660 article(s) consultable(s) dans la catégorie Actualités

La Fédération CINOV appelle à la création d’une « task force » représentative pour accompagner le plan de relance et la transformation du BTP

Après plusieurs semaines d’échanges et de concertations, la Fédération CINOV, représentative des métiers de la prestation de services intellectuels du conseil, de l'ingénierie et du numérique, a présenté à Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, ses propositions pour sauver et valoriser le secteur du BTP. Outre des mesures pour l’emploi, la trésorerie des entreprises et le redémarrage du secteur, CINOV appelle à la création immédiate d’une « task force » représentative de la filière. Cette dernière permettra d’accompagner les métiers du BTP dans leur transformation numérique, environnementale et sociétale.

Alors que l’arrêt brutal et imprévu de tous les chantiers – puis leur reprise aménagée pour répondre aux règles sanitaires – ont provoqué d’importants surcoûts pour le secteur du BTP, CINOV alerte sur le risque de disparition de nombreux bureaux d’études qu’elle représente (maîtrise d’œuvre, AMO). Ces dernières, qui sont principalement des TPE-PME, se retrouvent en effet particulièrement exposées et la Fédération CINOV appelle le gouvernement à prendre les mesures qui s’imposent pour sauver ces entreprises, acteurs clés de la vie économique dans les territoires. Pour cela, elle propose de créer un fonds afin d’aider les entreprises et les collectivités territoriales à faire appel à des prestations de services intellectuels pour les accompagner dans leurs transformations. CINOV insiste néanmoins sur le fait que la création de ce fonds ne suffira pas : il faudra aussi – et surtout – accompagner ces investissements pour qu’ils puissent être rentables.

Le secteur du BTP est en effet au cœur des transitions environnementale, énergétique, sociétale et numérique qui rendent inconcevable un retour à la situation antérieure à la crise sanitaire. CINOV appelle donc à la mise en place dès que possible d’une « task force » représentative dont l’objectif serait de faire adhérer et de mobiliser tous les acteurs de la filière autour d’un projet commun et, in fine, de faciliter la prise de décision puis d’accompagner la mise en œuvre des différentes mesures.

« Avec cette task force représentative de la filière, nous pourrons mettre en œuvre plusieurs grandes idées ambitieuses autour des impacts sociaux et environnementaux du bâtiment et des infrastructures », affirme Frédéric LAFAGE, président de la Fédération CINOV. « Nous souhaitons notamment définir et mettre en place un agenda de la transition écologique du secteur, recourir massivement à la finance responsable, investir dans les infrastructures durables et concevoir un aménagement urbain durable et désirable pour penser le logement autrement et réussir, enfin, sa rénovation. »

 

  

 

Les principales propositions de la Fédération CINOV

pour une relance économique et durable du secteur :

 

·       Créer immédiatement une « task force » représentative de la filière

 

·       Réussir la transition écologique du secteur :

o   En appliquant progressivement et avec pédagogie les nouvelles réglementations, dont la future RE2020 ;

o   En complétant la réglementation et les référentiels existants pour mettre en place une approche multicritères et des obligations de résultats pour tous les bâtiments ;

o   En accompagnant la maîtrise d’ouvrage publique par un vaste plan de sensibilisation et de formation aux enjeux environnementaux ;

o   En recourant massivement à la finance responsable (développer les labels Greenfin ou ISR, moduler les financements en fonction de leur impact sociétal et environnemental).

 

·       Investir dans les infrastructures durables :

o   En lançant un vaste programme quinquennal de renouvellement des réseaux d’eau et d’assainissement, de maintenance et d’entretien des infrastructures routières ;

o   En priorisant les investissements dans les infrastructures vers des projets à forte performance environnementale avec une évaluation régulière de cette performance.

 

·       Penser le logement autrement et réussir, enfin, sa rénovation

o   En conditionnant 100% des aides (primes et baisse de taxes foncières sur la durée de l’amortissement) à la réalisation de rénovation globale et performante, en une fois, des copropriétés ;

o   En définissant un dispositif « Ma Prime Rénov’ Copro » visant à rendre attractive la rénovation globale et copropriété.

 

·       Concevoir un aménagement urbain durable et désirable

o   En créant un plan de mobilité douce, à intégrer au PLU, en mettant l’accent sur les accès aux lieux de vie (espaces publics, loisirs, lieux culturels, écoles, commerces…) ;

o   En faisant du bruit, de la qualité de l’air et de la biodiversité des priorités nationales, à intégrer à travers des objectifs ambitieux, concrets et mesurables dans tous les projets urbains ;

o   En développant des référentiels, des méthodes et des outils adaptés à des aménagements urbains durables et désirables, facilement utilisables par les différents acteurs (collectivités, aménageurs, promoteurs, AMO/MOE, entreprises…).

 

 

 


CP - CINOV adresse ses propositions pour une relance durable et écologique

COMMUNIQUE DE PRESSE

 Le 5 juin 2020

 

 

Plan de relance de l’économie :

La Fédération CINOV remet au cabinet de la secrétaire d’Etat à la transition écologique et solidaire ses propositions pour une relance durable et écologique

 

Lors d’un échange organisé hier, la Fédération CINOV, fédération patronale représentative des métiers de la prestation de services intellectuels du conseil, de l'ingénierie et du numérique, a remis au cabinet de la secrétaire d’Etat à la transition écologique et solidaire ses propositions pour une relance de l’économie au service de la transition écologique. Pour CINOV, il est en effet primordial de transformer la crise actuelle en moteur de la transformation énergétique, écologique et numérique de nos sociétés. Orienter les financements vers la transition écologique, développer le management de la transition des organisations et des territoires ou encore impulser des projets d’économie circulaire et de circuits courts : autant de décisions stratégiques qui doivent être prises pour garantir un avenir durable à l’ensemble des organisations économiques et culturelles.

La crise sanitaire que nous traversons a provoqué une crise conjoncturelle d’une ampleur inédite qui nous pousse à redéfinir nos modèles économiques. Si certains acteurs appellent à remettre au premier plan la croissance, au détriment des engagements environnementaux, la Fédération CINOV appelle au contraire à faire de la crise une opportunité d’intégrer les enjeux environnementaux à nos principes économiques.

