7 article(s) consultable(s) pour December 2017

Atelier : Mesure et étalonnage autour de l'audit énergétique dans l'industrie et le grand tertiaire

Après le succès de l’atelier "Mesure et étalonnage autour de l'audit énergétique" qui s’est tenu à Lyon (CETIAT) le 9 octobre dernier, ce dernier est réitéré à Paris le 25 janvier.

Toujours organisé par CINOV INDUSTRIE et l'ATEE avec le concours de l'ADEME, cette édition aura l’appui de CINOV ILE-DE-FRANCE.

La demande d’audit énergétique émanant des entreprises a augmenté notamment avec l’obligation d’effectuer un audit tous les 4 ans. Face à ce phénomène, l’offre émanant des entités réalisant les audits a également progressé et des besoins se sont exprimés en particulier sur le manque de connaissance technique relatif aux méthodes et au matériel utilisé pour les mesures.

Dans ce contexte l’ATEE et CINOV Industrie se mobilisent afin de proposer des Ateliers  dont l’objectif est de :

- Simplifier l’approche métrologie / étalonnage et expliquer de manière concrète comment déployer une instrumentation jouant un rôle clef dans l’audit

- Mieux appréhender la démarche d’étalonnage et la prise en compte des incertitudes

- Présenter l’esquisse d’une méthodologie applicable et reproductible dans le cadre des audits

- Connaître les avantages et inconvénients d’appareils utilisés lors de mesures de base (température, débit, électricité…)

- Permettre un échange entre utilisateurs de matériel et fournisseurs

 Cet atelier s’adresse aux prestataires de services réalisant des audits en milieu industriel ou grand tertiaire (Bureaux d’Etudes, auditeurs, consultants, indépendants….).

 

Programme et inscription (nombre de places limité)


World Efficiency 2017 : 3 jours sur le salon des professionnels pour une économie sobre en ressources et carbone

  • cinov world efficiency

CINOV était présent sur le salon World Efficiency du 12 au 14 décembre 2017. L'occasion pour CINOV et les membres de la Commission Développement Durable d'échanger avec les visiteurs et exposants sur les sujets liés au développement durable, au bas carbone et au rôle de l'industrie, du bâtiment et des transports dans la transition écologique.

Des pitchs ont été organisés sur notre stand et un atelier a été co-organisé avec CINOV, l'Association Bilan Carbone, l'ADEME, Maisons de monde sur les solutions et les initiatives pour aller plus loin et plus vite dans la transition. Idriss Kathrada, membre de la Commission Développement Durable CINOV, a partagé son expérience lors de cet atelier. Outre ces animations, World Efficiency est le lieu de rencontre des professionnels pour une économie sobre en ressources et carbone et le déploiement d'une économie circulaire bas carbone.

(Re)Visionnez certains pitchs/atelier : 

- La phyto-bioremédiation : Une solution bas-carbone pour la transition énergétique et écologique du traitement des sites pollués

- Management du changement continu

- De l’évaluation carbone à la trajectoire <2°C, comment progresser du reporting GES à l’action de transition ?
Partie 1Partie 2Partie 3


Les nouvelles compétences du métier d'ingénieur énergéticien

  • anas benslimane ingénieur énergéticien - paroles expert décembre

Le métier de l’ingénieur énergéticien revêt une importance croissante ces dernières années, il ou elle devient le porteur de la responsabilité d’aider l’industrie, le bâtiment et le transport à s’engager dans une démarche d’efficacité énergétique, et d’assurer cette mission dans les règles de l’art et en toute indépendance.

 

Le métier évolue fondamentalement : il est demandé à l’ingénieur énergéticien, en plus d’être expert des usages énergétiques, de savoir intégrer les nouvelles technologies digitales pour la collecte et le traitement des données, d’être sensible aux montages financiers et juridiques liés à l’investissement dans l’efficacité énergétique, et bien évidemment d’être compétent dans les systèmes de management de l’énergie et leur mise en œuvre.

Au-delà de la concurrence déséquilibrée et parfois déloyale de la part des nouveaux intervenants, les ingénieurs énergéticiens indépendants doivent s’armer de patience et miser sur la valorisation de leurs compétences pour convaincre et se différencier.

 

Le travail collectif par projet avec des équipes pluridisciplinaires mobiles, le développement d’outils performants et la formation à leur utilisation, ainsi que la formation continue voire la certification des compétences individuelles, sont les orientations majeures pour valoriser le travail des ingénieurs énergéticiens, sans oublier l’échange et le partage de retours d’expérience entre la communauté.

