Vous consultez tous les article(s)

Un modèle de contrat de mission de maîtrise d'ouvrage d'exécution

A l'usage des maîtres d'ouvrage privés

Un manque enfin comblé !

Force est de constater que les seuls documents organisant la maîtrise d’œuvre dans le secteur du BTP sont ceux des marchés publics, à savoir la loi MOP et ses textes d’application. Si ces textes peuvent toujours inspirer la rédaction d’un contrat de droit privé, ils ont l’inconvénient de ne considérer que le cas d’une maîtrise d’œuvre unique (maîtrises d’œuvre de conception et d’exécution réalisées par un même intervenant).

Or, un maître d’ouvrage privé peut vouloir des interlocuteurs différents à chacune de ces étapes de l’acte de construire. C’est même une pratique courante. Afin de combler un manque, source évidente de difficultés pouvant engendrer des litiges et parfois des contentieux, l’Union Nationale des Economistes de la Construction (Untec) et CINOV Coordination (syndicat des professionnels de l’OPC) ont souhaité mettre à disposition de leurs adhérents et de leurs clients maîtres d’ouvrage publics un modèle de contrat régissant la mission de maîtrise d’œuvre d’exécution.

Pour télécharger le contrat MOEexe, merci de cliquer ici

Contact : CINOV Coordination -  


Laura Peteiro Magalion, une relation de travail très humaine

  • laura pm

Après un cursus de marketing/communication, c’est finalement dans les ressources humaines que Laura Peteiro Magallon s’épanouit. Elle est aujourd’hui consultante RH au sein du cabinet parisien Solange Briet. Portrait.

Rebondir pour mieux s’épanouir, telle pourrait être la devise de Laura Peteiro Magallon. Elle rêvait de devenir journaliste ? Elle fera des études dans le marketing et la communication à l’ESCE Paris. Sauf que, une fois diplômée, sa recherche d’emploi se révèle difficile : « En marketing et communication, c’est plus que compliqué… Il y a énormément de stages et très peu d’offres d’emplois. »

Elle bifurque alors vers les ressources humaines, en trouvant une petite mission d’un mois chez Solange Briet, un cabinet parisien spécialisé en politique RH dans les entreprises : formation, gestion des compétences, évolution de carrière… Son rôle ? Chargée d’études et de communication.

« Dès le premier jour, ma chef m’a annoncé que la mission ne durerait finalement pas un, mais deux mois. C’était un bon départ !  » raconte la jeune femme.

L’expérience est concluante puisqu’elle enchaîne deux CDD puis un CDI en tant que consultante en ressources humaines et communication. « Je n’étais pas formée aux ressources humaines et j’ai dû apprendre sur le tas. »  

Établir le « « diagnostic RH » d’une entreprise

Laura Peteiro Magallon se rend régulièrement dans des entreprises pour des missions de conseil et d’accompagnement en ressources humaines, réservées aux TPE-PME de moins de 150 salariés et financées par la filière. Elle établit souvent sur place un « diagnostic RH » dans tous les secteurs : recrutement, formation, gestion de carrière… En listant également toutes les compétences nécessaires à chacun des postes de l’entreprise pour d’éventuels recrutement externes ou promotions internes. 

Soif de curiosité

« Lors d’entretiens avec les salariés, nous regardons les compétences à améliorer ou à acquérir pour évoluer. Nous pouvons alors mettre en place un plan de formation. » La jeune femme est aujourd’hui ravie de travailler dans les ressources humaines. « Même si le rythme peut être assez intense, mon travail est très stimulant. Car on découvre un paysage d’entreprises très varié : presse, ingénierie informatique, assurance, université, conseil… Avec des thématiques très différentes. Et c’est passionnant de découvrir l’univers professionnel d’autres personnes, leurs problèmes, réfléchir comment les faire avancer… Surtout qu’au final, j’arrive toujours à intégrer de la communication et du marketing, qui sont très liés aux problématiques des ressources humaines. »

 

Laura Peteiro Magallon profite aussi de la petite taille de son entreprise : « En étant seulement 4 collaboratrices, nous sommes en contact permanent, ce qui permet une relation de travail souple et surtout très humaine ».