« S’il nous a été presque impossible d’anticiper la crise sanitaire que nous traversons, les effets de la crise environnementale vers laquelle nous nous dirigeons sont en revanche bien connus des scientifiques qui n’ont de cesse de nous alerter depuis plusieurs années » souligne Frédéric Lafage, Président de la Fédération CINOV. « Il serait donc extrêmement préjudiciable de ne pas prendre en compte les impératifs environnementaux dans notre plan de relance pour l’économie, voire de repousser les engagements qui avaient été pris ». 

C’est pourquoi la Fédération CINOV a réuni ses adhérents pour établir une liste de propositions structurantes visant à mettre au premier plan les enjeux environnementaux dans le plan de relance de l’économie. Ces propositions ont été remises hier au cabinet d’Emmanuelle Wargon qui leur a réservé un accueil favorable.

 

Les  propositions de la Fédération CINOV

pour une relance économique au service de la transition écologique :

 

·       Accompagner les entreprises et les collectivités territoriales dans leur projet de transformation par un fonds de soutien pour l’appel à la prestation de services intellectuelle

 

·       Promouvoir les projets d'économie circulaire de territoires et d'entreprises

 

·       Établir l'empreinte écologique des produits et services consommés sur les territoires mais aussi des citoyens, des entreprises et des collectivités locales

 

·       Renforcer la mobilité durable, en intégrant une analyse environnementale à tout plan de mobilité

 

·       Prendre en compte l'environnement dans tout projet d'aménagement ou de construction, par la réalisation d’un diagnostic écologique

 

·       Intégrer dans tous les dispositifs de financement des entreprises garantis par l’Etat une clause d’information relative à l’éligibilité de l’activité à la taxonomie européenne sur la finance durable

 

·       Mettre en place un crédit d’impôt « RSE » à destination des TPE.

 

·       Créer une plate-forme numérique à destination des TPE/PME facilitant l’identification de l’importance carbone et sociétale de leurs initiatives écoresponsables

 

 

 

 

Pour échanger avec un porte-parole de la Fédération CINOV

au sujet du plan de relance de l’économie, cliquez .


Propositions de la fédération CINOV pour un plan de sauvegarde de l’emploi et de l’activité

Pour répondre aux enjeux économiques, sociaux et environnementaux liés à la crise inédite que traverse le pays depuis plusieurs mois , la Fédération CINOV a produit dans le cadre de la task force lobbying (le groupe de travail intersyndicale chargé de produire les positions de la fédération-) une plateforme de propositions structurantes sous forme de fiches thématiques en co-construction avec les syndicats de la fédération.

La Fédération a travaillé à la production de fiches sur des thèmes transverses (transformation numérique, développement durable, social et formation) et sectoriels (culture, BTP et construction), accessibles aux adhérents et à l’ensemble des ressortissants de la branche,

L’ensemble de ces fiches sont accessibles en téléchargement ci-dessous.

Ces propositions ont pu être présentées officiellement dans le cadre de rencontres avec différents cabinets ministériels et directions générales des ministères concernés.

Le travail et la réflexion sur les propositions continuent et de nouvelles fiches sur les thèmes de la restauration, de l’ergonomie, de l’acoustique, des TPE et PME des prestations de services intellectuels seront bientôt disponibles. La Fédération communiquera prochainement sur l’avancée de ces fiches.

 


GUIDE AMO 2020

  • TELECHARGER LE GUIDE AMO 2020

Retrouvez le GUIDE AMO 2020 réalisé par CINOV et l'UNTEC dans l'optique de contribuer à la satisfaction de ce besoin d’assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO).

Au sommaire du guide AMO 2020 : 

  • Qu’est-ce que la Maîtrise d’ouvrage ?
  • Qu’est-ce qu'un AMO ? 
  • Particularités de l’Assistance à maîtrise d’ouvrage
  • Bien choisir un AMO
  • Comment utiliser la nomenclature
  • Articulation des missions de l'AMO avec la Maitrise d'Ouvrage
  • FAQ
  • Contribution des différents secteur professionnels à l'AMO
  • Trouver un AMO

Consulter le guide AMO ci dessous :


Reprise d'activité post confinement : Interview de François Roche, adhérent CINOV Ergonomie & consultant associé BR Consulting Services

Interview François Roche, consultant associé BR CONSULTING SERVICES

 Ergonome, ingénieur en facteur humain, François Roche a repris son activité le 11 mai, après une longue parenthèse.

 Comment vous êtes-vous organisé pour assurer la reprise de votre activité ?

J’ai la chance d’avoir un mandat d’officier de réserve à la DGA à Paris et une épouse médecin aux urgences de Nantes, si bien que nous avons pu remettre nos trois enfants en bas âge à l’école et à la crèche dès le 11 mai. C’est ce qui m’a permis de reprendre. Les 15 premiers jours, la remise en place s’est faite doucement. J’ai commencé par rappeler mes clients pour relancer les projets qui avaient été différés et reprendre des dates de rendez-vous ; et j’ai eu de premières visio-conférences. Les déplacements terrain vont recommencer début juin.

 

Quel a été l’impact du Covid-19 sur votre activité ces dernières semaines et comment envisagez-vous les prochains mois ?

Les premières semaines, j’ai géré la continuité des dossiers enclenchés, sans me déplacer. Jusque fin mars, j’ai assuré l’accompagnement stratégique de certains clients en lien avec le Covid- 19. L’impact est important, mais je ne suis pas inquiet car mon domaine -  autour des enjeux de santé et d’organisation du travail - est très connecté aux préoccupations du moment. J’espérais faire une très bonne année, elle sera finalement comme la précédente. La crise a en fait coupé mon élan et réduit mes perspectives. Certains clients qui n’ont pas été impactés ont remis sur le dessus de la pile certains projets et on a déjà commencé à me redemander des devis. Mais il y a des dossiers d’avant Covid-19 qui ont été renvoyés aux calendes grecques.

 

Comment êtes-vous accompagnés dans cette reprise post-confinement ?

