterons également en veille afin d'identifier et accompagner des manifestations régionales et s’y greffer.

  • catherine nivolle convertimage 1
Tags: région

Retrouvez la Fédération CINOV au Salon Handicap, Emploi et Achats-Responsables

  • Salon du Handicap - affiche num 1

Le 28 mai prochain, La Fédération CINOV animera un atelier au Salon Handicap, emploi et achats responsable organisé au Palais des Congrès de Paris. CINOV de présentera l'étude "Vers un habitat adapté aux évolutions des modes de vie" publiée par le Think Tank CINOVACTION et les actions réalisées en faveur du handicap notamment dans le cadre de l'ADESATT, de l'OPIIEC et de Club de l'Amélioration de Habitat.


Les temps forts CINOV à ne pas manquer :

 

Rendez-vous de 8h30 à 19h00 sur le stand de la Fédération CINOV - P235 : Venez échanger avec les membres de la Fédération CINOV sur les questions de l'amélioration de l'habitat, de l'accessibilité numérique, et bien sur de l'emploi et des actions en faveur du handicap dans la branche BETIC (métiers de l'Ingénierie, du conseil et numérique)

 

De 10h15 à 10h45 - Atelier - A38  :"Vers u habitat adapté aux évolutions des modes de vie"

CINOVACTION s’efforce de mieux comprendre l’évolution de notre environnement sociétal et économique. Dans un environnement en proie à une profonde mutation technologique, prendre en compte les évolutions des usages dans l’acte de construire est devenu un enjeu société. Dès lors la question de l’évolutivité du logement se pose pour accompagner ces transitions. Devenu lieu de vie, de travail et de soins, l’habitat s’inscrit dans une logique « durable ». Il est aussi le lieu d’interfaçage et d’accueil de services physiques et numériques (avec l’internet des objets, la robotique, l’intelligence artificielle etc.).

 

Animé et présenté par Jean-Luc REINERO, Vice-Président Fédéral en charge des Régions et Membre du Think Tank CINOVACTION.

L’étude Vers un habitat adapté aux évolutions des modes de vies : cliquez-ici

 

De 11h30 à 11h45 - Pitch/Focus - Stand P235 - Produire des contenus et services respectant les normes d’accessibilité numérique

 Etude OPIIEC – Avril 2019

Animé et présenté par Corinne PICHOUD, Président CINOV Rhône-Alpes et représentante de la Fédération CINOV auprès de l'OPIIEC.

 

De 14h45 à 15h - Pitch/Focus - Stand P235 - Handicap & emploi dans la branche professionnelle BETIC

 Étude ADESATT – Janvier 2019

 Cette étude donne un état des lieux de l’emploi des personnes en situation de handicap dans les entreprises de la branche. Les résultats de l’étude dressent un panorama des tendances aussi bien en matière d’emploi et de perception du handicap que d’actions conduites par les entreprises.

Animé et présenté par Philipe MONMARCHE, Adhérent CINOV Ingénierie et représentant CINOV au sein du Groupe de Travail Handicap de l'ADESATT.

La synthèse de l’étude ADESSAT Handicap et emploi : cliquez ici

Le guide de bonnes pratiques des entreprises de la branche : cliquez-ici

 

 


REX BIM Tour : top départ de la saison 2

Après une première étape à Nancy fin 2018, le REX BIM Tour a fait escale le 13 mai à Lyon. Une centaine de personnes ont participé à cet événement, organisé par CINOV pour décrypter les enjeux du BIM de la conception à l’exploitation-maintenance des bâtiments et sensibiliser les TPE et PME en région Retour sur les moments phares de la journée.

Gadget ou outil indispensable pour les acteurs de la construction ? Effet de mode ou tournant stratégique ? Que faut-il penser du BIM ? A qui s’adresse-t-il ? Quel chemin prendre pour s’y mettre ? Comment surmonter ses craintes ?

