Catherine Han, la musique au coeur de son engagement

  • catherine han

À 25 ans, Catherine Han a su concilier son métier d’ingénieur à sa passion pour la musique. Elle s’épanouit comme acousticienne au sein du bureau d’études parisien Impédance. La jeune femme raconte son parcours.

« Je suis née à Paris dans une famille de la classe moyenne. Passionnée de piano, je voulais travailler au départ dans la musique. Finalement, après un Bac scientifique, je me suis inscrite en double licence Sciences et Musicologie à Paris. Puis j'ai choisi de m’orienter vers le métier d’acousticien, un expert qui doit maîtriser les nuisances sonores, la propagation du son à travers les murs, les planchers… Ou bien au contraire favoriser la diffusion du son, dans une salle de concert par exemple.

Je me suis donc inscrite en Master en acoustique, pendant lequel j’ai effectué deux stages : un premier à Bruxelles dans un bureau d’études spécialiste des salles de concerts où j’ai notamment assisté à la conception d’une salle de répétition aux Pays-Bas. Puis un stage de six mois chez Impédance, un bureau d’études parisien qui proposait des projets très diversifiés dans différents lieux : bureaux, logements, hôpitaux, auditoriums, conservatoires, médiathèques… J’étais encadrée par un chef de projet, mais au fur et à mesure, j’ai eu de plus en plus d’autonomie et j’ai beaucoup appris.

Un début de carrière idéal 

À la fin de mon stage, cette PME d’une trentaine de salariés m’a embauchée en octobre 2015. Au final, j’ai eu beaucoup de chance et vécu un début de parcours professionnel idéal puisque j’ai notamment échappé à la pénible recherche d’emplois de fin d’études.

Aujourd’hui, je suis ingénieur en acoustique du bâtiment. Je travaille notamment sur l’isolement des locaux et des façades pour limiter au maximum les nuisances sonores. Je participe à ce titre aux missions de maîtrise d’œuvre de bâtiments très différents. Par exemple, j’ai travaillé récemment sur l’acoustique interne d’un musée à Cherbourg, la Cité de la Mer, pour permettre au public de ressentir l’immersion dans les profondeurs de l’océan à travers la propagation des sons.

Échanger, négocier, s’imposer

Ce que j’aime dans mon job, c’est de travailler en équipe avec des architectes et tous les autres métiers de l’ingénierie autour du bâtiment : structures, thermique, ventilation… C’est un travail d’échanges et de négociations aussi parfois. Il faut savoir s’imposer car l’acoustique peut être négligée dans un projet. Pourtant, c’est aussi important que le reste.

Et puis je m’épanouis au sein d’une entreprise à taille humaine, où à 25 ans, j’ai bien plus d’autonomie et de responsabilités que si je travaillais dans un grand groupe. »