Au début, j’ai eu beaucoup de sollicitations de la part de CINOV, avec plusieurs réunions de CINOV Ergonomie, ce qui était intéressant pour voir comment les différents cabinets vivaient la crise. On a pu partager de l’information sur les aides gouvernementales. Ma banque aussi m’a appelé sur ce sujet, ainsi que la chambre de commerce et d’industrie. Je sais où m’adresser si besoin.

  • cartecinov verbatim linkedln 520x320 fr

Reprise d'activité post confinement : Interview de Bertrand Cordier, adhérent CINOV Conseil en Management & président de BMS2C

Interview Bertrand Cordier, président de BMS2C, cabinet de conseil en management

 

Fondateur de BMS2C, Bertrand Cordier a profité du confinement pour se former et diversifier son offre de service. Mais la reprise reste pour lui encore très incertaine.

 

Comment vous êtes-vous organisé pour assurer la reprise de votre activité ?

Pendant le confinement, j’ai interrompu mon activité de terrain, qu’il s’agisse de mes missions d’audit des systèmes de management de la sécurité ou de certification ISO 9001. J’en ai profité pour me former avec l’AFNOR à la gestion de crise et à la reprise d’activité en mode dégradé, pour proposer un service supplémentaire à mes clients ; ainsi qu’à la prévention des TMS (troubles musculosquelettiques) que le télétravail va générer.

Depuis la reprise, j’ai fait un déplacement à Toulouse, en voiture pour éviter la foule ; mais je travaille surtout en visio-conférence, avec un système de partage de documents très pratique. Reste que pour la partie certification, je ne peux pas faire autrement que d’aller sur place.

 

Quel a été l’impact du Covid-19 sur votre activité ces dernières semaines et comment envisagez-vous les prochains mois ?

Mon mois de mars a été peu impacté, en revanche j’ai vite compris que mes missions d’avril seraient décalées en mai ou en juin ; les reports sont maintenant pour septembre, voire pour l’année prochaine ! Je me retrouve avec 30 000 euros de commande en attente ou reportée, donc avec un sérieux problème de trésorerie.  Aujourd’hui, je suis dans l’expectative, j’essaie de garder le moral et de communiquer au maximum sur mes nouvelles offres d’accompagnement.

 

Comment êtes-vous accompagnés dans cette reprise post-confinement ?

La CPME, dont je suis mandataire pour le fonds de garantie sociale des chefs et dirigeants d’entreprise, a été un support. Mais j’ai aussi beaucoup échangé avec des confrères qui connaissent les mêmes difficultés que moi et avec qui j’essaie de développer des projets. 

 
 
  • cartecinov verbatim linkedln 520x320 bc

Entretien avec Jean-Luc Reinero , Vice-Président en charge des Régions, sur les actions menées en régions

Comment s’est organisée l’action de CINOV en région pendant le confinement ?

Les équipes régionales ont toujours été en étroite relation avec la cellule de crise fédérale. Cela a permis à la Fédération de pouvoir défendre des positions d’urgence auprès des pouvoirs publics, et de mettre en place les accompagnements nécessaires pour les entreprises adhérentes. Notre baromètre nous a également permis de compléter ces échanges et d’identifier les régions les plus impactées par cette crise. Nous avons ainsi pu mettre en place des mesures de soutien plus fortes afin d’accompagner ces administrateurs dans leurs actions régionales.

  • img 2737 net 1

Quelles actions ont été initiées en région ces 2 derniers mois ?

Dans l’ensemble des régions, des contacts ont été pris avec les institutions publiques. A titre d’exemple, CINOV Rhône Alpes a échangé régulièrement avec la DIRECCTE afin d’évaluer avec eux l’état des demandes concernant l’activité partielle et l’identification des secteurs les plus impactés par la crise. De nombreux échanges ont aussi eu lieu avec la CARSAT et les préfectures dans le cadre de l’accompagnement des entreprises en activité et la préparation à la reprise post-confinement.

D’autre part, la coopération avec l’ensemble des représentants de la construction (FRBTP, Ordre et syndicats architecture, UNTEC, UNGE, OPPBTP) a été positive. De nombreuses régions sont déjà signataires ou en cours de signature de chartes de bonnes pratiques dans ce secteur (CINOV Midi-Pyrénées, CINOV Languedoc-Roussillon, CINOV Normandie et CINOV Hauts de France)

Enfin, des initiatives ont vu le jour localement, telles que la coordination de commandes groupées de matériel de protection, des campagnes d’appels ou encore l’animation de conférences ou réunions régionales par visioconférence dans le but de rompre l’isolement dans le contexte du confinement.

 

Quels axes de développement vont être privilégier pour la relance en région ?

Nous devons renforcer nos relations avec les instances régionales et les pouvoirs publics. La Task Force de CINOV a travaillé ces dernières semaines à la rédaction de propositions concernant le plan de relance et a élaboré un kit d’accompagnement des régions CINOV sur ces sujets.

Nous travaillons sur les transitions au sens large : environnement, économie, numérique, nouveau pacte social…De nombreux évènements sont prévus en région au dernier trimestre 2020 pour porter ces grands sujets : Tour de France de la transition numérique, REX BIM Tour ou encore le Tour de France de la biodiversité.


La fédération fait valoir ses propositions sur la relance auprès des décideurs publics

Dans le cadre des actions d’influence que la fédération mène sur le plan de relance de l’économie, près d’une dizaine de rendez-vous institutionnels sont prévus à ce jour depuis la mi-mai avec les décideurs publics issus des cabinets ministériels et des directions générales des ministères.

 

Sur la base des propositions à la fois d’urgence et pour le long terme produites par la Task Force lobbying de CINOV, le groupe de travail chargé d’élaborer les positions de la fédération, les différentes délégations composées d’élus et de collaborateurs de CINOV échangent ainsi avec les représentants publics leurs vues sur des thématiques transversales et sectorielles aussi variés que la transformation numérique, la transition écologique, le social et la formation, la construction, la culture, etc.

 

Cette série de rendez-vous institutionnels s’inscrit dans la stratégie d’influence de CINOV qui vise à se faire reconnaître en tant qu’interlocuteur privilégié auprès des pouvoirs publics nationaux et locaux. En effet, les régions de CINOV ont également initié des prises de contacts avec les acteurs publics locaux dans la perspective de la relance.