Bien conscient de la multitude des questions soulevées par le BIM et de la diversité des approches possibles, CINOV a souhaité démystifier le sujet : « Nous avons opté pour une démarche pragmatique, a souligné d’emblée Julien Mercier, vice-président en charge de la prospective et de l’innovation et animateur du groupe de travail sur le BIM et la transition numérique de CINOV . Nous voulons que ceux qui se sont lancés dans le BIM expliquent ce qu’ils ont fait, parlent des difficultés rencontrées et présentent les leçons qu’ils ont tirées. » Face à un public composé de bureaux d’études, d’adhérents, d’architectes, de maîtres d’ouvrages, d’éditeurs de logiciels, de partenaires et d’étudiants, les différents acteurs de l’acte de construire ont donc partagé leur retour d’expérience (REX).

 

 Le BIM à divers niveaux

L’entreprise générale Barel-Pelletier est ainsi venue expliquer comment et pourquoi elle avait fait le choix de concevoir et réaliser en BIM son nouveau siège social, prenant en charge la réalisation de nombreuses maquettes numériques 3D ; des spécialistes de l’ingénierie des structures ont présenté, de leur côté, leur travail pour concevoir et exécuter en BIM le clos et le couvert des futures archives départementales de l’Isère ; le cabinet d’architectes Patriarche a, quant à lui, exposé les ambitions BIM du futur centre d’innovation et technologie Solvay de Saint-Fons dans le Rhône. Bien qu’à des étapes et sur des périmètres différents, ces trois REX ont fait émerger une attente commune vis-à-vis du BIM : celui-ci doit permettre « d’améliorer la qualité des ouvrages et diminuer les aléas de chantier », pour reprendre les termes de Julien Buguet, BIM Manager chez Barel-Pelletier.

 

L’humain au cœur du BIM

Ils ont aussi reconnu que le passage au BIM exige un réel effort d’adaptation et une volonté politique forte : « C’est toute une méthode de travail pour nos équipes qui doivent se réapproprier un logiciel », a confié Aurélie Geoffray, responsable production CETIS Structure, tandis que son partenaire sur le projet des archives de l’Isère, Jacques Dinguirard, directeur des opérations EXO BIM, parlait d’une « transition digitale sans précédent », qui exige la mobilisation de toute l’équipe. La question de la compatibilité des logiciels – appelée interopérabilité - et de l’importance de parler un même langage s’est également imposée : « On est obligé de se demander comment optimiser nos échanges alors que tous les acteurs n’utilisent pas les mêmes outils », a résumé Clément Bonnet, BIM Manager chez Patriarche. Tous les intervenants se sont, enfin, mis d’accord sur le fait qu’aussi technique soit le BIM, la relation humaine reste la clef de sa réussite.

 

Les enjeux de formation

Après ces REX qui ont suscité beaucoup de questions dans la salle, une table ronde a permis d’affiner la définition du BIM – appréhendé comme un processus collaboratif de travail, autant que comme un outil de modélisation – et de revenir sur les problématiques de l’interopérabilité des logiciels. Sur ce sujet, nerf de la guerre, les débats se sont révélés d’autant plus intéressants que les représentants des  trois principaux éditeurs de logiciels avaient accepté de participer aux échanges. Ils ont abordé les atouts et les limites du format IFC, qui doit permettre l’interopérabilité, mais qui réduit les possibilités d’intervenir sur un fichier ; ils ont reconnu la nécessité de travailler ensemble, y compris au niveau international ; ils ont en outre évoqué les enjeux de formation en matière de BIM.

Encore balbutiante, notamment dans les écoles d’architecture, la formation va devenir déterminante dans les années qui viennent pour que toutes les générations se familiarisent avec le BIM. Le REX BIM Tour, qui y contribue à son échelle*, a déjà planifié d’autres dates de rencontres pour 2019 et 2020.

Prochain rendez-vous à Aix-en-Provence, le 21 juin.


