25 article(s) consultable(s) pour February 2017

RIAC 2017 : les 13 et 14 avril à Lyon

 
 
Le syndicat CINOV GIAc organise les Rencontres de l'Ingénierie Acoustique (RIAc) les 13 et 14 avril à Lyon :

Hôtel Valpre 3*
VALPRE Lyon 
BP 165, 1 chemin de Chalin
69131 ECULLY CEDEX
Plan d’accès
 
JEUDI 13 AVRIL
 
9h30 :  Accueil
 
    Mot du président
    Indicateur unique
    Pause
    Basse Fréquence

12h30 - 14h30  Déjeuner en partenariat avec NORSONIC

    BIM et Acoustique 
    Bilan Attestation acoustique
    Pause
    Benchmark acoustique des salles
    Actualités normes et règlementations – Guide CNB Construction
    Bruit et santé 

19h30 : Soirée en partenariat avec Serge FERRARI et SINIAT
 
VENDREDI 14 AVRIL
 
9h00 :  Accueil

    Enquête économique
    Prospective métiers de l’ingénierie acoustique  
    Assemblée Générale Ordinaire

  • Désignation des scrutateurs
  • Rapport moral
  • Rapport financier
  • Vote
  • Présentation des motions et vote des motions
  • Election des administrateurs
  • CA
12h15 - 14h30 : Déjeuner en partenariat avec RECTOR
 
INSCRIPTION
 
 
VOIR LA VIDEO
 
Contact
CINOV GIAc
+33(0) 1 44 30 24 52

giac@cinov.fr
 

Manon Girerd, le goût des arguments en béton

À seulement 24 ans, Manon Girerd s’est imposée dans un milieu très masculin : le BTP. Elle dirige des chantiers pour Proman, une société d'ingénierie basée à Chambéry et spécialisée en management de projets de construction. Portrait.

  • manon girerd

« J’ai eu envie de travailler dans le bâtiment grâce à un prof qui nous donnait des cours sur le béton. »

C’est le déclic qui a aiguillé le parcours professionnel de Manon Girerd. Originaire de l’Isère, la jeune fille intègre l’école d’ingénieurs Polytech Annecy-Chambéry après son Bac S et obtient un diplôme d’ingénieur/environnement/ bâtiment/ énergie.

 Pendant son cursus de 5 ans, elle multiplie les stages – dont deux expériences chez Proman, une TPE de 6 salariés basée à Chambéry qui intervient sur les chantiers en tant qu’OPC : ordonnancement, pilotage et coordination de chantier. Elle est finalement embauchée à la fin de ses études. Sa mission : coordonner les différents corps d’état sur un chantier (planning, organisation, accès)…

« Je sais y aller franco quand il faut »

Une fois par semaine, Manon Girerd coordonne ainsi l’action de chaque intervenant sur les réunions de chantier : menuisier, plaquiste, peintre, gros œuvre, charpentier… Un rôle pas toujours facile pour une jeune femme de 24 ans. « Je dois gérer les conflits entre les entreprises. Car chacune à ses intérêts personnels, un calendrier à respecter… Je dois donc les guider et orchestrer leurs interventions. »

Progressivement, elle s’est imposée dans un univers dur et en grande majorité masculin. « Mais je sais y aller franco quand il faut, ou pas ! Ça dépend des chantiers, des problèmes, des entreprises concernées… Néanmoins, ça ne me dérange pas de m’énerver un peu quand l’entreprise est en tort. Car on a tous le même objectif : livrer le projet en temps réel. »

Partage d’expérience

Dans les négociations, Manon Girerd a aussi un argument béton : c’est elle qui applique les pénalités éventuelles aux entreprises qui ne respectent pas leurs délais. Elle a donc un poste avec de vraies responsabilités et une grande autonomie. Malgré tout, elle est bien entourée. « Ma patronne est très présente dès que j’en ai besoin. Encore hier, on a pris une heure ensemble parce que j’étais bloquée par un problème… Et puis, dans notre équipe, on intervient tous sur des chantiers différents. Du coup, chacun échange son expérience au bureau et c’est très enrichissant, ça permet de progresser. »

 


Une nouvelle chambre régionale CINOV pour mieux nous représenter

L’enjeu est de caler au plus près notre organisation régionale sur la cartographie et les nouvelles dénominations régionales. Dans cette optique, CINOV crée le 21 mars 2017 CINOV Nouvelle Aquitaine en regroupant CINOV Aquitaine et CINOV Poitou-Charentes et accueillera le Limousin (jusqu’ici rattachée à l’Auvergne).