Les impacts de la crise du COVID-19 sur les BET d'Hôtellerie- Restauration - 4ème enquête

Vous trouverez ci-après pour information les résultats de notre quatrième (et dernière) enquête interne au sein de CINOV RESTAUCONCEPTEUR avec le concours du FCSI et de RFE.

Rappel du panel moyen :

  • 32 BET en Hôtellerie-Restauration
  • 154 Salariés
  • 590 Chantiers en phase réalisation (missions de MOE et AMO confondues)
  • 1474 Projets en phases études (missions de MOE et AMO confondues)

 

  1. Situation des salariés depuis la première enquête du 25 mars 2020 au 15 mai 2020
  • 1ENQUET

Le « Télé-confinement » et/ou le travail en agence ont tendance à diminuer avec 6% de salariés en moins, ce qui n’est pas une bonne nouvelle. De fait les salariés en chômage partiel augmentent sensiblement avec un taux de progression de plus 10%. Le pourcentage de salariés en arrêt de travail ou en chômage technique évolue à la baisse avec le déconfinement. Cette situation reflète le ralentissement économique subit par nos structures, avec le recours encore massif au chômage partiel pour 1/3 de nos effectifs. Il est donc urgent de prolonger les mesures de soutien des BET en Ingénierie de Restauration jusqu’à la fin de l’année le temps que la reprise économique soit effective afin de maintenir l’emploi.

 

  1. Situation des opérations chantiers depuis la première enquête du 25 mars 2020 au 15 mai 2020
  • 2ENQU

Le mois de mai confirme la réouverture des chantiers en mode dégradé, avec plus de 72% de taux de reprise (soit 425 chantiers sur 590 à l’échelle de notre enquête). Le rallongement de la durée des chantiers et le surcoût des opérations fait l’objet d’âpres négociations. La clarification sur l’affectation du portage de ces surcoûts et le mécanisme d’application des pénalités de retard deviennent un enjeu majeur pour notre profession.

 

  1. Situation des missions en phases études depuis le 13 avril 2020 au 15 mai 2020  au sein des BET en Hôtellerie-Restauration :
  • 3POINTC

Les tendances en phases études sont elles aussi au vert, les projets se débloquent avec la sortie du confinement, même si le taux de projets interrompus est anormalement élevé. Une action forte pour inciter à la reprise des projets doit être mise en place auprès des donneurs d’ordre de la filière.

  • 4ENQ

Tous les indicateurs s’améliorent: pour autant 24.6% des projets sont interrompus par absence de validation des MOA. Le recours aux AMO spécialisés peut permettre de soutenir les MOA dans la gestion de leurs projets afin de ne pas rallonger les délais de décisions, voire de reporter certains projets.


  1. Les mesures de relance à court terme pour les sites existants et à plus long terme pour les projets à restructurer et/ou à créer :

 

Dans le cadre du plan de relance, nous allons proposer de mettre en place une Task Force de la Restauration animée par CINOV RESTAUCONCEPTEUR, avec l’ensemble des acteurs de la branche (SYNEG, SNEFCCA, FCSI, RFE, UNACPRO, UDHIR, RESTAU’CO, SNRC, GECO etc…), afin de proposer :

 

  • Des mesures de relance liées aux évolutions nécessaires des modèles économiques de la restauration collective et commerciale,
  • Des mesures sur les évolutions réglementaires à venir,
  • Toutes les propositions émergentes sur les évolutions de nos métiers après cette période de pandémie sans précédent.

 

  1. La situation économique au 15.05.2020 du point de vue des fabricants et installateurs :

 

        1. Analyse de la situation depuis notre enquête précédente du point de vue du SYNEG :
  • 5ENQ

2.Analyse de la situation du point de vue du SNEFCCA :

  • 6ENQ

3.Analyse de la situation du point de vue de UNACPRO :

  • 7ENQ

Les points de vue du SYNEG, du SNEFCCA et d’UNACPRO sont essentiels, car ils viennent donner une vision complémentaire à la situation de notre branche.


Les acteurs de la filière construction s'expriment sur les conséquences de l'ordonnance du 13 Mai

  • capture2

 

 COMMUNIQUE DE PRESSE

 Le 15 mai 2020

 

Publication de l’ordonnance du 13 mai ;

La Maîtrise d’Œuvre et l’artisanat du Bâtiment craignent

que ce texte contestable accroisse, au second semestre,

le nombre de défaillances d’entreprises

 

La fédération CINOV, la CAPEB, Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment, l’UNGE, l’UNSFA, l’Union Nationale des Syndicats Français d'Architectes, et le SYNAMOME alertent le gouvernement sur les conséquences graves pour le secteur de la construction que les dispositions de la récente Ordonnance promulguée le 13 mai vont entraîner.

En effet, dans cette ordonnance, le Gouvernement considère une reprise à 100 % du secteur de la construction et, de fait, impose que les délais d’études et de construction soient inchangés, en dépit de la prolongation de l'état d'urgence sanitaire.

Les organisations professionnelles de la Maîtrise d’Œuvre et les entreprises artisanales du secteur estiment que les conditions de production dégradées, qui vont hélas perdurer durant l’été, ne permettront pas de tenir les délais de livraison. Financièrement, la question des surcoûts liés à la prise en compte du rallongement des plannings d’études et des chantiers, et liés à l’application des mesures sanitaires liées au Covid-19, n’est pas réglée et est non négligeable.

Le secteur réaffirme sa volonté d’être consulté et de participer à un dialogue préalable avant toute ordonnance, afin d’éviter toute erreur dommageable à l’ensemble de ses entreprises. Parallèlement au maintien des dispositifs d’aides aux entreprises pour dépasser cette crise, le secteur demande la prise en compte de la date de fin de l'état d'urgence sanitaire dans les plannings des opérations.

Si le texte reste en l'état et si les pénalités de retard sont appliquées, le résultat sera catastrophique à l’automne pour toutes les entreprises du secteur. Les fédérations redoutent l’effet domino qui sera terrible sur les défaillances d’entreprises de la Maîtrise d’Œuvre et du Bâtiment.