Voir toutes les vidéos de l'événement : Rendez-vous sur youtube 


*une synthèse complète des rendez-vous 2019 du REX BIM Tour permettra à ceux qui n’ont pu y assister de connaître plus en détail les REX présentés et les sujets abordés lors des tables rondes.


Lancement du 1er Sommet Virtuel du Climat - Interview de Jean LEROY, CINOV Territoires & Environnement, membre de la commission Développement durable

Initié par l’APCC et co-porté par la Fédération CINOV aux côtés de l'ADEME, l’ABC et du CEREMA, le 1er Sommet Virtuel du Climat se déroulera du 18 au 28 novembre 2019 sous la forme de webconférences et salon virtuel.

Ce sommet a pour objectif de permettre aux organisations (entreprises, collectivités et acteurs de la finance) de trouver des clés de réponses aux questions que pose le changement climatique et la mise en œuvre d’actions visant à atténuer ses effets.

 

1)      Pourquoi avez-vous décidé avec la commission Développement durable de la Fédération CINOV de prendre part à cette initiative de l’APCC ?

Nous avons été sollicités par l’APCC pour participer en tant que co-porteur à ce projet, compte tenu des bonnes relations entre nos structures et parce que CINOV est l’acteur le plus à même de porter la voix de l’ingénierie dans les questions du changement climatique (dans tous les métiers de la fédération).

Nous avons estimé, avec la commission DD, qu’il s’agissait d’une bonne opportunité de nous faire mieux connaître, sachant qu’il y a des volontaires dans le syndicat TEN pour assurer le suivi de la démarche. 2 des cibles sur les 3 (entreprises et collectivités) correspondent à nos clients.

 

2)      Comment s’articulera ce 1er Sommet Virtuel du Climat avec ce format entièrement numérique ?

Ce sommet sera organisé autour de 3 questions :

- Comment se préparer et pérenniser son entreprise dans un monde décarboné ?

- Comment mettre en œuvre, financer et faire vivre une stratégie de neutralité carbone et de résilience à l’échelle de son territoire ?

- Comment impliquer efficacement la sphère financière, quel rôle face aux enjeux du changement climatique ?

Une quinzaine de thèmes sont associés à ces questions. Il y aura une trentaine d’ateliers sous forme de webconférences de 1h30, ouvertes à tous, réparties sur la durée du sommet virtuel. Elles seront animées par différents experts qui seront sélectionnés par les co-porteurs en fonction de la pertinence de leur proposition.

Un salon virtuel sera organisé lors de la dernière journée, qui permettra à des entreprises, collectivités, aux sponsors et partenaires de se faire connaître (mise à disposition d’informations, fils de discussion, échanges, …).

 

3)      Qu’attendez-vous de ce sommet et en quoi s’inscrit-il dans la continuité des travaux menés par la commission Développement durable ?

Le SVC contribue aux 3 objectifs de la commission développement durable de CINOV, qui sont :

  De favoriser la montée en connaissance et en capacité sur le développement durable et la responsabilité sociétale des professionnels du conseil, de l’ingénierie et du numérique, pour sa meilleure intégration dans les métiers et dans la gestion des activités, en offrant des retours d’expérience et des échanges ;

  De contribuer, à travers des initiatives réglementaires ou volontaires, aux objectifs de développement durable et de responsabilité sociétale. Le SVC propose un nouveau format, sans déplacements, permettant d’offrir une visibilité aux problématiques relatives au changement climatique et aux actions à entreprendre ;

  De promouvoir et défendre la notoriété des professionnels du conseil, de l’ingénierie et du numérique, comme des acteurs fortement contributeurs et reconnus, en particulier en matière de développement durable et de responsabilité sociétale. En étant co-porteur du SCV, CINOV apparaît comme un acteur engagé fédérant des professionnels qui prennent en compte la problématique du changement climatique.

