3 article(s) consultable(s) pour May 2019

REX BIM Tour : top départ de la saison 2

Après une première étape à Nancy fin 2018, le REX BIM Tour a fait escale le 13 mai à Lyon. Une centaine de personnes ont participé à cet événement, organisé par CINOV pour décrypter les enjeux du BIM de la conception à l’exploitation-maintenance des bâtiments et sensibiliser les TPE et PME en région Retour sur les moments phares de la journée.

Gadget ou outil indispensable pour les acteurs de la construction ? Effet de mode ou tournant stratégique ? Que faut-il penser du BIM ? A qui s’adresse-t-il ? Quel chemin prendre pour s’y mettre ? Comment surmonter ses craintes ?

Bien conscient de la multitude des questions soulevées par le BIM et de la diversité des approches possibles, CINOV a souhaité démystifier le sujet : « Nous avons opté pour une démarche pragmatique, a souligné d’emblée Julien Mercier, vice-président en charge de la prospective et de l’innovation et animateur du groupe de travail sur le BIM et la transition numérique de CINOV . Nous voulons que ceux qui se sont lancés dans le BIM expliquent ce qu’ils ont fait, parlent des difficultés rencontrées et présentent les leçons qu’ils ont tirées. » Face à un public composé de bureaux d’études, d’adhérents, d’architectes, de maîtres d’ouvrages, d’éditeurs de logiciels, de partenaires et d’étudiants, les différents acteurs de l’acte de construire ont donc partagé leur retour d’expérience (REX).

 

 Le BIM à divers niveaux

L’entreprise générale Barel-Pelletier est ainsi venue expliquer comment et pourquoi elle avait fait le choix de concevoir et réaliser en BIM son nouveau siège social, prenant en charge la réalisation de nombreuses maquettes numériques 3D ; des spécialistes de l’ingénierie des structures ont présenté, de leur côté, leur travail pour concevoir et exécuter en BIM le clos et le couvert des futures archives départementales de l’Isère ; le cabinet d’architectes Patriarche a, quant à lui, exposé les ambitions BIM du futur centre d’innovation et technologie Solvay de Saint-Fons dans le Rhône. Bien qu’à des étapes et sur des périmètres différents, ces trois REX ont fait émerger une attente commune vis-à-vis du BIM : celui-ci doit permettre « d’améliorer la qualité des ouvrages et diminuer les aléas de chantier », pour reprendre les termes de Julien Buguet, BIM Manager chez Barel-Pelletier.

 

L’humain au cœur du BIM

Ils ont aussi reconnu que le passage au BIM exige un réel effort d’adaptation et une volonté politique forte : « C’est toute une méthode de travail pour nos équipes qui doivent se réapproprier un logiciel », a confié Aurélie Geoffray, responsable production CETIS Structure, tandis que son partenaire sur le projet des archives de l’Isère, Jacques Dinguirard, directeur des opérations EXO BIM, parlait d’une « transition digitale sans précédent », qui exige la mobilisation de toute l’équipe. La question de la compatibilité des logiciels – appelée interopérabilité - et de l’importance de parler un même langage s’est également imposée : « On est obligé de se demander comment optimiser nos échanges alors que tous les acteurs n’utilisent pas les mêmes outils », a résumé Clément Bonnet, BIM Manager chez Patriarche. Tous les intervenants se sont, enfin, mis d’accord sur le fait qu’aussi technique soit le BIM, la relation humaine reste la clef de sa réussite.

 

Les enjeux de formation

Après ces REX qui ont suscité beaucoup de questions dans la salle, une table ronde a permis d’affiner la définition du BIM – appréhendé comme un processus collaboratif de travail, autant que comme un outil de modélisation – et de revenir sur les problématiques de l’interopérabilité des logiciels. Sur ce sujet, nerf de la guerre, les débats se sont révélés d’autant plus intéressants que les représentants des  trois principaux éditeurs de logiciels avaient accepté de participer aux échanges. Ils ont abordé les atouts et les limites du format IFC, qui doit permettre l’interopérabilité, mais qui réduit les possibilités d’intervenir sur un fichier ; ils ont reconnu la nécessité de travailler ensemble, y compris au niveau international ; ils ont en outre évoqué les enjeux de formation en matière de BIM.