Retrouver ici la lettre du 30 avril adressée au Premier Ministre et signée des présidents des 5 fédérations, Régis Lambert pour l’UNGE, Patrick Liébus pour la CAPEB, Jean-Michel Woulkoff pour l’UNSFA, Dominique Millet pour le SYNAMOME et Frédéric Lafage pour le CINOV

 

Contacts :

CAPEB : Alain CHOUGUIAT : a.chouguiat@capeb.fr

Fédération CINOV : Thierry SANIEZ :

SYNAMOME : Bernard DELMAS : 

UNGE : Hervé GASTAUD :

UNSFA : Patrick JULIEN :

 


ITW de Cyril Gernez sur la signature de CINOV HDF de la Charte de bonnes pratiques initiée par l'URH

 - Pouvez-vous nous présenter la Charte de bonnes pratiques initiée par l'URH à laquelle CINOV Hauts-de-France à contribuée ?

Cette charte de bonnes pratiques initiée par l’Union Régional de l’Habitat est née d’une volonté forte, en sortie d’une réunion de travail en Préfecture, de mettre en place un dialogue de qualité entre les différents acteurs de la chaine de la construction afin d’organiser, au mieux, la gestion de la crise sanitaire que nous subissons tous.

Rapidement, l’ensemble des réseaux régionaux de la construction (Maitre d’ouvrage, Maître d‘œuvre, entreprises, bureaux de contrôle, CSPS...) se sont réunis avec la volonté partagée d’une reprise d’activité en toute sécurité.

Pour se faire, il a été acté la nécessité de partager des valeurs communes (Altérité, Solidarité, Responsabilité, Anticipation et Accompagnement), de disposer d’une lecture commune et partagée du guide de l’OPPBTP, de poser un cadre de recommandations pour un dialogue local entre les différentes parties prenantes, et d’organiser l’échange de bonnes pratiques de négociations et de modes opératoires dans la perspective d’une reprise efficiente.

Cette charte est une synthèse des échanges et des propositions de l’ensemble des parties prenants, et se veut être un outil d’aide à la décision. Elle n’a pas de caractère réglementaire imposant la stricte application de ses mesures ; ni même la vocation à se substituer aux protocoles et accords contractuels de chantier.

  • cyril gernez

Assez rapidement dans les échanges, un socle de quatre intentions communes a vu le jour :

  • Garantir la mise en œuvre des procédures préservant la sécurité des personnes face au COVID.19
  • Préserver la santé, voire la pérennité, des entreprises régionales
  • Garantir la souveraineté financière des dispositions complémentaires induites par les nouvelles modalités et préconisations sanitaires,
  • Préparer les conditions d’une reprise d’activité la plus efficiente possible.

Enfin, de ces quatre intentions communes, sont nés des engagements partagés par les partenaires signataires de la Charte, à savoir :

  • Réduction des délais de paiement et facturation / paiement d’avances et d’acomptes
  • Libération des dépôts de garanties et pénalités retenues sur les chantiers pénalisés par la crise sanitaire
  • Disponibilité / réactivité / continuité / reprise de l’activité
  • Sécurisation des sites et des personnes / prévention des risques
  • Pas d’indemnités, ni de pénalités telles que prévues par le CCAG
  • Analyse concertée et répartition solidaire/proportionnée des surcoûts inhérents à la crise sanitaire
  • Concertation / dialogue / qualité relationnelle

- Quels sont les retours à ce jour sur la mise en place de cette charte ?

Cette charte a reçu un fervent accueil par l’ensemble des acteurs de la construction et a été saluée par des pouvoirs publics tels que la Préfecture de région et le Conseil régional des Hauts-de France.

Cette charte est une première en France et est très certainement perfectible. Elle a eu le mérite d’avoir ouvert un dialogue constructif entre les acteurs régionaux de la construction autour d’un sujet qui nous touche tous !

Plusieurs vagues de signature sont prévues dans les semaines venir avec de nouveaux acteurs régionaux qui souhaitent s’associer à cette démarche. 

Elle a aussi pour vocation, et nous l’encourageons, d’être dupliquée et améliorée sur l’ensemble du territoire français en fonction des spécificités régionales. J’ai cru comprendre que des projets similaires était en cours de rédaction dans d’autres départements et régions (Normandie, Aquitaine, Auvergne..).

- Comment anticipez-vous les enjeux quant à la reprise d’activité post covid-19 en région Hauts-de-France ?

Au regard des discussions qui sont engagées et que j’entends lors des réunions de la filière « construction » organisés par la Préfecture des Hauts-de-France ; je suis assez confiant sur une reprise prochaine des chantiers de construction. Les filières se remettent en ordre de marche et les dialogues entre les acteurs sont constructifs et bienveillants.

Les chantiers « Tests » initié par la Préfecture sont riches d’enseignements et servent de retours d’expérience.

Tous les acteurs arrivent aujourd’hui à organiser leur sécurité sanitaire et celle de leurs salariés ; grâce, entre autres, à la mobilisation de la Région Hauts-de-France.

Dans tous les cas, je perçois une volonté forte, de tous les acteurs de la construction, au redémarrage rapide des chantiers en région Hauts-de-France.


COVID-19 : Impacts et conséquences

La Fédération CINOV se mobilise pour vous informer et vous accompagner quotidiennement face à la situation engendrée par l’épidémie du COVID-19.

Afin de pouvoir évaluer l’impact de cette crise sur votre activité et pouvoir porter vos positions auprès des pouvoirs public, nous avons mené une enquête auprès des entreprises adhérentes et affiliées CINOV.

CONSULTER LES TENDANCES DE L'ENQUETE 


Les acteurs de la filière construction adressent une lettre au Premier Ministre

Publié le 30 avril 2020

Les acteurs Fédération CINOV, la CAPEB, l'UNGE, l'UNSFA et SYNAMOME se réunissent à nouveau et demande au Premier Ministre par une lettre commune, la prolongation des aides pour l'ensemble de la filière construction. 

  • capture2

 

Monsieur le Premier ministre, 

 

Les signataires de cette lettre ont pris l’habitude depuis le début de la crise sanitaire de se réunir au moins une fois par semaine pour échanger leurs informations remontées du terrain, et unir leurs moyens pour apporter la meilleure réponse possible à la situation actuelle. A ce jour, il apparaît que : 

 

Depuis plusieurs semaines, la crise du Covid-19 frappe durement notre pays ; les conséquences économiques et sociales se font de plus en plus ressentir pour l’ensemble du secteur de la construction.  