 

 

L’ingénieur énergéticien, quelles qualifications ?

Les études se rapportant à l’audit énergétique, à la faisabilité technico-économique et d’ingénierie, préalable à tout investissement de performance énergétique, sont menées généralement par un ingénieur énergéticien expérimenté présentant à la fois les compétences, les qualifications et les références nécessaires dans le domaine de l’étude.

 

Les qualifications OPQIBI ou équivalent couvrant l’audit énergétique, bien qu’elles existent depuis 30 ans, ne sont devenues indispensables que depuis 2013, suite à la transposition de la directive européenne 2012/27/UE (Loi DDADUE n°2013-619), qui oblige les entreprises d’une certaine taille à réaliser un audit énergétique par un bureau d’études qualifié dans la branche de l’audit.

 

Dans ce contexte particulier, et après les retours mitigés sur l’impact de la directive sur la performance énergétique réelle des entreprises auditées, beaucoup d’intervenants s’accordent à dire que, certes la qualification a amélioré la qualité des audits énergétique, et continue à le faire, mais qu’il reste beaucoup à réaliser.

 

L’ingénieur énergéticien en bureau d’études ou en tant que référent énergie : même combat

L’ingénieur énergéticien, qu’il fasse partie d’un bureau d’études prestataire ou travaillant au sein d’un industriel / maître d’ouvrage, a pour rôle initial :

- D’identifier les pistes d’amélioration avec son œil d’expert, et sa connaissance de l’usage énergétique dans les différents procédés ou utilités, ainsi que leurs économies potentielles par rapport à une situation de référence.

- De mesurer la performance de la situation actuelle, de le comparer au besoin théorique et ensuite de benchmarker avec les données du secteur industriel ou bâtiment concerné.

- D’évaluer la faisabilité et de chiffrer les investissements nécessaires, et l’impact non seulement sur la performance énergétique, mais aussi sur la qualité, la maintenance ou la productivité.

 

Cette expertise est acquise, d’abord à travers la formation initiale, mais aussi à travers un parcours professionnel de plusieurs années, par exemple dans la conception, la réalisation ou la maintenance au sein de l’industrie ou chez les exploitants de bâtiments. Cette expérience dans la pratique de l’usage énergétique est indispensable.

 

Une durée d’expérience de 10 ans est généralement un minimum pour atteindre le niveau d’expérience requis, un ingénieur junior sans cette expérience terrain trouvera beaucoup de difficultés à apporter une vision hiérarchisée des actions d’améliorations énergétiques et se limitera aux aspects comptables voire scolaires des actions à mettre en place.

 

La qualification OPQIBI, bien qu’elle soit nécessaire, n’a pas apporté une différenciation entre l’expérience des auditeurs. En outre la loi DDADUE sur l’efficacité énergétique a imposé la sélection d’un référent technique par équipe de 20 auditeurs, mais ne dit pas que seul ce référent est en mesure de conduire l’audit et engager sa responsabilité dans les préconisations qu’il propose.

 

C’est bien cette légèreté dans la définition du périmètre du référent technique énergéticien où réside la faille qui continue à miner la qualité des audits énergétiques, et c’est cette expérience individuelle que l’énergéticien expérimenté se devrait de mettre en valeur.

 

Quel avenir pour le métier d’énergéticien ?

Jamais le métier d’énergéticien indépendant n’a été aussi menacé, et jamais les opportunités qu’offre ce métier pour être au cœur de la transition énergétique n’ont été aussi stimulantes.

 

Des menaces nombreuses

- La taille des bureaux d’étude :
Sur les 550 structures qualifiées pour réaliser les audits énergétique (Industrie, Bâtiment et Transport), plus de 61% sont des TPE de moins de 10 salariés, et 8% sont des structures unipersonnelles, avec tout ce que cela implique en termes de difficulté d’accès aux marchés.

Pourtant les petites structures sont bien la richesse de ce métier car souvent l’ingénieur énergéticien (le gérant ou l’associé) au sein de ces TPE est bien plus qualifié que son homologue dans une structure de taille importante, il ou elle réalise une prestation souvent de meilleure qualité et s’attache à mettre son expérience au service (et seulement au service) des attentes du client.

L’accès aux marchés de ces TPE est fortement amoindri car d’une part l’effort commercial est trop coûteux, et d’autre part le coût de l’ingénieur senior est supérieur à celui d’un junior.