Il est en effet stratégique de nous adapter aux évolutions politico-administratives découlant de la loi Nôtre, redécoupant les territoires régionaux. Il en va également de notre capacité à représenter et défendre les intérêts de nos membres auprès de ces nouveaux pouvoirs renforcés que sont les nouvelles régions, dont les compétences vont croissantes. En témoignent, notamment, la création des Commissions Paritaires Régionales de l’Emploi et de la Formation Professionnelle qui ont pour objectif de mettre en œuvre, piloter et développer la politique de la Branche professionnelle en matière d’emploi et de formation. Bien sûr, cette évolution devra concilier efficacité de notre influence auprès des nouvelles régions et une présence de proximité auprès des adhérents. Ce qui demande de nous organiser en région pour répondre à ce double objectif.


Assemblée Générale fédérale CINOV : le 7 avril à Paris

L’Assemblée Générale Fédérale CINOV est un moment privilégié pour comprendre et mieux connaître notre fédération, ses 13 syndicats, ses régions, son fonctionnement et pour se mobiliser pour les enjeux qui impactent le futur de nos métiers et de nos entreprises.

Le 7 avril, que vous ayez ou pas un mandat de votre syndicat et région pour voter, venez assister et participer à cet évènement annuel qui, au-delà des informations sur les actions menées et à venir qu'il présente, reste un moment convivial entre consœurs et confrères, qui permet d'échanger sur des préoccupations communes.


Informations pratiques :


A partir de 9h00 - fin prévue à 12h30 suivi d’un déjeuner sur place

A la Fédération CINOV

 

Ouvert exclusivement aux adhérents CINOV, Délégués pour les votes ou pas.

 

 

 

Contact : Marie-Claude Nectoux –


"Le numérique : question de survie" le 15 mars à Paris

"Le numérique : question de survie" est une conférence organisée par CINOV-IT le 15 mars à Paris, à partir de 17h30.

Entrée gratuite, inscription indispensable*


 Transformation numérique de la société : où en est-on ?

A quoi faut-il s’attendre dans les années à venir ?

L'entreprise de demain sera-t-elle une « entreprise plateforme » ?

Le numérique, le passage obligé pour les PME.

Comment la rupture amenée par le numérique change

la gouvernance des PME


Introduction par Alain PRALLONG, président de CINOV-IT

Conférence introductive par Gilles BABINET, serial entrepreneur dans le domaine du digital et Digital Champion de la France au sein de la Commission Européenne

Table ronde présidée par Luc BELOT (présence à confirmer), député du Maine et Loire, rapporteur de la loi Pour une République Numérique
et avec :

·       Gilles BABINET

·       Véronique TORNER, présidente d'Alter way et membre du Conseil National du Numérique

·       Luc BRETONES, président de l'Institut G9+

·       Alain ASSOULINE, CINOV-IT, président de Web Force 3


Animation : Armony ALTINIER, CINOV-IT, dirigeante de KOENA
 

19h30 à 20h30 : Cocktail, networking

INSCRIPTION

Contact : CINOV-IT -

*Nombre de places limité

 


Lemoniteur.fr - 24 février : "Le numérique au menu des Rencontres de l’ingénierie"

"Depuis neuf ans, les Rencontres régionales de l’ingénierie, organisées par l’Association de l’ingénierie en Midi-Pyrénées (Aimp) et la fédération Cinov, rassemblent ingénieurs, architectes, maîtres d’ouvrage, industriels et étudiants de l’ex-région Midi-Pyrénées autour des grands enjeux de leurs professions." Lire la suite


Comment développer l’apprentissage dans les entreprises de la branche ?

Un paradoxe se fait jour : alors que l’apprentissage pour se former aux métiers d’ingénieur se révèle plébiscité, les entreprises n’y recourent que très modérément. Les Cahiers Techniques du Bâtiment ont restitué le 17 janvier à Paris et le 30 janvier à Lille l’étude qu’ils ont réalisée sur l’apprentissage dans les bureaux d’études. Rétrospective et enseignements...