 

 

  • Pour découvrir la présentation générale du projet : Cliquez-ici.
  • Consultez le site du Sommet Virtuel du Climat en cliquant-ici.
  • Pour plus d’informations sur les travaux de la commission Développement durable : Cliquez-ici

Audit énergie Réglementaire : La suite de nos actions pour la qualité et l'indépendance de nos conseils

Le groupe de travail intersyndical de CINOV autour de l’audit énergétique réglementaire a démontré son utilité pour la profession.

Aujourd'hui, nous avons le plaisir de vous transmettre l'article apparu dans la revue de l'ATEE, Energie Plus N°623 du 1er avril 2019. Il fait partie du dossier spécial sur le devenir de l'audit énergie "Quid de l'audit énergétique obligatoire?".

Cet article fait un état des lieux et donne la parole aux professionnels par l'entretien accordé par Martina KOST, qui porte le groupe de travail.

 

Pour consulter le dossier : cliquez-ici

Et pour vous abonner à Energie Plus : téléchargez le bond d'abonnement


Retour sur BIM World 2019

La Fédération CINOV était présente lors de BIM World 2019 via le stand CINOV Normandie et le GT BIM & Transition numérique. 

Lors de cet évènement a été présenté l'initiative BIM4Value, cadre de référence des usages du BIM, avec une intervention remarquée de Julien MERCIER, animateur du GT BIM & Transition numérique.


Pour plus d'informations : consultez l'Interview de Julien MERCIER sur BIM4Value


La Lettre du Management Immobilier n° 809 du 10 avril 2019

Découvrez la Lettre du Management Immobilier n° 809 du 10 avril 2019.


Frédéric LAFAGE, Président la Fédération CINOV

  • bureau cinov

A l’issue de l’Assemblée générale de la Fédération CINOV qui s’est déroulé le samedi 6 avril, Frédéric LAFAGE est devenu Président de la fédération CINOV. Ce dernier avait été élu président désigné lors de la précédente Assemblée générale du 8 juin 2018.

Il succédera à Dominique SUTRA DEL GALY.

 

Frédéric LAFAGE est Président d’ORFEA Acoustique, bureau d’études en ingénierie acoustique et vibratoire. Il est également expert judiciaire en acoustique.

 

Il milite depuis plus de 15 ans au sein de la Fédération CINOV et a exercé de nombreuses responsabilités :

  • Président du syndicat CINOV GIAc, de 2007 à 2011
  • Vice-Président fédéral en charge du social et de la formation, de 2013 à 2016
  • Vice-Président de la Commission Paritaire de la Convention Collective Nationale (CPCCN) coanimée avec la fédération SYNTEC, de 2005 à 2016
  • Membre durant 3 ans de la Commission d’Agrément des Contrôleurs Techniques (CACT)

Désormais Président fédéral, il a pour ambition de faire de CINOV « la Fédération de l’intelligence humaine et engagée ».

 

 La composition de l'équipe de direction :

 

Frédéric LAFAGE, Président de la Fédération CINOV

 

 

  • William CASSARD, Président du Comité des Sages
  • René GAMBA, Vice-Président en charge de la Stratégie
  • Muriel SERRET, Vice-Présidente en charge du social et de la formation
  • Michel PRIN, Vice-Président en charge des affaires intérieures
  • Mathieu WANNER, Vice-Président en charge du co-développement
  • Magali DELHAYE-COTTAVE, Vice-Présidente en charge de la communication
  • Julien MERCIER, Vice-Président en charge de l’innovation et de la prospective
  • Jean-Luc REINERO, Vice-Président en charge des Régions
  • Dominique ROUSSEAU, Vice-Président en charge de l’international

 

Pour consulter, le communiqué de presse : Cliquez-ici


CINOV, UNGE et UNTEC se félicitent de travailler ensemble au sein de l’OPCO ATLAS

Les organisations professionnelles CINOV, UNGE et UNTEC se félicitent de l’agrément octroyé à l’opérateur de compétence (OPCO) « ATLAS » créé dans le cadre de la réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage initiée en septembre 2018.