LeMoniteur.fr - 21 avril : "Denis Bozzetto, président de Cinov GIAc"

"Denis Bozzetto est président de Cinov GIAc depuis le 14 avril 2017 ; il succède à Eric Gaucher." Lire la suite


Batiactu - 21 avril : "Denis Bozzetto élu président de la branche acoustique du CINOV"

"Denis Bozzetto a pris, le 14 avril, la tête du Cinov-Giac, la branche "acoustique" du syndicat d'ingénierie. Il succède à Eric Gaucher." Lire l'article complet


Batiweb - 21 avril : "Denis Bozzetto prend la tête de CINOV GIAc"

"Ancien du CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment) et co-fondateur du bureau d'étude Acouphen, Denis Bozzetto vient tout juste d'accepter la présidence de CINOV GIAc, syndicat représentant les spécialistes en acoustique du BTP, de l'environnement, de la formation et de la recherche. Son ambition ? « Améliorer la société ». Le point sur les moyens qu'il souhaite mettre en place pour atteindre ce but." Lire l'article complet


Communiqué de presse - 20 avril : "Denis Bozzetto, nouveau Président de CINOV GIAc : « Nous militons pour améliorer notre société ! »

Denis Bozzetto, nouveau président de CINOV GIAc

Communiqué de presse
Paris, le 20 avril 2017
Denis Bozzetto, nouveau président de CINOV GIAc :
"Nous militons pour améliorer notre société !" 
 
Depuis le 14 avril 2017, Denis Bozzetto a pris la présidence de CINOV GIAc. Dans le prolongement de ses études universitaires en physique, il a commencé en 1976 sa carrière au Centre Scientifique et Technique du Bâtiment, service acoustique (CSTB) de Grenoble, avant de co-fonder en 1989 le bureau d’études Acouphen. 
 
 
Membre de longue date du conseil d’administration de CINOV GIAc, il en connaît bien le fonctionnement et le réseau. Il souhaite maintenir son rayonnement en poursuivant ses missions pédagogiques auprès du grand public, notamment les jeunes, et en renforçant son rôle de spécialiste et facilitateur au service de tous les acteurs du monde du bruit et de l’acoustique.

« Nous devons promouvoir les valeurs et l’utilité de notre spécialité, car les acousticiens sont avant tout des praticiens de haut niveau, des techniciens centrés sur l’humain. Nous militons pour améliorer notre société en proposant des solutions pour valoriser le cadre de vie de tous. »

« Notre engagement est à la fois technique, en qualité d’acteur à l’élaboration des normes et guides méthodologiques, et social en participant activement à l’évolution des connaissances, formations et réglementations. La pédagogie doit mieux intégrer le volet santé dans l’approche globale de la gestion du bruit à l’appui de nouveaux indicateurs mieux corrélés à la fatigue, le stress, la gêne par exemple. »

Il succède à Eric Gaucher dont la présidence a été menée de main de maître pour la promotion de l’acoustique. Le GIAc est la caisse de résonance CINOV, qui est elle-même notre chambre d’échos d’une fédération qui facilite le travail en commun car l’acousticien doit bien comprendre le secteur dans lequel il travaille ; transports, construction, industrie, afin d’intégrer des équipes pluridisciplinaires pour mener à bien les projets en toute indépendance.

"Le plus souvent, on adhère à CINOV GIAc pour faire partie du club des spécialistes en acoustique et vibrations et participer à la promotion du métier que nous vivons avec passion et engagement. "

La récente RIAc 2017 (Rencontre de l’Ingénierie Acoustique) tenue à Lyon le 13 avril a réuni plus de 80 acousticiens qui ont débattu sur les grands enjeux sociétaux et techniques du monde du sonore.
C’est parce que l’environnement sonore est beaucoup trop peu pris en compte dans nos sociétés et qu’il affecte à la fois la santé et les dépenses publiques (voir l’étude du CNB qui évalue à plus de 57 milliards d’euros par an le coût social du bruit en France) que nous sommes fortement engagés et restons vigilants pour qu’il soit traité par des spécialistes, bien entendu !
 