Réalisée dans le cadre d’une convention de coopération signée entre le Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et le Fafiec, avec le concours des fonds collectés au titre de la Taxe d'Apprentissage, l’étude sur l’apprentissage dans les bureaux d’études a fait l’objet de deux restitutions, la première à la Maison des Ingénieurs le 17 janvier 2017, la seconde à Lille le 30 janvier. L’étude était à chaque fois présentée par Julien Jean-Pierre, rédacteur en chef de CTB et les résultats ont ensuite été commentés par  un représentant CINOV avant de lancer le débat avec la salle. A Paris, Martina Kost, vice-présidente de CINOV Ile-de-France et à Lille, Cyril Gernez, Président de CINOV Nord Picardie se sont prêtés au jeu.

A chaque fois, les participants ont confirmé les constats de l’étude sur l’apprentissage et ont souligné l’ampleur et l’impact négatif pour une petite structure quand un apprentissage se passe mal (il s’agit d’un contrat de travail). Pour une petite structure, s’engager dans un contrat d’apprentissage suivi, si possible, d’un contrat de travail, demande une visibilité économique et un engagement à long terme.  

Pour les jeunes et leurs encadrants de l’enseignement, le travail dans une petite structure n’est pas vu comme valorisant, les « grands noms » attirent forcément plus. Cela va de pair avec une méconnaissance des petites structures : en effet, elles attendent d’un apprenti un profil qui permet de travailler en autonomie et en transversal et de prendre aussi des responsabilités – une belle opportunité d’évolution pour un jeune !  Mais tous les jeunes ne sont pas capables de travailler dans ces conditions. Un apprentissage « raté » est particulièrement perturbant dans le choix d’orientation professionnelle d’un jeune. Il paraît donc primordial que les personnes qui orientent le jeune connaissent mieux ce contexte spécifique.  

Dans les expériences passées, l’entreprise devait même se « substituer » à l’école pour l’apprentissage théorique, pourtant censé être un acquis préalable pour le travail dans l’entreprise, ce qui représente un poids supplémentaire pour la petite structure.

Les questions fusent par ailleurs sur comment se faire accompagner pour monter le dossier, se renseigner sur les aides, choisir l’école. Les représentants du FAFIEC, présents, rappellent leur rôle dans l’accompagnement des entreprises. A ne pas en douter, un véritable chantier d’accompagnement se fait jour.

En conclusion de la discussion, nous retiendrons la nécessité de mieux valoriser auprès des enseignants et des élèves les métiers des ingénieurs conseil et des bureaux d’études, afin que le jeune ne considère plus sa candidature pour un apprentissage dans une petite structure par défaut ou par obligation, suite au refus de sa candidature par les grandes sociétés.

  • apprentissage

3 nouvelles qualifications dans la nomenclature OPQIBI

L’édition 2017 de la nomenclature OPQIBI intègre 3 nouvelles qualifications.

Une nouvelle qualification en matière de commissionnement dans le domaine du bâtiment

Pour rappel, le commissionnement constitue l’ensemble des tâches pour :

  • Mener à terme une installation neuve ou rénovée afin qu’elle atteigne le niveau de performance contractuelle
  • Créer les conditions afin de maintenir ses performances

La nouvelle qualification OPQIBI, initiée par CINOV (Fédération de l’Ingénierie et du Conseil) et l’Association ICO (génie climatique, maîtrise des énergies et performance des bâtiments), bénéficie de la reconnaissance « RGE ». Via cette reconnaissance, elle permet à ses titulaires de faire bénéficier leurs clients des aides de l’ADEME en matière de commissionnement (éco-conditionnalité).

En savoir plus sur le contenu et les critères de la qualification « 19.10 : Accompagnement au commissionnement des installations techniques du bâtiment »

Dans le domaine des sites et sols pollués (SSP)

  • 08.11 : AMO pour la gestion des sites et sols (potentiellement) pollués
  • 08.12 : Ingénierie (maîtrise d’oeuvre) des installations de traitement des nappes et des sols

En savoir plus sur le contenu et les critères de ces qualifications


Contact : OPQIBI –


BIM : un site pour choisir l’outil adapté

Le PTNB, Plan Transition Numérique dans le Bâtiment, vient de lancer un site internet qui recense les outils numériques, c’est-à-dire les softwares, qui permettent de travailler en maquette numérique et en BIM.

Ce site est un nouveau service gratuit pour aider les professionnels à s’engager dans la transformation numérique avec des outils adaptés.

Découvrir le site


Atelier "La santé des dirigeants" le 23 mars à Arles

Les TPE-PME sont souvent dépourvues devant la gestion sociale, humaine et médicale. Manque de temps, de compétences, de connaissances, de soutien... nombreux sont les déterminants qui jouent sur les résultats de la gouvernance des entreprises TPE-PME et le ben être des dirigeants.