Elles saluent la décision des pouvoirs publics de réunir au sein de cet ensemble économiquement cohérent les métiers de l’ingénierie (branche « BETIC »), des géomètres-experts et des économistes de la construction entre lesquels existent de nombreuses convergences.

Au sein de l’OPCO ATLAS, CINOV, UNGE et UNTEC s’attacheront à soutenir le développement et l’actualisation des compétences des salariés, en étant particulièrement attentives aux besoins des TPE-PME.


Cybercriminalité : comment s’en prémunir ?

  • SMA BTP - cybersécurité

Virus, piratage, malware, phishing, ransomware … La cybercriminalité est devenue un véritable fléau à l'échelle mondiale : il devient capital pour tout professionnel de se protéger et de couvrir les risques résultant d'attaques contre les systèmes informatiques.

  

LE MONDE DEVIENT NUMERIQUE

La transformation numérique concerne désormais toutes les entreprises. Objets connectés, cloud, data… L’adoption rapide de ces outils bouscule les entreprises. Le BIM s’inscrit en plein dans ces avancées numériques. Aujourd’hui, nul ne peut ignorer les dangers liés à Internet. Selon une enquête CPME datant de 2019, 41 % des entreprises françaises de 0 à 9 salariés et 44 % des entreprises de 9 à 49 salariés ont déjà subi une ou plusieurs attaques ou tentatives d’attaques informatiques. La proportion d'entreprises touchées s'avère encore plus élevée pour les entreprises plus importantes.

 

SYSTÈME D’INFORMATION QUEL ENJEU ?

Le système d’information est l’ensemble des données d’une entreprise ainsi que ses infrastructures et logiciels. Avec la dématérialisation, il est devenu crucial de le protéger : les entreprises faisant face à une nouvelle criminalité pouvant l’altérer (logiciels malveillants, enregistreur de frappe, usurpation de mot de passe…). Les cybercriminels élaborent des tactiques de plus en plus sophistiquées pour provoquer un maximum de perturbations et de pertes financières. Le mobile financier constitue 93 % des violations de données. Les petites structures négligeant leur cyber sécurité sont une cible privilégiée.

 

DONNÉES ET RESPONSABILITÉS

Nombre d’informations détenues par les entreprises font l’objet d’une obligation de confidentialité. Leur divulgation à la suite d’une attaque peut engager la responsabilité de l’entreprise. Utilisées à mauvais escient, les tiers peuvent subir un réel préjudice et sont en droit de réclamer une indemnisation. En effet, depuis 2018, est entré en application le Règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD) ; visant à renforcer le droit des personnes dont on utilise les données personnelles, à responsabiliser les acteurs impliqués dans le traitement de ces données ; avec un pouvoir de sanction accru pour la CNIL.

 

ASSURANCE CYBER

La transformation numérique génère de nouveaux risques et les entreprises doivent pouvoir y faire face. Le contrat CYBER RISQUES de SMABTP permet de maintenir la continuité des activités d’une structure en transférant à l’assureur les pertes financières à la suite de cyber attaques. L’assureur prend en charge les coûts d’investigation, de décontamination virale, de reconstruction de données ainsi que les frais engagés lors d’une tentative d’extorsion informatique, les pertes d’exploitation et enfin les coûts de notification (frais engagés pour la mise en œuvre des obligations prévues par le RGPG). SMABTP, via ce contrat, propose également les services d’experts informatiques par une plateforme d’assistance joignable 7/7 – 24/24.

  • logo smabtp rvb

Cyril GERNEZ, Président CINOV Hauts-de-France nous parle du Congrès

À 24 heures notre Congrès fédéral CINOV, Cyril GERNEZ, Président de CINOV Hauts-de-France, a pris le temps de répondre à nos questions pour nous livrer son ressenti et vous souhaiter un excellent Congrès.
 