Cette disparité dans la structure des coûts d’intervention est fréquemment rencontrée dans les structures de taille importante, un ingénieur junior est souvent affecté à la réalisation de la prestation (supervisé vaguement par un référent technique ‘senior’), ce qui est à l’opposé du cas des TPE, ou le référent technique réalise lui-même la prestation d’audit énergétique.

 

- La concurrence des structures non indépendantes :
La difficulté s’accentue davantage dans les cas où le prestataire en charge de l’audit (qui a été par ailleurs qualifié à le faire), associe d’autres offres à celle de l’audit énergétique et cela en totale impunité (Article 4, Loi DDADUE). Les situations de conflit d’intérêt sont légions : fourniture d’énergie, vente de prestation de contrôle réglementaire, valorisation des CEE, vente de contrat de maintenance….

Dans ces cas, le coût de la prestation intellectuelle de l’audit énergétique se trouve donc réduit à des niveaux sans rapport avec l’effort fourni, car l’objectif de ces structures est ailleurs :  générer des débouchés dans leur cœur de métier qui profitera à leurs filiales. L’indépendance des préconisations se trouvent fortement dégradée et souvent l’audit énergétique passe à côté de l’essentiel.

 

- La concurrence déloyale de l’ingénierie publique :
Une multitude d’associations et d’organismes publiques ou adossés à des collectivités exercent la prestation de conseil en efficacité énergétique / énergies renouvelables, auprès des collectivités, des particuliers et de plus en plus auprès des entreprises. L’apport de ce type d’associations est, certes, indéniable dans la sensibilisation et la gestion de projet. Le problème se pose quand certaines associations réalisent des prestations d’audit et préconisent des solutions techniques sur la rénovation ou le commissionnement des installations, et cela sans aucune qualification reconnue et sans les assurances professionnelles adéquates.
En outre, ces associations font appel aux subventions et donc possèdent une structure de coûts plus légère que les bureaux d’études indépendants.

 

- La faiblesse de la force commerciale :
Un véritable frein au développement de ces TPE est la concurrence des grandes structures, disposant de relais commerciaux qui n’ont absolument rien à voir avec la force commerciale des bureaux d’étude classiques.

 

- Les soft skills :
Elles n'ont jamais été le fort des bureaux d’études techniques, notamment la communication, la gestion du temps, la confiance en soi, la gestion du stress et certainement l’audace de se remettre en question et d’aiguiser le sens du collectif.

 

 

Et des opportunités

- L’émergence du big data et des outils logiciels :
Le digital est un nouveau paradigme dans le monde de l’audit. Mesurer et analyser devient facile et souvent à un coût dérisoire, installer des compteurs d’énergie ou de fluides, remonter l’information collectée en temps réel dans le cloud,
modéliser les consommations en utilisant des algorithmes sophistiqués de prédiction, visualiser et mettre en place un tableau de bord de la performance énergétique devient abordable. L’interprétation des données par un ingénieur énergéticien sera toujours la clé de voûte d’un bon suivi énergétique pour éviter les dérives et proposer des améliorations.

Les algorithmes récents d’analyse utilisent les données mesurées ou recueillies par la GTC* et permettent un commissionnement en continu. Les analyses réalisées durant l’audit énergétique pourront l'être de manière permanente après l’audit. Autant de possibilités de proposer des services nouveaux aux clients, pour les accompagner dans le management de l’énergie.

 

- La garantie de la performance :
Chiffrer, mesurer et vérifier la performance énergétique à travers l’utilisation de protocoles et de normes reconnus, afin d’établir une situation de référence, d’estimer les économies et le degré d’incertitude, et ensuite de vérifier les économies réalisées à travers les ajustements adéquats, cela s’appelle établir un ‘Plan de Mesure et Vérification’ qui devrait accompagner tout investissement dans l’efficacité énergétique.

La démarche est rigoureuse, elle permet de mettre d’accord le client, le banquier et l’exploitant. L’ingénieur énergéticien est de loin le mieux placé pour jouer le rôle du tiers vérificateur auprès du client et pérenniser son investissement.

 

- Le tiers financement :
Dans le domaine de l’efficacité énergétique, les solutions financières et juridiques existent et font leur preuve de plus en plus dans l’industrie et le bâtiment. L’ingénieur énergéticien est appelé à fédérer les acteurs de la conception et de la réalisation, les fabricants d’équipement, les banquiers, les assureurs et les intégrateurs afin de mettre en place des offres techniques facilement bancables. L’intérêt d’une plus grande proximité entre les bureaux d’études et les pourvoyeurs de solutions techniques et financières n’est plus à démontrer, c’est aussi lever un frein majeur qui retarde l’investissement dans l’efficacité énergétique.