A propos de CINOV GIAc
 
Créé en 1990, le syndicat CINOV GIAc regroupe des Ingénieurs-conseils et des Bureaux d’Etudes indépendants, spécialisés en acoustique dans les secteurs du bâtiment, de l’environnement, de l’industrie, de la formation et de la recherche. Avec plus d’une centaine de membres, le GIAc représente la profession auprès des pouvoirs publics et des autres partenaires et participe à l’élaboration des textes réglementaires et normatifs. Depuis sa création, le GIAc s’est engagé à défendre les intérêts de ses adhérents, et à promouvoir l’image et le rôle de l’acousticien indépendant.
 
Crédit photo : ©JJR05
Contact presse

Frédérique Lebon
Directrice de la communication
lebon@cinov.fr
06 08 92 12 35
01 44 30 49 46


Fédération CINOV
4 avenue du recteur Poincaré
75782 Paris cedex 16


Construcom.batiactu.com - 11 avril : "Jean-Marc Gallet de Saint-Aurin élu président de Cinov Construction"

"Le 6 avril, Jean-Marc Gallet de Saint-Aurin a été élu à la président de Cinov Construction. Il succède à Gilles Charbonnel." Lire la suite


Lemoniteur.fr - 18 avril : "BIM : Syntec-Ingénierie renouvelle son soutien à Mediaconstruct"

"Alors que cinq organisations professionnelles ont annoncé la semaine dernière qu’elles quittaient Mediaconstruct, Syntec-Ingénierie vient de publier un communiqué pour renouveller son soutien à l’association de promotion et de développement du Building information modeling (BIM) en France." Lire la suite


Batiactu.com - 18 avril : "Syntec ingénierie réaffirme son soutien à Mediaconstruct"

"Syntec ingénierie a réaffirmé son "soutien et son adhésion" à Mediaconstruct, l'association française de promotion et de développement du BIM dans le secteur du bâtiment et des infrastructures. La semaine dernière, cinq organisations professionnelles ont quitté l'organisme." Lire la suite

Batiactu.com - 14 avril : "Mediaconstruct : Cinov construction quitte le navire"

"Le CINOV construction a décidé de quitter, à son tour, Mediaconstruct, rejoignant ainsi les quatre organisations "séparatistes" initiales, à savoir la FFB, la Capeb, l'Unsfa et l'Untec. Une réunion est prévue la semaine prochaine entre ces entités pour s'entendre sur la rédaction d'un communiqué commun." Lire la suite


Lemoniteur.fr - 14 avril : "BIM : cinq fédérations professionnelles claquent la porte de Mediaconstruct"

"C’est quasiment officiel : la Capeb, la FFB, l’Unsfa et l’Untec vont quitter Mediaconstruct. Cinov va leur emboîter le pas. L’association, dont la vocation est de promouvoir le Building information modeling (BIM) en France, perd une partie de sa légitimité et de ses soutiens financiers." Lire la suite


Batiactu.com - 13 avril : "Trophées de la construction 2017 : dernier appel !"

"Architectes, artisans, entrepreneurs et industriels, il ne vous reste que quelques heures pour vous inscrire à la 16e édition des Trophées de la Construction, organisée par Batiactu en partenariat avec Groupe SMA." Lire la suite


Lachroniquebtp.com - 12 avril : "Reglementation acoustique"

"Le CINOV Nord-Picardie co-organise le 20 avril à Lille, avec le CEREMA et la DREAL, une conférence sur l’attestation acoustique dans le logement." Lire la suite


Acpresse.fr - 11 avril : "Jean-Marc Gallet de Saint-Aurin, président de CINOV Construction"

"Début avril, Jean-Marc Gallet de Saint-Aurin est devenu le nouveau président de Cinov Construction, l’un des 13 syndicats de la fédération patronale Cinov de la branche ingénierie, conseil et numérique." Lire la suite de l'article


« Concevoir pour habiter autrement » le 21 juin à Rouen

CINOVACTION, think thank de la Fédération CINOV, organise avec Habitat 76 et l’Union Social pour l’Habitat et le soutien de CINOV Normandie et la CPME Normandie, une rencontre « Concevoir pour habiter autrement : de l’habitat partagé et connecté à la smartcity ».