1.  Votre région accueille sur son territoire notre Congrès national, labellisé Rev3 : Comment s’est fait le choix de votre région ? Et pourquoi avoir décidé d’aborder la thématique de la REV3 ?

Tout est parti du constat que nous vivons, dans nos métiers du numérique, du conseil, et de l’ingénierie, de grandes mutations. Ces grandes transformations sont en relation directe et assez proches des mutations environnementales, écologiques et numérique qui sont portées par la dynamique REV3 de la région Hauts-de-France.

De ce constat est né assez naturellement le souhait d’organiser le Congrès fédéral dans la région. Nous avons posé candidature pour l’organisation du congrès 2019 de la fédération CINOV avec la volonté de réfléchir sur les enjeux de ces grandes mutations et sur la manière dont nos métiers peuvent être acteurs de cette troisième révolution industrielle (REV3).

Le choix de la région Hauts-de-France s’explique également par l’engagement fort, du réseau des CCI locales et de la Région, au développement de la dynamique REV3 et de l’économie du futur afin de valoriser les TPE/PME/Start-up qui œuvrent dans nos domaines.

L’objectif est également de rapprocher les futurs jeunes talents de nos métiers et entreprises. Une volonté qui s’est traduite par le lancement d’un rallye économique urbain « Sprint’Eco » à Arras le 14 mars dernier.

 

2.       Quels seront les principaux temps du Congrès ?

Le Congrès fédéral de cette année s’articule autour de 4 grands temps forts avec : des forums, véritables ateliers participatifs et retours d’expériences, autour de 3 thématiques phares : l’industrie du futur, la qualité de vie et les usages de l’habitat, les nouveaux modes de travail et d’organisation ; un marathon des bonnes idées : kaléidoscope de projets, réalisations et solutions innovantes dans les domaines des éco-matériaux et éco-solutions ; une restitution du Sprint’Eco porté et réalisé par des étudiants auprès d’une centaine d’entreprises arrageoise et qui a abouti à la réalisation d’une étude économique de terrain en un temps record dont les résultats seront dévoilés le 5 avril et donneront lieu à un business meeting entre étudiants et les entreprises accueillantes.

 

Et pour finir, l’intervention de 3 grands témoins en plénière pour comprendre et anticiper les impacts, enjeux et perspectives de la REV3 que sont : Olivier BABEAU, chroniqueur, essayiste, Président Fondateur de de l’Institut Sapiens ; Alain d’IRIBARNE, sociologue du travail, directeur de recherche au CNRS, Président du conseil scientifique d’Actineo (Observatoire de la qualité de vie au bureau) et Pierre GIORGINI, auteur-conférencier, Président-recteur de l'université catholique de Lille, des visites de sites et démarches exemplaires de la dynamique REV3 à Arras.

 

3.       À la veille de l’évènement, quel est votre ressenti ?

Naturellement, je suis fier de la tenue de ce Congrès fédéral dans la région Hauts-de-France et impatient de partager ce moment fédérateur avec l’ensemble des adhérents, des partenaires de la Fédération et des organismes institutionnels.

Des partenaires et des acteurs locaux avec qui nous travaillons depuis plus de 6 mois sur les réglages de ce qui sera, je l’espère, un congrès riche d’enseignements et de rencontres entre consœurs et confrères de toute la France.

Je me félicite également de l’accueil favorable que semble rencontrer la thématique retenue auprès de tous.

Cet événement, je pense, apportera également une belle visibilité à la région et aux futures actions que CINOV Hauts-de-France mettra en place à l’avenir.

Je souhaite donc à l’ensemble des participants un excellent Congrès 2019 à Arras.


Qualité de vie au travail : « Les grandes tendances de demain sont déjà là »

  • marc fargeas mm h

Une interview de Marc Fargeas, Responsable Veille, Prospective et Etudes Stratégiques Malakoff Médéric Humanis, parue à l’occasion des 10 ans de l’enquête annuelle Santé et Qualité de Vie au Travail des Salariés

 

Le bouleversement de l’univers professionnel, acté par les salariés dans le BST (Baromètre Santé au Travail) 2018, est-il pour ces derniers une source d’angoisse ?