 

En somme un vaste projet ambitieux et stimulant, et un changement radical dans le mode de fonctionnement de l’ingénieur énergéticien, qui doit impérativement ‘la jouer collectif’ pour espérer mieux répondre aux attentes du marché.

 

Ces idées vous inspirent ? Alors prenez vos plumes et manifestez-vous : .

 

 Anas Benslimane, Sunvalor, adhérent CINOV Construction et CINOV Industrie

 

* La supervision GTC ou gestion technique centralisée permet le contrôle à distance d’un ensemble d’équipements automatisés des grands bâtiments et/ou d’installations industrielles. Ce système informatique de gestion rassemble des données variées : alarmes, états, mesures…


Batiactu.com - 18 décembre "Groupe SMA et Cinov : un partenariat pour diffuser l'innovation"

L'assureur SMA et le syndicat CINOV souhaitent unir leurs forces dans le cadre d'un partenariat, notamment pour faire avancer l'innovation et la diffuser dans le secteur de la construction. Lire la suite


Constructioncayola.com - 15 décembre "Marseille : 6 acteurs du BTP opposés au PPP pour rénover des écoles"

Le 16 octobre dernier, le conseil municipal de Marseille a annoncé son choix de recourir à un partenariat public-privé (PPP) pour rénover plusieurs établissements scolaires de la ville dont les travaux sont estimés à plus d’1 milliard d’euros. Hors de question pour six acteurs du BTP qui estiment que des PME locales seraient mises en concurrence avec de grands groupes de construction. Lire la suite


6 bonnes raisons de venir sur le stand J18 à World Efficiency

  • world efficiency 2017

Retrouvez nous à World Efficiency ! Nous vous attendons sur le stand J18 CINOV / OPQIBI, du 12 au 14 décembre 2017. Des pitchs auront lieu quotidiennement pour animer le stand et échanger avec vous. Voici les 6 bonnes raisons de venir sur notre stand :


Efficacité globale,  préservation des écosystèmes, Allocation efficace des ressources  sont autant de composantes de l’ergo-conception. Le 12 décembre à 14h00 et 16h30 & le 14 décembre à 15h00 – Stand J18 CINOV / OPQIBI

Venez découvrir une solution dont la finalité est l’économie des ressources matérielles et financières et le déploiement optimal des ressources humaines

Animé par :
Nina AYISSOU –
AMAYE
Jean-Luc REINERO - RAINBOW ERGONOMIE

 

La phyto-bioremédiation : Une solution bas-carbone pour la transition énergétique et écologique du traitement des sites pollués  Le 12 décembre à 14h30, le 13 décembre à 13h30 & le 14 décembre à 13h00 - Stand J18 CINOV/OPQIBI

Découvrez un procédé innovant avec de nombreux bénéfices immédiats : fonctionnalisation et biodiversité des sols, gestion environnementale et santé alimentaire, économie circulaire, etc.

Animé par :
Vincent Vanel – GREENATION
Président CINOV Ile-de-France

 

De la PEB à la PEEB ! Des bâtiments basse consommation aux bâtiments à faible émission : Vers un nouveau paradigme de la performance environnementale, soutenant l’ODD 13 sur le climat ? Le 12 décembre à 15h00 & le 14 décembre à 11h00 – Stand J18 CINOV/OPQIBI

Depuis le début de la décennie, les pouvoirs publics ont impulsé une construction dont la performance énergétique est proche de zero (PEB). L’objectif climatique 2° renouvelle cette approche en visant une empreinte carbone et environnementale des bâtiments aussi neutre que possible !

En France, une initiative, lancée en octobre 2016 avec le soutien des ministres de l’écologie et du logement, donne lieu à l’expérimentation du label E+C- pour la performance environnementale des bâtiments neuf (PEBN). Qu’en est-il ici, quelles sont les perspectives en Europe et à l’étranger ? Point de vue et retour d’expérience, d’un membre de l’expérimentation de la PEBN et de GABC, l’Alliance globale pour le bâtiment et la construction 2° !