 

Au-delà de l’actuelle période de confinement, nous anticipons que les mois à venir vont être particulièrement difficiles avec des surcoûts, des pertes de productivité, des ruptures de production liées à la disparition de certains acteurs…. soit autant de situations qui vont peser sur les chantiers en cours et en annuler certains.  

 

Le même scénario remonte de toutes les régions : l’arrêt brutal et imprévu de tous les chantiers, puis leur reprise aménagée pour répondre aux règles sanitaires provoquent des surcoûts qui ne peuvent être chiffrés qu’au cas par cas. Selon ces premiers retours ils représentent de 10 à 30% du montant initialement prévu. Ces surcoûts ne peuvent bien sûr être supportés par aucun des acteurs pris individuellement, mais dans la plupart des cas ne peuvent pas non plus être supportés une fois répartis sur l’ensemble des acteurs. Dans ces conditions, il suffit que l’acteur le moins solide soit défaillant pour que l’ensemble du chantier s’effondre économiquement.  

 CONSULTER LA SUITE 


CP : La Fédération CINOV soutien le secteur culturel


Soutien au secteur culturel : La Fédération CINOV salue les solutions d’urgence présentées par le gouvernement mais déplore le manque de vision à long terme

Lors d’un échange avec des artistes de différents domaines et aux côtés du ministre de la Culture, Franck Riester, Emmanuel Macron a dévoilé, ce mercredi 6 mai, les orientations du gouvernement pour venir en aide au secteur culturel, mis à l’arrêt en raison de l’épidémie de Covid-19.

La Fédération CINOV salue certaines des mesures présentées par le gouvernement telles que la prolongation des droits des intermittents jusqu’en août 2021, le lancement d’un « grand programme de commandes publiques » dans tous les domaines des arts ou encore l’élargissement de l’accès au fonds de solidarité des TPE pour les créateurs.

Elle déplore en revanche le manque de vision et de perspective à long terme et tient notamment à alerter le gouvernement sur les enjeux liés aux défis numériques et aux enjeux environnementaux.


TELECHARGER LE CP


Leonard Querelle, Président CINOV Ergonomie revient sur le service de conseil en ergonomie solidaire

Le syndicat CINOV Ergonomie se mobilise de manière solidaire pour aider les organisations qui continuent à fonctionner pendant la période de confinement. La préservation des ressources doit rester une priorité essentielle pour que les mesures sanitaires soient efficaces dans la durée.

Un service de conseil en ergonomie solidaire est proposé pour aider à la mise en place ou à l’optimisation des organisations, des procédures, des moyens de production pour préserver la santé de celles et ceux qui continuent à travailler de manière à atteindre le résultat avec plus d’efficience.

  • lqR

- Pouvez-vous présenter le Service Conseil en Ergonomie Solidaire lancé par le syndicat ? 

Cette action solidaire est à destination de tout employeur, directeur, artisan, manager qui doit faire face à l’emploi de salariés en période de confinement et en préparer la sortieNos comportements ont une influence directe sur la propagation de ce risque invisible.

Certaines industries à risque chimique, radioactif ou pharmaceutique sont habituées à gérer des risques de contamination. Pour tous ceux qui découvrent cette famille de risque l’enjeu est tant dans la protection des salariés que celles des clients, des usagers, des bénéficiaires, des élèves, des patients. 

Nous sommes tous une pierre de ce rempart et nous avons tous à jouer un rôle déterminant.

La compétence et l’expérience des ergonomes sont mises à profit dans ce service solidaire pour accompagner la réflexion de ceux qui en font la demande. Plus la préparation, l’anticipation des organisations, des processus seront rigoureuses moins l’improvisation aura de place. Les moyens qui vont être mis à disposition seront efficaces seulement s’ils sont ancrés dans la réalité.

Pour illustrer le propos :  décréter que des enfants de 6 ans doivent rester à une distance d’un mètre les uns et des autres n’a aucune réalité tangible. En revanche dessiner des ronds de couleur à un mètre de distance dans la file d’attente de la cantine permet de matérialiser la consigne et ainsi d’en faciliter le respect. Ce n’est pas suffisant, mais c’est un début pragmatique.  

Les gestes barrières doivent être rendus le plus concret possible. En mobilisant l’expérience de chacun des salariés, le conseil en ergonomie aide à l’anticipation et à la prévention des situations de travail. Ainsi la production du bien ou du service est réalisée en sécurité à court terme et peut être maintenue durablement.

-  Comment anticipez-vous la reprise d’activité post covid-19 ?

 

L’incertitude quant à cette pandémie est très forte. La question du travail devient centrale pour toutes et tous. Les ergonomes vont être mobilisés de manière conséquente avec le redémarrage de l’économie. Les organisations, les implantations, les flux, les procédés de fabrication, les interactions humaines, la circulation de l’information doivent être repensés.

Deux chemins managériaux sont possibles : le management vertical qui va imposer une vérité désincarnée, mais erronée ou la co-construction et le management pragmatique des objectifs, des indicateurs de pilotage, de l’utilisation des ressources et ce de manière itérative entre tous les opérationnels et ajustée aux contraintes émergentes.

L’organisation transitoire mise en place pendant ou après le confinement va durer, les organisations apprenantes résisteront mieux, car plus robustes pour gérer l’incertitude. Cette période est une opportunité pour hisser nos cultures d’entreprise à la hauteur des hommes et des femmes qui les font vivre.

« Nous sommes aujourd’hui face à de nouveaux choix de société auxquels il appartient à chacun de nous de participer. Le travail de demain peut être bénéfique pour tous. Il suffirait d’être assez nombreux à le vouloir. » Cette citation d’Oscar ORTSMAN, tellement actuelle, date de 1994.

Il n’est plus question de le vouloir ou pas aujourd’hui.

Oublier encore le Travail réel dans les organisations sous COVID-19 conduira à des mises en quinzaine à répétition, à des désinfections drastiques dont le coût va devenir bien réel à court terme. Sans Homme une entreprise ne peut rien.

Cette reprise est donc une opportunité formidable que nous devons saisir avec enthousiasme.