CINOV s'engage dans cette réflexion de rapprochement des sciences médicales et de l'entreprenariat.

CINOV PACA / Corse et Malakoff Médéric vous invitent à nous rejoindre pour partager cette sensibilisation et projeter ensemble des actions pour améliorer l'environnement des dirigeants.

Inscription

Programme

Informations pratiques :

Jeudi 23 mars
de 17h00 à 20h00
Palais des Congrès d'Arles
Avenue de la 1re division française libre
13200 Arles

Contact : CINOV PACA / Corse -


Tous concernés par la cybersécurité !

Dans la phase de transition digitale que traversent les entreprises, la cybersécurité doit être au centre de l’attention du chef d’entreprise. Protéger son site internet, son réseau, son poste de travail, ses emails, ses sauvegardes, autant d’actions nécessaires à adresser pour consolider la continuité d’activité de l’entreprise numérique. Ely de Travieso, référent cybersécurité de CINOV-IT et expert depuis plus de quinze ans, nous éclaire sur les tendances à venir.

 

La sécurité numérique des TPE/PME doit répondre à une règle simple qui consiste à positionner la sécurité, comme un enjeu de qualité dans l’ensemble des procédures portées par l’entreprise. Dans le cas inverse, l’entreprise s’expose à des risques dont l’impact pourrait dans certains cas nuire à la continuité de son activité.

D’un point de vue global, et depuis quelques années, de nouvelles attaques impactent quotidiennement les entreprises françaises.

Les ransonwares ou rançongiciels en français, sont des virus informatiques qui arrivent dans l’entreprise par email en pièce jointe et s’ils sont activés, chiffrent et bloquent l’accès aux fichiers contenus sur les ordinateurs de l’entreprise en demandant une rançon en échange d'une clé permettant de les déchiffrer. Pouvant atteindre plusieurs milliers d’euros, les rançons ne permettent pas systématiquement de récupérer ses fichiers.

Les fraudes aux faux virements du président sont des attaques d’ingénierie sociale dans laquelle le hacker vient tromper la vigilance des collaborateurs de l’entreprise en prétextant des opérations financières importantes et confidentielles, l’objectif étant de pousser les collaborateurs à ordonner le virement d’une somme importante à destination d’un compte bancaire situé hors de la communauté européenne.

Le défacement du site internet de l’entreprise, est également une attaque fortement répandue qui consiste à prendre le contrôle d’un site internet afin de diffuser des idéologies politiques ou religieuses. Très souvent, ce sont les clients qui informent le propriétaire du site que l’attaque a eu lieu.

Pour finir, l’attaque par rebond est une attaque qui consiste à viser un grand groupe en passant par ses fournisseurs. Les hackers ont bien compris que les mesures de sécurité des TPE/PME étaient bien moins résistantes que celles déployées par les grandes entreprises. Dans ce sens, le hacker va infiltrer le réseau de l’entreprise afin de positionner des charges qui lui permettront par la suite, de lancer des attaques sur la grande entreprise.

Autant d’attaques, qui tant d’un point de vue technique que financier, peuvent nuire à la continuité d’activité de nos entreprises.

Pour s’en prémunir, il faut d’abord adopter la bonne attitude. A ce niveau, nous parlons plus d’hygiène sécurité que de sécurité informatique.

La sensibilisation des collaborateurs est dans cette optique, un élément fort de l’amélioration de la sécurité des entreprises. Par méconnaissance, certains utilisateurs ont des comportements à risques contre lesquels l’entreprise doit se protéger : amener une clé usb du foyer, utiliser les mêmes mots de passe tant d’un point de vue personnel que professionnel, visionner des films en streaming pendant la pause du déjeuner, autant de comportements à risques qui peuvent avoir des conséquences négatives sur l’activité numérique de l’entreprise.

La sauvegarde est, quant à elle, un élément clé du processus de protection informatique des TPE/PME. Qu’on le veuille ou non, les entreprises ne peuvent pas se protéger contre tout et ainsi doivent prioriser des actions qui, quelle que soit l’attaque, puisse permettre à l’entreprise de retrouver son état originel.

La réalisation d’un audit de sécurité annuel permet à l’entreprise d’évaluer sa sécurité pour identifier des vulnérabilités critiques permettant à un hacker de prendre le contrôle du système d’information de l’entreprise. Pratiqué par des professionnels, l’audit est utile dans une optique de checkup.

