Plan Bâtiment Durable - Réflexion Bâtiment Responsable

PLAN BATIMENT DURABLE - Groupe de travail Réflexion Bâtiment Responsable 2020-2050


Lancé en 2011 et co-piloté par Alain Maugard (Qualibat) et Christian Cléret, le groupe de travail RBR 2020-2050 du Plan Bâtiment Durable a vocation à proposer une vision prospective et partagée des lignes forces des bâtiments responsables à l’horizon 2020.

Le groupe de travail a ainsi participé à démocratiser l’idée que la future réglementation en matière de construction neuve ne serait plus seulement thermique mais environnementale. C’est tout le sens de l’expérimentation « E+/C-» lancée en novembre 2016 par les pouvoirs publics et la filière du bâtiment qui vise à multiplier la réalisation de bâtiment à énergie positive et sobres en carbone.

Dans ce contexte, et à coté des enjeux énergie-carbone, le groupe de travail RBR 2020 souhaite mettre la lumière sur les autres enjeux des bâtiments responsables. C’est ainsi l’objet d’une série de notes thématiques publiées tout au long du second semestre 2017. Chaque note thématique est soumise au débat collaboratif de la filière.

Vous pouvez contribuer à la rédaction de cette note en envoyant vos remarques jusqu’au 15 septembre 2017 à : planbatimentdurable@developpement-durable.gouv.fr

A l’issue de cette phase de concertation, la note retravaillée sera publiée en version définitive.
La présente note porte sur le confort dans les bâtiments responsables de demain.

 

Confort et acoustique

Le confort acoustique est un des facteurs essentiels de bien être dans un logement ou dans un lieu de travail.
Les sources de bruit sont multiples et les nuisances sonores peuvent entraîner une gêne, des troubles de la vigilance, de l’attention, de l’apprentissage, et affecter la santé (stress, troubles du sommeil, pathologies cardio-vasculaires, etc.).

Afin de limiter l’exposition des personnes au bruit, des réglementations complémentaires existent, s’adressant aux maîtres d’ouvrage des bâtiments (caractéristiques acoustiques des bâtiments), aux maîtres d’ouvrage des infrastructures de transports (création ou aménagement d’infrastructures), et aux occupants (bruits de voisinage).

Pour les bâtiments neufs, la réglementation actuellement en vigueur comporte des exigences d’isolation acoustique vis-à-vis de l’extérieur, entre les logements (bruits aériens et bruits d’impacts), vis-à-vis des bruits des parties communes (pose de revêtements absorbants), des bruits d’équipements du bâtiment (chaufferie, ascenseurs, ventilation mécanique…), des bruit des équipements individuels du bâtiment (chauffage, climatisation).

Au cours des dernières années, les progrès en matière de maîtrise énergétique ont contribué à l’isolation acoustique : tous les matériaux d’isolation thermique (y compris les ouvrants) ont des performances acoustiques pour les bruits aériens ; le traitement des ponts thermiques correspond également à celui des ponts acoustiques toujours pour les bruits aériens ; enfin, l’étanchéité à l’air et les continuités d’isolation contribuent également à l’isolation acoustique.

Tous ces progrès ont apporté un surcroît d’isolation phonique par rapport à l’extérieur. De ce fait, les bruits intérieurs ont gagné en importance relative. Dans ces conditions, il conviendrait de procéder à une relecture de la réglementation actuelle qui date de 1999.