Encore balbutiante, notamment dans les écoles d’architecture, la formation va devenir déterminante dans les années qui viennent pour que toutes les générations se familiarisent avec le BIM. Le REX BIM Tour, qui y contribue à son échelle*, a déjà planifié d’autres dates de rencontres pour 2019 et 2020.

Prochain rendez-vous à Aix-en-Provence, le 21 juin.


Voir toutes les vidéos de l'événement : Rendez-vous sur youtube 


*une synthèse complète des rendez-vous 2019 du REX BIM Tour permettra à ceux qui n’ont pu y assister de connaître plus en détail les REX présentés et les sujets abordés lors des tables rondes.


Lancement du 1er Sommet Virtuel du Climat - Interview de Jean LEROY, CINOV Territoires & Environnement, membre de la commission Développement durable

Initié par l’APCC et co-porté par la Fédération CINOV aux côtés de l'ADEME, l’ABC et du CEREMA, le 1er Sommet Virtuel du Climat se déroulera du 18 au 28 novembre 2019 sous la forme de webconférences et salon virtuel.

Ce sommet a pour objectif de permettre aux organisations (entreprises, collectivités et acteurs de la finance) de trouver des clés de réponses aux questions que pose le changement climatique et la mise en œuvre d’actions visant à atténuer ses effets.

 

1)      Pourquoi avez-vous décidé avec la commission Développement durable de la Fédération CINOV de prendre part à cette initiative de l’APCC ?

Nous avons été sollicités par l’APCC pour participer en tant que co-porteur à ce projet, compte tenu des bonnes relations entre nos structures et parce que CINOV est l’acteur le plus à même de porter la voix de l’ingénierie dans les questions du changement climatique (dans tous les métiers de la fédération).

Nous avons estimé, avec la commission DD, qu’il s’agissait d’une bonne opportunité de nous faire mieux connaître, sachant qu’il y a des volontaires dans le syndicat TEN pour assurer le suivi de la démarche. 2 des cibles sur les 3 (entreprises et collectivités) correspondent à nos clients.

 

2)      Comment s’articulera ce 1er Sommet Virtuel du Climat avec ce format entièrement numérique ?

Ce sommet sera organisé autour de 3 questions :

- Comment se préparer et pérenniser son entreprise dans un monde décarboné ?

- Comment mettre en œuvre, financer et faire vivre une stratégie de neutralité carbone et de résilience à l’échelle de son territoire ?

- Comment impliquer efficacement la sphère financière, quel rôle face aux enjeux du changement climatique ?

Une quinzaine de thèmes sont associés à ces questions. Il y aura une trentaine d’ateliers sous forme de webconférences de 1h30, ouvertes à tous, réparties sur la durée du sommet virtuel. Elles seront animées par différents experts qui seront sélectionnés par les co-porteurs en fonction de la pertinence de leur proposition.

Un salon virtuel sera organisé lors de la dernière journée, qui permettra à des entreprises, collectivités, aux sponsors et partenaires de se faire connaître (mise à disposition d’informations, fils de discussion, échanges, …).

 

3)      Qu’attendez-vous de ce sommet et en quoi s’inscrit-il dans la continuité des travaux menés par la commission Développement durable ?

Le SVC contribue aux 3 objectifs de la commission développement durable de CINOV, qui sont :

  De favoriser la montée en connaissance et en capacité sur le développement durable et la responsabilité sociétale des professionnels du conseil, de l’ingénierie et du numérique, pour sa meilleure intégration dans les métiers et dans la gestion des activités, en offrant des retours d’expérience et des échanges ;

  De contribuer, à travers des initiatives réglementaires ou volontaires, aux objectifs de développement durable et de responsabilité sociétale. Le SVC propose un nouveau format, sans déplacements, permettant d’offrir une visibilité aux problématiques relatives au changement climatique et aux actions à entreprendre ;

  De promouvoir et défendre la notoriété des professionnels du conseil, de l’ingénierie et du numérique, comme des acteurs fortement contributeurs et reconnus, en particulier en matière de développement durable et de responsabilité sociétale. En étant co-porteur du SCV, CINOV apparaît comme un acteur engagé fédérant des professionnels qui prennent en compte la problématique du changement climatique.