Cet évènement se déroulera le mercredi 21 juin de 14h30 à 17h00 dans les locaux d’Habitat 76 à Rouen.

Programme à venir

Inscription

Contact : Karine Chalifour –


"Attestation de prise en compte de la réglementation acoustique dans les logements" le 19 juin à Lille

Vous êtes maîtres d’œuvre et maîtres d'ouvrage, promoteurs, architectes, entrepreneurs, acousticiens, ....

Comme le montre l’étude du CNB du coût social des pollutions sonores (2016), l’impact du bruit sur la santé est considérable. De fait, la qualité acoustique des nouveaux logements est un vecteur d’amélioration de l’exposition des populations.

Les contrôles effectués dans le cadre du CRC ont permis de constater 40% de non-conformités acoustiques dans les logements neufs visités.

Ainsi, dans un souci d’amélioration de la qualité acoustique, les pouvoirs publics ont souhaité responsabiliser les maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre au respect de la règlementation par la mise en place d’attestation acoustique au 1er janvier 2013.

L'arrêté du 27 novembre 2012 fixe le contenu du document attestant de la prise en compte de la réglementation acoustique.

Il s’agit d'identifier dans les différentes phases, les intervenants contribuant à la qualité acoustique du projet, tout en les responsabilisant sur les points clefs.  En fonction de la nature et de la taille de l'opération, l’attestation peut inclure des campagnes de mesures de vérification.

Les acteurs de l’acte de construire se sentent encore parfois désemparés par leurs obligations en matière d'acoustique dans les logements.

Les premiers projets soumis à attestation étant réalisés, il est aussi possible de faire un point sur les expériences de l’application

Objet de la rencontre

  • Informer sur les exigences et le rôle de chaque acteur
  • Echanger sur les retours d’expériences 

Intervenants

  • Représentant de l’état (DREAL, CEREMA)
  • Assureur
  • Maître d’œuvre
  • Entreprise
  • Promoteur
  • Acousticien

INSCRIPTION (Nombre de places limité - Inscription nécessaire)

PROGRAMME

 Contact : Karine Chalifour - regions@cinov.fr


[WEBINAR] Pourquoi et comment participer aux Green Solutions Awards ?

Vous avez réalisé des bâtiments, éco-quartiers ou infrastructures innovants en termes de développement durable ? Vous souhaitez faire connaître votre savoir-faire à la profession afin de développer votre activité ? Le concours Green Solutions Awards est fait pour vous. 

En publiant une étude de cas en ligne, vous pouvez toucher directement des milliers de professionnels. Pour en savoir plus sur la visibilité apportée par le concours et vous donner toutes les clés pour réaliser une étude de cas remarquée, CINOV et Construction21 vous proposent ce webinar « Green Solutions Awards, mode d’emploi ». 

En 30 minutes, vous saurez tout sur ce concours, quels bénéfices en retirer et comment participer. 
Intervenants : 

- Sylvain Bosquet, Responsable web éditorial Construction21 
- Frédérique Lebon, Directrice de la communication à la Fédération CINOV 
- Véronique Pappe, Directrice Construction21 France et international 
- Alexia Robin, Responsable marketing-communication Construction21 

Nous vous proposons 2 sessions : 

• Le 25 avril de 8h30 à 9h00 
• Le 10 mai de 8h30 à 9h00 

Inscription 

Contact : Service communication - communication@cinov.fr 


Le guide pénibilité pour nos métiers

Afin de vous aider à évaluer la pénibilité dans votre entreprise dans le cadre du dispositif du Compte Personnel de Prévention de la Pénibilité (C3P), votre fédération patronale a réalisé un guide méthodologique et pratique ainsi qu’un outil Excel d’aide à l’objectivation de l’atteinte des seuils d’exposition aux facteurs de pénibilité.

Ces documents doivent vous permettre de :

  • Détecter les éventuels facteurs de pénibilité présents au sein de votre structure
  • Aider au respect des dispositions légales et réglementaires en vigueur au jour de rédaction du guide
  • Plus globalement, identifier les enjeux relatifs à la démarche de prévention de la pénibilité.