La Fédération CINOV soutient l'initiative "Des ordis pour nos enfants"

DES ORDIS POUR NOS ENFANTS : LA FEDERATION CINOV SOUTIENT CET APPEL A LA SOLIDARITE

 

Adrien Taquet, secrétaire d’Etat en charge de la protection de l’enfance et Cédric O secrétaire d’Etat chargé du numérique ont lancé un appel à la solidarité pour garantir le maintien de la scolarisation et les activités proposées aux enfants qui relèvent de l’Aide sociale à l’enfance.

De nombreux enfants protégés par l’Aide sociale à l’enfance sont aujourd’hui confinés dans des structures d’accueil et des foyers qui ne disposent pas de l’équipement informatique nécessaire. Ainsi, dans les conditions actuelles, l’enseignement à distance ne peut être assuré pour des milliers d’enfants.

La Fédération CINOV soutient cette initiative et appel à contribution auprès de l’ensemble de ses adhérents. TPE, PME et grandes entreprises peuvent participer en cliquant sur le lien suivant, saisir sa ville et déposer leurs ordinateurs. Il manque actuellement plus 6000 ordinateurs.

Je participe

  • ban fixe 250x250

CP - CINOV Ergonomie et la Fédération CINOV diffusent un questionnaire concernant l’état de santé des salariés face au COVID-19

Que ce soit dans les hôpitaux, les administrations, les entreprises, il est essentiel que les conditions de travail et la performance des salariés restent au cœur des décisions prises actuellement. Le syndicat CINOV Ergonomie propose la diffusion d’un questionnaire permettant au salarié d’exprimer leur ressenti par rapport à la situation de confinement.

Nous faisons face depuis plusieurs semaines à une crise sanitaire majeure qui impose le confinement de la population. Depuis le décret du 14 mars les mesures contre la propagation du virus COVID-19 ont imposés la fermeture de la très grande majorité des entreprises et institutions. De nombreux salariés continuent à travailler en télétravail ou sur leur lieu professionnel habituel. Les conditions de travail et de vie sont dégradées en raison du contexte (respect des mesures barrières, difficultés d’approvisionnement, contexte anxiogène) mais l’ampleur de la situation n’est pas connu.

L’état de santé des salariés était préoccupant bien avant la période de confinement comme en témoigne les démarches mises en œuvre au travers de la prévention des RPS ou de la QVT, largement soutenues par l’État. Quel impact cette période de confinement a-t-elle concrètement sur l’état de santé des salariés ?

Pour tenter d’amorcer une réponse à cette question, CINOV Ergonomie, avec l’appui des sociétés ALTAR conseil et Human Design Group HDG, a conçu un questionnaire à destination des salariés.

Accéder au questionnaire en ligne

Ce questionnaire est l’occasion donnée aux salariés d’exprimer massivement et de manière anonyme leur perception de la situation et de son impact sur leur santé psychique et physique.

Les premiers résultats seront mis en ligne à la fin de la semaine. Pour toute information complémentaire vous pouvez vous adresser à .

Ces résultats accessibles à tous permettront de mieux comprendre les effets de la situation et ainsi envisager les actions potentiellement nécessaires à l’échelon local. 

 


CP - CINOV Numérique : StopCovid, un outil pertinent s’il fait partie d’un arsenal complet de mesures et respecte des libertés individuelles.

 COMMUNIQUE DE PRESSE 

 Le 27 avril 2020  
 
 
StopCovid, un outil pertinent  s’il fait partie d’un arsenal complet de mesures  et respecte des libertés individuelles. 
 
CINOV Numérique, syndicat des PME, TPE et indépendants du numérique, considère que l’application StopCovid sera utile si elle fait partie d’un arsenal de mesures (tests, masques, distanciation) dans le cadre de la stratégie globale de déconfinement.  Cependant, Alain Assouline, Président de notre syndicat, appelle à un devoir de vigilance sur le respect de principes fondamentaux, autour des libertés individuelles. 
CINOV Numérique souhaite s’exprimer sur la partie du débat relative à son expertise et sur l’impact anticipé sur les entreprises, en rappelant quelques principes fondamentaux sur l’emploi et la gestion de tels outils, autour de 4 axes : le respect de la vie privée, la transparence, la proportionnalité et le consentement. 
 
CINOV Numérique rappelle que le succès d’un tel outil, dans son développement comme dans son déploiement et son acceptation n’est possible que si l’ensemble des parties-prenantes, intégrant des représentants de la société civile, est sollicité dans une approche collaborative avec un rôle de supervision du projet.  
Suite aux avis notables de la CNIL et du CNNUM concernant StopCovid, CINOV Numérique veut souligner le rôle de contrôle, d’accompagnement et de sanction des régulateurs (Indépendants vis-àvis du gouvernement) notamment de la CNIL, en lien avec l’ARCEP (pour la partie opérationnelle) et l’ANSSI. Il doit être central et renforcé, aussi bien dans la phase de conception que dans les phases d’exploitation et de fin de vie de l’application, afin d’éviter toute dérive.  
 
Au-delà, CINOV Numérique appelle à ce que cette application respecte les dispositions suivantes : 
 
  • Respecter les libertés individuelles. Il doit être notamment possible pour chaque citoyen de refuser d’utiliser l’application ponctuellement ou totalement sans enregistrement ni conséquence de cette décision. Afin de respecter la règle fondamentale de consentement libre et éclairé, au cœur des fondamentaux du Règlement général sur la protection des données, CINOV Numérique demande à ses entreprises adhérentes de s’engager à ce que leurs salariés et leurs partenaires ne soient jamais discriminés du fait de l’usage ou non de cette future application. 