 

 

  • Pour découvrir la présentation générale du projet : Cliquez-ici.
  • Consultez le site du Sommet Virtuel du Climat en cliquant-ici.
  • Pour plus d’informations sur les travaux de la commission Développement durable : Cliquez-ici

REX BIM Tour 2019 - Interview de Corinne PICHOUD, présidente de CINOV Rhône-Alpes

  • corinne pichoud rex bim tour

1-Votre région s’est rapidement positionnée pour accueillir le REX BIM Tour 2019.

Oui, c’était une volonté forte de notre région. Le BIM et la transition numérique sont de véritables enjeux pour nos entreprises : nouveaux métiers, nouveaux modes de travail, nouvelles opportunités de marché également.

Aujourd’hui, CINOV Rhône-Alpes, c’est 300 membres, dont plus de la moitié sont des adhérents de CINOV Ingénierie, d’où l’importance pour notre région d’encourager et d’accompagner les adhérents sur ce sujet.

Notre première réunion de l’année était justement sur le thème du BIM pour répondre à la question « A qui appartient la maquette numérique ? ». Les avocats de Fidal, notre partenaire, ont apporté leur éclairage sur les problématiques et les enjeux afin de protéger notre savoir-faire.

 

2- Les grandes tendances de votre région face au numérique et à la digitalisation des métiers de branche (BETIC)  

 

La transition numérique impacte tous nos métiers. Dans le conseil comme dans l’ingénierie, il s’agit d’acquérir de nouvelles compétences et d’adapter nos méthodes de travail. D’où la nécessité de continuer à former nos salariés déjà très diplômés. Quant au numérique, il accompagne la digitalisation croissante de tous les métiers et dans tous les secteurs de l’économie. L’enjeu est de recruter les talents dont la branche a besoin : 3250 créations d’emplois nets par an en région Auvergne-Rhône-Alpes. C’est pourquoi tous les acteurs territoriaux se sont mobilisés, afin d’assurer une meilleure adéquation entre les besoins de nos entreprises et l’offre de formation et pour développer l’attractivité de nos métiers. Ceci grâce au Contrat d’Objectifs Emploi Formation (COEF) signé en février 2018 dans lequel se sont engagés l’État, la Région, les rectorats, le Fafiec, Pôle Emploi, les pôles de compétitivité, les clusters et les représentants en région de notre branche BETIC.

 

 

3- Un rapide portrait de la branche sur votre région 

 

9400 établissements dont 85% de TPE et 94500 salariés, auxquels il faut ajouter les professions libérales et les indépendants. 90% des salariés sont en CDI, 5% de plus que dans les autres secteurs et plus de la moitié travaillent dans des PME. Une branche plutôt masculine avec 68% d’hommes en moyenne, et seulement 26% de femmes dans le numérique. Une branche jeune : 30% des salariés ont moins de 30 ans, et qualifiée : 81% des recrutements se font à Bac + 4/5. Avec des métiers en tension surtout dans le numérique et l’ingénierie car si la région forme 14% des ingénieurs, l’augmentation des effectifs formés est inférieure à l’augmentation de la demande.

 

 

4- Les prochaines dates à bloquer dans nos agendas ?

Le 18 juillet à Chamonix sur le chantier du remplacement du téléphérique de la Flégère en présence des différents acteurs du projet. Nous avons à cœur de partager toutes les facettes de nos métiers et faire découvrir les spécificités de nos territoires comme pour cette sortie estivale dans le sillon alpin. Et nous terminerons la journée au restaurant parce que la convivialité est une valeur partagée par tous nos adhérents.

 

 

-          Le lundi 13 Mai à Lyon. Détails et Inscription : cliquez-ici

-          Le vendredi 21 juin à Aix-en-Provence.  Détails et Inscription : cliquez-ici

-          Le mardi 2 octobre à Toulouse. Détails et Inscription : cliquez-ici

-          Le mercredi 27 novembre à Clermont-Ferrand. Détails et Inscription : cliquez-ici