  • Marc Fargeas – Le monde du travail est très impacté par les transformations de notre société. En 2018, on observe qu’un salarié sur deux a connu au moins un changement de poste lié à une évolution une réorganisation, une restructuration d’entreprise. Il y a dix ans, c’était un tiers.

 

Le BST 2018 fait état de nombreux points d’amélioration et en particulier le sentiment de confiance des actifs vis-à-vis de leur situation professionnelle. Pouvez-vous nous en dire plus ?

  • M.F. – En effet, 86% des actifs ont confiance dans leur situation professionnelle et la situation financière de leur foyer. Ils ont le sentiment d’être moins vulnérables face aux accidents de la vie. Maintenant, si la confiance ressentie est en progression nette, l’indicateur de l’implication subit une érosion. Ce paradoxe résulte d’un environnement plus complexe à lire, plus incertain, qui conduit le salarié à un certain repli : « Je ne sais pas où je vais, de quoi demain sera fait et, de ce fait, je suis moins engagé. » L’aspiration à davantage de sens, d’autonomie, le besoin de montrer sa valeur ajoutée est sans contexte une spécificité de la génération des millennials, mais finalement, cette dernière est-elle si différente des jeunes d’il y a vingt ans ? Comment valoriser chaque génération au sein de l’entreprise ? Il existe nombre d’initiatives faisant intervenir des notions de tutorat et de mentoring. Certaines ont par exemple mis en place des « shadow comex », sorte d’incubateurs de l’innovation, avec des salariés de moins de trente ans qui jouent le rôle d’un membre du comité de direction.

 

Au regard des enseignements de ces 10 ans de BST, comment accompagner les entreprises dans les dix ans à venir ?

  • M.F. – L’évolution sur dix ans est assez mesurée avec peu de ruptures violentes d’une année sur l’autre. Les tendances de demain sont déjà là. Nous avons identifié quatre pistes pour aider nos clients à affronter ces mutations.

1-      Accompagner les salariés dans les transformations managériales, économiques, organisationnelles ou technologiques. Il faut répondre à leurs besoins d’information et de partage de bonnes pratiques.

2-      En termes de compétences, il faut les aider à se former aux évolutions constantes de l’environnement digital à l’aie de la formation continue.

3-      En tant que groupe de protection sociale, nous nous devons de proposer des pistes de réflexion et d’actions innovantes pour prévenir les nouveaux risques dans un contexte marqué par des transformations fortes.

4-      Inscrit dans notre ADN, l’accompagnement des salariés dans des situations de fragilité. Une action primordiale car lorsque quelqu’un va mal dans une entreprise, c’est toute l’entreprise qui en est affectée. C’est encore plus vrai dans les TPE/PME.

 

Propos recueillis par Armelle Oger, We Demain

 

Pour plus d'informations : Consultez le site


Le FAFIEC se transforme et devient l’opérateur de compétences « ATLAS »

Par suite de la réforme de la formation professionnelle de 2018, les OPCA (organismes paritaires de gestion agréé) avaient jusqu’au 1er avril 2019 pour se transformer en « opérateurs de compétences » (OPCO) et obtenir un agrément ministériel. C’est chose faite pour le « FAFIEC » qui devient « ATLAS » à compter de cette date. Ce nouvel opérateur prend en charge le financement de la formation professionnelle et de l’apprentissage pour un ensemble élargi de branches dont celle des Bureaux d’études techniques, des géomètres-experts, des économistes de la construction, des experts-comptables, de l’assurance et de la banque.

 

A titre transitoire (jusqu’au 31/12/2019), les demandes de financement sont transmises au FAFIEC selon les modalités habituelles et traitées sur la base des critères définis en début d’année.

  • atlas