Pour approfondir le sujet, il est intéressant de lire le Guide des Bonnes Pratiques en cybersécurité produit en collaboration par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) et la Confédération de Petites et Moyennes Entreprises (CPME). Ce document rassemble un certain nombre de règles de bon sens qui aident les entreprises à rehausser leur niveau de sécurité.

En conclusion, le chef d’entreprise, dans une optique de transition digitale permanente, doit améliorer sa sécurité pour améliorer sa compétitivité et son évolution car, encore à ce jour, la sécurité reste le talon d’Achille de la transformation digitale de notre économie.

Ely DE TRAVIESO, référent cybersécurité pour la CPME et CINOV-IT

Retrouvez Ely DE TRAVIESO sur LinkedIn et sur Twitter


Des référents cybersécurité pour les adhérents CINOV

5 référents cybersécurité de CINOV-IT engagés pour sensibiliser et accompagner les adhérents CINOV en cas de cyberattaques.

Depuis 2015, les TPE-PME sont les cibles favorites des cyberattaques. Les hackers ont compris que les mesures de sécurité des TPE-PME étaient moins importantes que celles des grandes entreprises.

Dans ce contexte, CINOV-IT a mandaté 5 référents cybersécurité que les chefs d’entreprise CINOV peuvent contacter en cas de difficultés. Ces référents relayeront les informations auprès de la plateforme ACYMA, qui a été lancée à l’occasion du FIC 2017.

Retrouvez dans votre espace adhérent les noms et coordonnées des référents. 


FIC 2017 et plateforme ACYMA

Filière à potentiel de développement pour une partie des adhérents CINOV, nécessité impérieuse d’être averti et prémuni contre les risques des cyber attaques pour les autres (+51% en 2015), la cyber sécurité est devenue incontournable ! Deux raisons majeures pour que CINOV-IT constitue un espace dédié à l’offre des TPE et PME du numérique sur l’édition FIC 2017, Forum International de la Cybersécurité, et s’engage contre les luttes de malveillance sur la plate-forme ACYMA.

Toutes les entreprises, et notamment les plus petites et les plus fragiles, doivent pouvoir se préparer à faire leur transformation numérique et ensuite réaliser cette transition dans les meilleures conditions possibles. L’enjeu critique de cette transformation digitale est la cyber sécurité, c’est-à-dire la sécurisation des équipements et des données.  En 2016, le marché de la filière de la cyber sécurité a connu une croissance supérieure à 10%[i], soit une dynamique favorable aux adhérents de CINOV-IT. Le syndicat soutient activement la promotion en France et à l’étranger de l’offre française de cyber sécurité, reconnue comme innovante et de qualité. Il contribue ainsi à la création d’un environnement numérique de confiance, propice au développement de la société de l’information.

L’enjeu d’une bonne prise en charge des victimes de cyber malveillance

Le syndicat agit au quotidien pour sensibiliser les particuliers et les entreprises aux nouvelles menaces issues du déploiement des nouvelles technologies, mais aussi et surtout pour développer des solutions en capacité de les anticiper et de les parer.

A l’occasion du FIC, Forum International de la Cyber sécurité, le lancement du nouveau dispositif national d’assistance aux victimes d’actes de cyber attaques et de cyber malveillance a été annoncé. Cette plateforme, appelée ACYMA, est issue des travaux de l’ANSSI et de la délégation ministérielle aux industries de sécurité et à la lutte contre les cyber menaces. Ce dispositif a pour objectif de répondre à l’augmentation constatée du nombre d’attaques informatiques, à l’encontre des particuliers, des entreprises et des collectivités. Il s’agit, notamment, d’améliorer la prévention et l’assistance portée aux victimes d’actes de cyber malveillance ou de cyberattaque.

« Il faut saluer la démarche initiée par l’ANSII, qui dans cette action, permet de bâtir un maillage territorial national de TPE / PME spécialisées en cyber sécurité. Cette action s’inscrit totalement dans l’ADN de CINOV-IT et dans son engagement à travers sa participation au projet ACYMA. » (Ely de Travieso, référent national cyber sécurité de CINOV-IT).

Il est intéressant également de noter que ce dispositif s’insère dans un réseau existant d’acteurs présents dans les territoires, issus de l’administration d’Etat (Gendarmerie, Police, représentants régionaux de l’ANSSI), des collectivités et d’acteurs locaux tels que les fédérations professionnelles et les membres du réseau « transition numérique ». L’objectif est de mener des campagnes de prévention et de sensibilisation à la sécurité du numérique, sur le modèle de la sécurité routière.