Animé par :
Idriss
Kathrada – NOVASIRHE
Commission Développement durable CINOV

 

Management du changement continu Le 13 décembre à 11h00, 14h30, 16h00, 17h00 – Stand J18 CINOV / OPQIBI

Le changement dans les organisations est désormais continu. Que cela s’agisse du business model, de la stratégie, du marché ou de l’environnement de l’entreprise, les organisations ont compris qu’elles doivent s’adapter en permanence. Il y a dix ans nous conduisions encore le changement de manière instrumentée avec des plans de conduite de changement adaptés aux projets et la mise en place les actions nécessaires à la communication, l’accompagnement (coaching) et la formation. Les organisations agissent désormais dans une logique adaptative ; le management agile se centre dans le souci de développement et de l’appropriation du changement par l’expérimentation …

« Le changement est une transformation continue et participative»

Animé par :
Angélica CALVET – CS HORIZON


La fenêtre magique : même ouverte, elle isole du bruit ! Le 12 décembre à 16h00 & le 13 décembre à 10h30 – Stand J18 CINOV / OPQIBI

Cette innovation, mise au point par TECHNAL avec deux partenaires, le Groupe GAMBA Acoustique et le laboratoire d'acoustique du CNRS, permet de faire une ventilation naturelle, tout en restant protégé du bruit. Fermée, la fenêtre présente un indice d'affaiblissement de 35 dB, entre-ouverte son indice d'affaiblissement reste de 25 dB, ce qui représente la performance d'une fenêtre ordinaire fermée. Pour atteindre ce résultat, deux technologies sont utilisées : d'une part l'absorption passive, efficace de 400 Hz à 5000 Hz, et d'autre part l'absorption active qui permet de contrôler les niveaux sonores dans les basses fréquences.

Animé par :
René GAMBA Consultant Acoustique & Développement Durable

 

« Usine du Futur : Quelle intelligence pour assurer l’empreinte énergétique optimisée? »  Le 14 décembre à 12h00 et 14h00 – Stand J18 CINOV / OPQIBI

Le numérique synonyme d'intelligence ? Le robot remplacera-t-il l'Homme ? Découvrez le rôle de l'Ingénieur Conseil dans l'usine et l'emploi du Futur

Animé par :
Martina KOST –
B4E
Joseph
IRANI – B4E

 

BONUS - Nous co-organisons deux ateliers :

 

«Rôle et apport de l’ingénierie dans le commissionnement des installations techniques d’un bâtiment» Le 12 décembre de 12h30 à 13h15 -

Le commissionnement est l’ensemble de tâches pour mener à terme une installation neuve afin qu’elle atteigne le niveau des performances contractuelles et créer les conditions pour les maintenir ; la mise à disposition des clients et/ou des usagers de la documentation et des instructions d’utilisation et de maintenance.

Aujourd'hui, il est devenu indispensable au bon fonctionnement des ouvrages et de leurs équipements, car tous les bâtiments livrés, petits ou grands, ont une certaine complexité et sont soumis à une exigence de performance. On ne peut plus se contenter de réalisations et mises en service approximatives.

Si le commissionnement incombe aux installateurs, il exige une véritable ingénierie du commissionnement pour les accompagner, parce qu’il s’agit d’un processus qui commence bien avant le choix des entreprises pour se terminer au début de l’exploitation du bâtiment. Quel est le rôle d’une telle ingénierie ? Quelles compétences nécessite-t-elle ?

Animé par :
Stéphane MOUCHOT
– OPQIBI

Dominique CENA - PDG de CENA INGENIERIE et Vice-président de CINOV-Construction


« De l’évaluation carbone à la trajectoire <2°C, comment progresser du reporting GES à l’action de transition ? » Le 13 décembre de 14h30 à 15h15 - Atelier EUROPA

A travers 5 témoignages, illustrant des expériences et les méthodes disponibles, cette session permet de dresser un panorama des solutions et les initiatives pour aller plus loin et plus vite dans la transition !

Animé par :
Idriss
KATHRADA – NOVASIRHE / Commission Développement durable CINOV
Edouard FOURIN – ADEME
Damien HUET – ABC
Rémi Pierre LAPPREND – MAISONS DU MONDE


Les Ateliers CINOV PACA/CORSE jeudi 14/12/17 16h à 19h CANNES

Les Ateliers CINOV PACA/CORSE jeudi 14/12/17 CANNES 16h à 19h


Accueil
Jean Luc REINERO, Président CINOV PACA/CORSE


1ère partie

Diagnostic technique des immeubles en copropriété.
Présentation par Stéphane PROUZEAU
Administrateur CINOV FIDI


2ème partie
Ordonnances Macron : quels impacts pour les TPE-PME ?
Présentation par Dominique TISSOT
Délégué Affaires sociales - formation Fédération CINOV


3ème partie
Buffet


Informations pratiques :
Hotel Barriere Le Gray d’Albion Cannes
38, rue des Serbes
06400 Cannes
04 92 99 79 79



PROGRAMME                          -                      INSCRIPTION EN LIGNE