Ce guide se veut simple et pragmatique. Il se compose de fiches repères permettant de :

  • Comprendre l’ensemble du contexte réglementaire et les obligations associées
  • Détecter les facteurs de pénibilité, d’en réaliser l’évaluation et la traçabilité.

Nota : face à la complexité de la notion de « pénibilité », le législateur a fait le choix, dans le cadre du dispositif C3P,  d’une définition « objective » de la notion de pénibilité en mettant l’accent sur les situations de travail ayant des effets néfastes sur la santé et sur l’espérance de vie des salariés exposés.

Le guide et la boite à outils sont disponibles en téléchargement sur le centre de ressources, un espace réservé aux adhérents CINOV.

Contact : Service social et formation - Marie-Claude NECTOUX - nectoux@cinov.fr


Réinventer l'ingénierie pour sortir de l'impasse Carbone

La conception, la création de valeurs, la construction, sont au cœur de nos métiers d’ingénierie. L’optimisation de cette conception, est historiquement basée sur la performance économique, technique, énergétique. L’usage « pointe son nez » depuis quelques années, puisque l’on construit pour les hommes. Les indicateurs quantitatifs sont encore en cours de maturation.

L’enjeu de l’homos erectus est bien d’exister sur terre encore quelques siècles : le carbone devient l’indicateur rationnel de cette performance humaine, humaniste, fatale, … et interpelle nos ingénieries.

La question

Par leur impact sur le climat, les émissions de carbone d’origine humaines, industrie / transports / bâtiments / production d’énergie, mettent les équilibres écologiques de la planète à rude épreuve. L’inertie des réactions humaines à l’augmentation des émissions de carbone et de fait à l’aggravation du changement climatique auront un impact de plus en plus marqué sur notre confort, sur nos dépenses pour assurer ce confort, puis celles pour assurer notre sécurité voire notre survie.

La question est bien de comprendre à quel moment nos gouvernances vont enfin intégrer ce que les scientifiques leur montrent, si possible avant que « les systèmes ne craquent ». L’ingénierie pourrait attendre l’arrivée des textes et réglementations qui en découleront ou plutôt anticiper, proposer et participer à une transmission simplement plus responsable de cette planète à nos enfants : l’ingénierie, CINOV, font partie de ceux qui sont les plus à même d’avoir cette vision de demain.

Une société sans perte

De manière presque linéaire, la consommation d’énergie induit une production plus ou moins directe de Carbone (sauf pour la biomasse et les énergies renouvelables). En 2013, la production d’énergie, c’est presque 80% des émissions de GES (source AEE). Au-delà de la quantité consommée, c’est bien la manière de consommer l’énergie qui doit évoluer, pour évoluer vers une société sans perte où tout déchet énergétique doit être valorisé. La stratégie est basée sur une modification de posture de manière à pouvoir « épuiser » chaque rejet, non pas grâce à de la technique de plus (consommatrice d’énergie grise et émettrice de Carbone), de la sophistication, mais en diminuant le niveau global d’exigence des techniques développées. Sur l’énergie consommée en exploitation, il faut mettre en place les dispositions structurelles pour que cette valorisation puisse être réalisée jusqu’à l’ultime. Le « Bas niveau d’énergie » prend tout son sens et peut être développé dès aujourd’hui.

La pluralité des solutions 

On comprend bien après cette introduction de stratégie que « la » solution va venir « des » solutions !

Personne ne peut imaginer de quoi demain sera fait et l’ADAPTABILITE des territoires, des bâtiments et des systèmes doit être le fil conducteur pour que la stratégie ait la capacité à résister aux contraintes nouvelles encore inconnues.

Intervient ici, la notion d’incertitude, que nous devons inclure dans nos scénarios. Une vision prospective sans incertitude serait fragile et prétentieuse. Intégrer cette incertitude, lui laisser de la place permet de laisser d’autres possibilités au développement, de laisser ouvert le champ des possibles, d’offrir à d’autres modèles la possibilité d’exister et de dépasser les nôtres. 