CINOV-IT a rejoint le Groupement d’Intérêt Public constitué pour la mise en œuvre opérationnelle du dispositif, en tant que représentant des prestataires et institution représentative des TPE/PME du secteur numérique de France. Cet engagement illustre la place du sujet cyber sécurité au sein du syndicat, l’attention qu’il porte aux menaces existantes et aux solutions développées pour les contrer.


[i]Source étude « SITSI Cyber Sécurité France » par PAC (CXP Group)

Contact : CINOV-IT -


Nouvelle fiche pratique "Certificats OPQIBI et marchés publics"

L’OPQIBI vient d’éditer une nouvelle fiche pratique et juridique relative aux modalités d’utilisation des certificats de qualification dans les marchés publics.

La réforme 2016 permet aux acheteurs publics d’exiger, pour évaluer les capacités techniques et professionnelles des candidats aux marchés, des certificats de qualification délivrés par des organismes indépendants.

La nouvelle fiche OPQIBI, rédigée en collaboration avec le cabinet AdDEN Avocats spécialisé en droit de la commande publique, est parrainée par les associations suivantes :

  • AAP (Association des Acheteurs Publics)
  • AITF (Association des Ingénieurs Territoriaux de France)
  • AMF (Association des Maires de France)
  • ATTF (Association des Techniciens Territoriaux de France)
  • USH (Union Sociale pour l’Habitat)

Téléchargez la fiche

Contact : OPQIBI –


Lemoniteur.fr - 10 février : "Diagnostic immobilier"

"« Les pouvoirs publics n’ont pas assez écouté les professionnels »" Lire la suite


Itespresso.fr - 9 février : "Les mots de passe, le maillon faible de la cyberdéfense des TPE – PME"

"Comment appliquer une meilleure politique de gestion des mots de passe des collaborateurs en entreprise ? Une tribune d’Ely de Travieso, référent Cyber Sécurité à la CPME et à CINOV IT.

Elément central des moyens de protection informatique, les mots de passe représentent la clé qui ouvre sur un espace qui peut rassembler des informations de sensibilité plus ou moins forte." Lire la suite


Touleco.fr - 9 février : "Du 1er au 2 mars - Les Rencontres régionales de l’ingénierie à Diagora Labège"

"L’AIMP, l’Association l’ingénierie en Midi-Pyrénées et le Cinov, la fédération des syndicats des métiers de l’ingénierie, organisent les 1er et 2 mars au centre des congrès Diagora Labège près de Toulouse les rencontres régionales de l’ingénierie autour de la thématique « Ingénierie, source d’innovation »." Lire la suite


Retours sur la matinale « Consultants en management : quels risques ? Quelles garanties ? »

CINOV Conseil en Management organisait une matinale sur le thème « Consultants  en management : quels risques ? Quelles garanties ? » le 16 décembre dernier à Lyon.

Cette manifestation était animée par deux adhérents : Grégory Imbert, responsable du GT Assurances et Camille Franck, tous deux experts sur ces questions.

Cette matinale  a permis de présenter le contrat groupe RCPRO que le syndicat a négocié à des conditions extrêmement favorables avec la Coopérative CGI. Ce contrat est exclusivement réservé à nos adhérents.

Pour en savoir plus : CINOV Conseil en Management -

 


Neext.fr - 6 février : "Interopérabilité faible, coûts élevés : les deux freins au développement du BIM"

"Quelles sont les difficultés rencontrées dans le déploiement du BIM par votre corps de métier ? La question, essentielle pour promouvoir le numérique dans les filières professionnelles, a été posée par le Plan de transition numérique dans le bâtiment (PTNB) à une dizaine d’organisations professionnelles (architectes, ingénieurs, géomètres, artisans…)." Lire la suite


Dispositif de financement exceptionnel pour les formations au BIM

Par sa participation à la CPREFP (Commission Paritaire Régionale de l’Emploi et de la Formation Professionnelle), et à son initiative CINOV Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées en partenariat avec l‘IPTIC vous propose à Montpellier et Toulouse des sessions de formation financées par un dispositif de cofinancement exceptionnel « ADEC ».

Le dispositif ADEC a été mis en place suite à un appel à projet de la DIRECCTE Occitanie pour accompagner les entreprises de la région dans la mise en œuvre du BIM. Lire la suite sur le site de CINOV Languedoc-Roussillon