  • Ne pas enfreindre la protection des données personnelles et de la vie privée des personnes. Respecter en tout point la réglementation qui encadre la protection et le traitement des données personnelles (RGPD). L’anonymat doit être tout particulièrement préservé. • Limiter l’usage de cette application au temps de l’urgence sanitaire. L’application ne doit pas avoir vocation à perdurer. Une fois l’épidémie vaincue, elle ne servira plus et elle devra être effacée automatiquement. Les données recueillies aussi. Concernant ces dernières, on pourrait imaginer, comme pour la vidéosurveillance, de les détruire automatiquement après 15 jours, délai connu d’incubation.   
Afin de garder la maîtrise de la technologie, de son application et de son évolution la totalité du développement, l’exploitation et le déploiement doit être réalisé exclusivement par des entreprises ou organisations françaises ou européennes. Cette approche souveraine inclut l’hébergement, la distribution et le stockage des données de l’application. Compte tenu des caractéristiques intrinsèques de l’épidémie qui se joue des frontières, l’échelon européen nous semble particulièrement pertinent. 
Enfin, le code source doit être, dans la mesure du possible, ouvert, afin que la communauté technique puisse jouer son rôle de contrôle et de lanceur d’alerte. 
 
La Fédération CINOV organise une Table Ronde virtuelle le vendredi 15/05 à 10h « Faut-il utiliser le numérique pour maîtriser l’épidémie ? Et comment ? » Rejoignez nos experts afin de débattre des enjeux personnels et collectifs que ces outils numériques questionnent. En savoir +
 
 
A propos de CINOV Numérique 
CINOV Numérique, le syndicat des TPE PME et indépendants du numérique, représente les cinquante mille TPE-PME du secteur du numérique. Les 900 adhérents (directs ou membres des associations affiliées) sont des entrepreneurs des quatre grands domaines de l’Industrie du Numérique que sont l’édition de logiciels, le conseil, l’ingénierie en informatique et le web. CINOV Numérique est un des 13 syndicats techniques de la Fédération CINOV.  
 
 
Pour en savoir plus : http://www.cinov-numerique.fr 
Relations presse : Rémi Ferrand, Tel : 06 86 10 51 45 - r.ferrand@cinov-numerique.fr 

Normes environnementales : CINOV s’oppose à tout moratoire et rappelle l’urgence à agir !

A l’heure où la situation macro, micro-économique et sociale du pays se dégrade rapidement et où le gouvernement met en place un plan d'aide aux entreprises, certains représentants du monde économique laissent à penser que la prise en compte des réglementations environnementales est un frein à la reprise.

CINOV, Fédération des syndicats des métiers de la prestation intellectuelle du Conseil, de l'Ingénierie et du Numérique, propose d’intégrer deux grands principes dans l’écriture du plan de relance :

1-      La crise actuelle doit être un véritable accélérateur de transitions énergétique, écologique et numérique que doivent franchir nos sociétés.

2-      Toutes les mesures d’un plan de soutien massif aux entreprises doivent être totalement compatibles avec ces conversions en prenant en compte en particulier, des critères comme la transition bas-carbone, la régénération de la biodiversité et la définition d’un nouveau pacte social.

L’impact du dérèglement climatique et de la perte de la biodiversité tel que pointé par le GIEC et l’IPBES serait structurel et potentiellement plus déstabilisant qu’une pandémie. La note récente de la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité (FRB) interpelle, quant à elle, sur le lien entre érosion de la biodiversité, émergence de zoonoses et risques de pandémies.

Avec la crise économique qui va suivre la crise sanitaire du Covid-19, il est probable que certains acteurs vont demander à différer voire à supprimer l'application et l’évolution de réglementations de protections environnementale, sanitaire, sociale et juridique.

Nous considérons qu’il est au contraire urgent de poursuivre ces évolutions au moment où l’opinion publique aspire à un changement de modèle de société.

La crise actuelle montre que nous faisons les frais d’un manque d'anticipation d'un évènement prétendument « imprévisible" (malgré les signaux forts). La crise environnementale et climatique est, quant à elle, bien plus prévisible ; reculer les mesures de lutte et les mesures d'adaptation serait encore plus grave.

Nous appelons donc à ne surtout pas réduire les exigences, ni différer l'application des réglementations énergétiques et environnementale.

Il y a urgence climatique, écologique et sociétale à laquelle le plan de relance de la France se doit de répondre, en prenant la forme d’un plan de transformations qui renforcera notre capacité de résilience face aux crises à venir.

Ce plan de transformations est l’opportunité de (re)lancer une économie décarbonée et écologique, au service des populations et de leurs attentes. Il doit être assorti de critères d’éco-conditionnalité, comme le suggère le Haut Conseil pour le Climat dans sa note d’avril 2020. Il s’agit ainsi d’intégrer des objectifs de performances énergétique, climatique, écologique, sociale et de relocalisation pour chaque euro investi en s’inspirant largement du Green deal européen.

S’appuyant sur l’expertise et la capacité d’innovation de ses adhérents, la Fédération CINOV est d’ores et déjà en mesure de soumettre aux pouvoirs publics un plan de transformations de l’économie fondé sur des changements sociétaux profonds, des solutions de financement responsables et des actions par secteur.


CINOV Hauts-de-France signe la Charte de bonnes pratiques initiée par l'URH face à la crise du Covid-19

 CHARTE PARTENARIALE DE BONNES PRATIQUES POUR LA GESTION DES CHANTIERS EN HAUTS-DE-FRANCE EN SITUATION DE CRISE SANITAIRE LIEE AU COVID-19 

Comme toutes les régions de France, les Hauts-de-France ont fait face le 16 mars dernier, à la suspension « de fait » de l’activité sur la majorité des chantiers, suite à l’annonce des mesures de confinement.  

Afin de faire face à cette situation tout à fait exceptionnelle, CINOV Hauts-de-France a signé la "Charte de bonnes pratiques" initiée par l’Union Régionale pour l’habitat .

De nombreux partenaires régionaux se sont réunis afin de convenir bonnes pratiques partagées, en région, permettant de gérer, sans contentieux à venir, les chantiers brutalement arrêter et d’organiser les conditions de la reprise d’activité. 

Dans une volonté générale de reprise d’activité, en toute sécurité, il a été acté la nécessité de : 

Partager les valeurs qui doivent guider le dialogue local 

Disposer d’une lecture commune et partagée du guide de l’OPP BTP paru le 3 avril

• Poser un cadre de recommandations pour ce dialogue local entre les différentes parties prenantes 

• D'organiser l’échange de bonnes pratiques de négociation et de modes opératoires dans la perspective d’une reprise efficiente 

Consulter la charte ici

  • adobestock 110420101 preview