Une transition longue 

La marche à franchir est plus culturelle qu’autre chose. Donc ce sera lent : les esprits prennent du temps pour s’adapter. S’engager sur ce chemin nécessite un lâcher prise que l’on peut comprendre difficile, voire paniquant pour un technicien et il faut intégrer cette dimension organiquement humaine si l’on veut que l’appropriation de notre démarche soit bonne et installée.

Transversalité

La complexité des territoires et de ses bâtiments, fonctions, doit être intégrée si l’on veut que nos actions soient non seulement crédibles mais efficaces.

Or, souvent, ce peut être un des défauts d’une vision technocrate, pour régler un problème délicat, on fait appel à des spécialistes. La vision nécessaire des experts a aussi souvent tendance à restreindre le champ de réflexion, simplifier les hypothèses pour que les solutions apparaissent évidentes et/ou rassurantes, ne proposer que des solutions partielles, ne traiter que « la partie émergée de l’iceberg », traiter les conséquences et non les causes.

Il est donc vital d’introduire de la transversalité dans l’approche.

Là encore, le processus va se heurter au manque d’humilité de l’humain face à cette tâche difficile du bas carbone. On croit souvent que la solution vient de sa science, de sa compétence, de son histoire, de son pouvoir aussi. La marche à franchir est tellement énorme, que seul une vision plurielle et partagée, qui croise les compétences de chacun, y compris des sciences humaines, peut faire exister cette transition culturelle, assez puissamment, assez vite. Il s’agit d’acter préventif, de donner de la résilience aux actions et aussi que les propositions soient reproductibles pour que la dissémination soit évidente et induise un effet de masse, synonyme de réussite.

Les moyens de la massification 

Notre économie est aujourd’hui très optimisée et n’a que très peu de réserves. Il semble utopique et peu crédible d’imaginer que la conscientisation de cette économie et de nos gouvernances soit si radicalement différente que des moyens très significatifs vont apparaître dans les années à venir pour engager un bas carbone réactif avec beaucoup de moyens. Ce constat semble réaliste tant à l’immédiat que dans la durée.

La vision carbone et ses impacts est une thématique long terme et « concerne surtout les autres », comme bien des sujets de notre société consumériste assez égocentrée. Il existe cependant une importante différence dans le sens où « ces autres » dans ce cas, ce sont nos enfants ou ceux de nos enfants, …

La dimension du sujet change et c’est aussi un facteur fort et heureux de réussite.

Sur la dimension économique et du fait de ce « peu de moyens », on peut déduire qu’il ne semble pas très pertinent, voire peu crédible de baser une stratégie de manière monolithique sur de la technologie : nous n’aurons pas assez d’argent

Il semble pertinent de s’engager dans une approche plus organique, basée sur une multitude de ressorts et structurée sur le territoire, sur les ressources du territoire.


Bas Carbone va se gérer à l’échelle territoire 

En France, tout le cadre réglementaire et institutionnel de la construction est structuré à l’échelle du bâtiment (notamment du fait du règlement de la construction). Règlements, règles, décrets, DTU « s’arrêtent au pied des façades des bâtiments ».


Où va la ville ?

Le numérique et les technologiques ne porterons pas à elles seules le sujet. Des institutions et un service public en pleine mutation et qui doivent reprendre un rôle plus fort de gouvernance. Des penseurs technophiles qui ont médiatisé très tôt cette « ville numérique », ont compris plus ou moins rapidement que c'était vraiment trop réducteur. 

La ville aujourd'hui n'est pas autonome et de fait a de la difficulté à être intelligente, … De nombreux neurones existent : c’est bien le travail de lien entre ces neurones, les synapses de la ville, qui doit être entrepris pour tendre vers cette intelligence, cette cohérence. Il s’agit plutôt de faire intelligemment la ville

Se développe depuis quelques années la notion de « sensitive », de la perception de la ville, de son évolution depuis 50 ans, de sa projection, de la variation selon sa taille, des impacts sociaux, sociétaux, culturels, …. Nous voulons Améliorer cette perception et proposer, comprendre des champs d’action, une cinétique, des leviers d’action, des perspectives d’audace, …


Mesurer pour comprendre, partager pour agir 

Il est nécessaire de mesurer et tracer toutes les démarches engagées. Le saut culturel proposé va s’accompagner de résultats pour certains peu intuitifs, prévisibles certes, mais avec de larges marges d’erreur. Il est souvent très bénéfique et efficace d’apprendre de ses erreurs et ceci ne peut se faire qu’« en comptant ». Mais le plus important est que ces données appartiennent à ceux qui en sont l’origine et non à ceux qui les collectent. Le « Big Data » devient un « Open DATA » partagé auquel tout le monde a accès et dont tout le monde profite. Cette meilleure perception de la réalité par tout le monde, de l’usager final aux responsables de la gouvernance, qu’elle soit locale ou plus large, permet à chacun de hiérarchiser ses actions à venir. Le partage devient source de rentabilité et là encore la culture va devoir faire un effort pour évoluer, AVANT la technique, …


En conclusion, deux citations d’Einstein pour raisonner, faire résonner cet article :

« Un problème créé ne peut être résolu en réfléchissant de la même manière qu’il a été créé » : Ce n’est pas la technique qui va nous tirer d’affaire, puisque c’est bien indirectement elle qui nous a mis dans cette situation CARBONE CRITIQUE, mais bien une évolution culturelle, …. Donner du sens à nos actes.

« La folie, c’est se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent » Nous sommes bien dans une logique de rupture et rupture peut aussi se traduire par « faire autrement ».

 

Bruno Georges, adhérent CINOV Construction


Les innovations du bâtiment impactent les usagers...

Comment les innovations impactent-elles la vie  des usagers ? C’est l’une des questions à laquelle s’est attelée CINOVACTION. Pour y répondre, CINOV a réalisé une veille non exhaustive au sein de son réseau d’adhérents. Petite sélection de trois exemples mis en scène à la rencontre CINOVACTION de Montpellier le 14 décembre dernier, qui démontre la richesse du réseau CINOV en matière de prospective et d’innovation. Une veille à poursuivre et partager ! Vous avez vous aussi des innovations et des démarches prospectives à partager ? Contactez-nous à

Quand masquage sonore rime avec bien-être au travail

Le bâtiment est un domaine en pleine mutation et les innovations changent le quotidien des usagers.

Orfea Acoustique a conçu un masquage sonore en open space breveté en France qui change la vie des salariés, Silent Space®. Cette installation, qui ne nécessite pas de travaux, permet de favoriser concentration et épanouissement dans des espaces de travail partagés ou dans des lieux d’accueil du public ouverts.

En savoir plus sur Silent Space® 

Une fenêtre magique : même ouverte, elle isole du bruit !

Le bâtiment est un domaine en pleine mutation et les innovations changent le quotidien des usagers.

Gamba Acoustique et l’industriel Technal sont à l’origine de la fenêtre magique, déjà multi récompensée. Elle s’ouvre pour aérer la pièce et la purifier de l’air intérieur pollué, source de 2 millions de décès prématurés chaque année, mais, sans laisser entrer la pollution sonore, identifiée par 86% des personnes comme une gêne à leur domicile. Cela permet ainsi une ventilation naturelle et de vivre la fenêtre ouverte sans souffrir du bruit.

En savoir plus sur la fenêtre magique 

Construire avec l’impression en 3D

Le bâtiment est un domaine en pleine mutation et les innovations changent le quotidien des usagers. Dominique Sutra Del Galy, directeur de SOGETI INGENIERIE, Alain Birault, Directeur de la prescription de Lafarge France et Pierre Frick, de l’USH ont partagé une démarche expérimentale qu’ils mènent conjointement avec d’autres acteurs de l’acte de construire, XtreeE, EZCT Architecture & Design Research, Vinci Construction, SOGEA Nord-Ouest, Habitat 76, pour construire une cité universitaire et d’autres logements grâce à l’impression 3 D. Cela s’inscrit dans un appel à projet avec l’ambition de réduire l’impact environnemental de la construction : moins de matériaux, moins cher, moins d’eau, de sable, de CO2, plus de flexibilité, plus vite...